EN DIRECTEvents
PokerStars Championship Prague
888poker
New poker experience at 888poker

Join now to get $88 FREE (no deposit needed)

Join now
PokerStars
Double your first deposit up to $400

New players can use bonus code 'STARS400'

Join now
partypoker
partypoker Cashback

Get up to 40% back every week!

Join now
Unibet
€200 progressive bonus

+ a FREE Unibet Open Qualifier ticket

Join now

Poker Texas Holdem – Miser sur la Rivière en No-Limit

Poker Texas Holdem – Miser sur la Rivière en No-Limit 0001

Un de mes amis, Mark Vos, a récemment remporté un bracelet aux World Series Of Poker. Il a aussi été embauché par la salle Full Tilt. Mark est un excellent joueur, j'ai appris beaucoup en le regardant et en discutant certaines mains avec lui. La leçon la plus intéressante que j'ai apprise du jeu de Mark traite de la mise sur la rivière en No-Limit.

La rivière est souvent la carte la plus difficile à jouer en No Limit Hold'em. Vous vous trouverez souvent dans des situations très délicates si vous n'avez pas la main max, vos gains et pertes de poker seront largement influencés par la façon dont vous jouez votre main sur la rivière.

Je présenterai ici deux points en ce qui concerne la mise sur la rivière : miser avec des mains marginales avec la position, puis le « blocking bet » à l'aide de mains marginales hors de position.

Les mains marginales avec la position

Lorsque vous avez touché votre main avec la position, vous prendrez certainement le contrôle du pot et miserez à chaque carte. Si vous êtes suivi par un adversaire et qu'une carte inquiétante tombe sur la rivière, il est très tentant de chécker sur le dernier à parler et de voir l'étalage des cartes.

La raison pour laquelle ce coup est si tentant est que nous avons tous peur d'un « check-raise », même si nous pouvons très bien avoir la meilleure main. Mark Vos m'a expliqué un jour que je perdais largement d'avantage en faisant parole devant des cartes inquiétantes sur la rivière.

Voici un exemple : vous relancez du bouton avec 8-8 et vous êtes suivis par le joueur à la grosse blind. Le flop donne {k-Hearts}{10-Hearts}{8-Diamonds}. Il fait parole, vous misez le pot, et il suit. Le tournant est un {7-Clubs}. Il checke, vous misez les trois-quarts du pot et il suit. La rivière est le {4-Hearts}. C'est une mauvaise carte pour vous car elle complète la couleur. Votre adversaire fait parole et, vous avez peur d'un « check-raise », vous faites parole pour l'étalage des cartes.

Un coup sûr ? Oui, pas de doute. Un bon coup ? Pas du tout !

Sauf si vous avez une brillante lecture indiquant que votre adversaire suivait pour la couleur, vous ne pouvez tout simplement pas faire parole après dans ce pot. Bien sûr, vous êtes battus par la couleur, mais il y a des douzaines d'autres mains avec lesquelles votre adversaire pourrait vous avoir suivi et que vous battez. Vous devriez tenter un « value-bet », une mise de valorisation sur la rivière. Si votre adversaire vous fait subir un « check-raise », vous pouvez vous coucher confortablement, sachant que vous êtes probablement battus.

Mark m'a expliqué cela. Etant donné mon passé en Fixed Limit, j'ai toujours assumé que les joueurs bluffaient continuellement. En réalité, c'est rarement le cas en NL. Bluffer au moyen d' un « check-raise » sur cette carte inquiétante à la rivière serait un coup très courageux, risqué et de haut niveau de la part de votre adversaire. Ces coups sont très rares en « low/mid limit NL ». Vous pouvez opter pour un « value-bet » sur la rivière et vous coucher face à un « check-raise ».

Résultat probable : vous misez la moitié du pot sur la rivière et votre adversaire vous suit. Vous montrez votre brelan de 8 et il jette son KQ. Vous gagnez le pot.

Résumé : les cartes inquiétantes tomberont sur la rivière souvent quand vous avez de fortes mains. La statégie de toujours faire parole est trop faible car il existe une « chance » que votre adversaire touche son tirage.

Souