WSOP 2017 EN DIRECT
2017 World Series Of Poker Le coverage du PSF Lille

Stratégie Omaha (XVII) – Le dilemme du « pot limit » Omaha Hi/Lo Split

Stratégie Omaha (XVII) – Le dilemme du « pot limit » Omaha Hi/Lo Split 0001

La semaine dernière, j'ai décrit quelques mains de « pot limit » Omaha Hi/Lo Split gagnantes grâce à l'accent mis sur la poursuite de mains avec la meilleure chance de gagner le pot haut.

Ce que je veux regarder cette fois est le dilemme face auquel un joueur est fréquemment confronté dans ce type de variation. Vous pouvez vous retrouver dans la course pour le pot haut mais comment réagir lorsque vous êtes face a une grosse mise de vos adversaires et que vous ne savez pas pour quel pot ils misent ?

Un test en position tardive

Jouer online ne vous donne que quelques indices de base a propos de vos adversaires ; c'est à dire le temps qu'ils prennent pour miser, la taille d'une mise et peut être les mots qu'ils tapent dans la « chat box » s'ils sont disposés à interagir.

Cependant, en Omaha Hi/Lo Split, vous savez que beaucoup de joueurs sont fatalement attirés par le pot bas. Ceci devrait contraster avec votre propre jeu qui vous demande d'exiger des options puissantes pour faire une main haute forte, ou tout du moins un bon espoir de réaliser à la fois une main haute et une main basse avec l'une d'entres elles max ou proche du max.

Il est trop facile pour beaucoup de joueurs de se lancer dans les mises avec A2xx, A3xx ou 23xx lorsque les xx sont des écrous, des boulons et des rondelles au lieu des pièces d'argent brillantes nécessaires pour défier la main haute.

Donc quand vous avez une main de qualité avec de hautes valeurs, et peut être une bonne aide en bas (disons A♥ K♥ K♠ 3♠ au bouton), vous relancez la mise avant le flop. Quatre joueurs suivent qui voient le flop 5♠ K♦ A♦. Cela vous donne une forte main haute mais n'a pas aidé le bas car l'As est faussé. Un joueur relance avant vous, un autre se couche et deux autres suivent. Que faites-vous ?

Un joueur est suffisamment confiant pour relancer et deux autres joueurs ont amélioré leurs mains ou vont à la pêche aux cartes après le flop. Etant donné que vous avez déjà deux Rois et un As, le maximum qu'un autre joueur peut avoir est A♣ A♠ K♣ x. Il y a peu de chance car vous auriez certainement été relancé avant le flop avec une combinaison AAxx. Sans doute le joueur a-t-il QJT ou QJ9 et cherche à compléter la suite max. Vous devez garder cette éventualité en tête. Plus vraisemblablement en haut, quelqu'un a-t-il deux carreaux, peut être Q♦ x♦ lui offrant un tirage couleur max.

Quelle est l'alternative ? Peut être n'y a-t-il rien du tout en haut. A l'inverse, le relanceur pourrait avoir la combinaison 2 3 lui offrant un tirage max en bas nécessitant un 4, 6, 7 ou 8 pour le compléter. Si un 4 tombait, il donnerait au joueur la roue (A 2 3 4 5) qui est une main forte à la fois en haut et en bas.

Je vois souvent des joueurs, face à un tirage max en bas après le flop, abandonner toute précaution et relancer le pot. Ils semblent oublier que la moitié de ces relances sont des donations pour le pot haut sauf si la taille de la relance du pot est assez importante pour effrayer l'opposition qui pourrait avoir une main haute autre que le max. C'est là que se situe le dilemme du joueur qui maximise ses opportunités avec de fortes mains hautes.

Dans la main ci-dessus, vous avez flopé un brelan de Rois et vous avez une bonne chance de compléter un full. Les trois mises avant vous rendent peu vraisemblable le fait qu'une sur-relance du pot les effraie. La plus grande crainte est qu'un joueur ait à la fois un fort tirage couleur max et des cartes basses (comme Q♦ 9♦ 3♠ 2♣). Un carreau a des chances de vous achever sauf si vous voyez une paire au tableau.

D'un autre coté, le seul danger d'une couleur peut venir d'un joueur avec des espoirs modérés pour le haut et le bas (comme 6♠ 5♦ 4♠ 3♦). Une grosse relance du pot pourrait suffire à les faire sortir du coup pour vous dégager la voie.

En général, le flop ne pose pas trop de danger sauf le tirage couleur donc une relance du pot semble être la meilleure voie directe. C'est parce qu'un joueur cherchant un tirage couleur ou un tirage en bas doit faire une grosse mise pour aider leur tirage et ce pourrait être un « call » difficile s'ils n'ont pas la Q♦. Ils ont peut être peur que vous l'ayez. Le tirage couleur est contre les « odds » (une cote d'environ 2 contre 1) pour compléter alors que le tirage en bas est plus favorable mais n'offre bien entendu que la moitié du pot entier. Vous pourriez tout simplement être assez chanceux pour tous les faire sortir du pot. Vous seriez même plus heureux de voir un « call » ou deux qui ne rentrent finalement pas leurs tirages!

Un test en position précoce

Prenons le scenario ci-dessus mais vous êtes le premier à parler après le flop. Vous avez clairement une forte main en haut et pas envie de laisser quelqu'un faire un tirage pas cher, donc vous commencez avec une relance du pot. Trois des autres joueurs suivent. Le tournant donne un 9♦, apportant trois carreaux au tableau.

Votre position en haut est compromise si un joueur a deux carreaux et pourtant vous ne voulez pas abandonner en faisant parole. Une bonne politique dans un tel cas pourrait être de miser un tiers du pot. Assez pour faire réfléchir des mains modérées en chasse mais pas assez cher pour vous dans l'éventualité d'une grosse relance où vous vous sentiriez battu. A coup sûr, en Omaha High, c'est une stratégie solide, mais qu'en est-il du Hi/Lo Split ? Que se passe-t-il si en effet un joueur vient par dessus votre mise d'un tiers du pot ?

Si cela s'était passé en Omaha High, vous auriez facilement jeté. Cependant, en Omaha Hi/Lo Split, il est assez fréquent que le sur-relanceur tire une main en bas et essaie de se débarrasser de vous. Donc vous devrez penser aux profils de mise de cette personne avant le flop. En réalité, sauf s'il a relancé (ce qu'il n'a pas fait dans cet exemple; il a simplement suivi votre relance), il sera difficile de deviner sa main. Au flop, avec deux carreaux et deux cartes basses, il a suivi votre relance avec joie. Cela suggère qu'il n'a que des vues sur la couleur ou la main basse, et peut être pas les deux. Le 9 complète une de ces options vous laissant avec un choix difficile.

Vous avez 9 « outs » pour faire un full ou mieux (deux As, trois 5, trois 9, un Roi) ; vous avez aussi un tirage modéré en bas qui pourrait connecter si votre adversaire a en fait deux carreaux mais pas de cartes basses significatives. N'oubliez pas que vous pourriez toujours avoir la meilleure main haute si personne n'a deux carreaux. La sur-relance du pot est peut être un « semi-bluff » avec le tirage max en bas.

Avec un si gros pot et étant donne que vous êtes déjà engagé à un certain point, il serait justifié d'y aller. J'ai souvent jeté des mains fortes mais pas des mains max hautes seulement pour voir l'agresseur révéler un tirage en bas qui n'est ou n'est pas arrivé me laissant maudire ma timidité. Maintenant, j'ai tendance à jouer avec la croyance que mes adversaires sont des chasseurs en bas lorsqu'ils sont agressifs après le flop avec l'apparition de deux cartes basses. Sur la base que vos « pot odds » sont meilleures que de deviner (autant jouer à pile ou face) s'ils sont des chasseurs en bas, suivre est justifié avec le gros pot toujours disponible.

Conclusion

Le Omaha Hi/Lo Split peut sembler schizophrénique parfois par nature. Vous ne savez pas contre quelle personnalité vous jouez dans certaines situations. Quand un pot grossit, vous devez réfléchir fortement et longuement aux motifs d'un relanceur et essayer d'identifier pourquoi il a pu relancer. Est ce que sa main bat la vôtre en haut ou bien essaie-t-il de scooper le pot immédiatement sachant qu'il vous bat peut être que pour la moitie du pot ? C'est en général lorsque vous avez une main haute solide qui n'est pas max et que votre adversaire tire le bas. Une relance ou une sur-relance du pot peut être intimidante quand vous êtes dans cette situation sans avoir le max en haut ou en bas. Malgré tout, vous ne voulez pas capituler si votre adversaire fonce sur vous sur des rails différents sans chance de collision.

C'est un choix difficile et un choix qui souvent vous fait tenter votre chance alors que raisonnablement vous ne pourrez gagner que la moitié du pot. La décision est plus simple si vous avez des possibilités des deux cotées du pot mais cela peut souvent être un acte de foi. Tout ce que vous pouvez faire c'est de peser le pour et le contre sur le moment basé sur les indices que vous avez sur votre adversaire. Mise-t-il habituellement avec des cartes assorties ? Est ce que votre « call » vous fera vraiment gagner seulement la moitié du pot ? Peut être moins que votre mise totale ? Les réponses à ces questions doivent vous aider à prendre une décision.

NDR : qualifiez-vous pour les plus grands tournois sur FullTilt Poker

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?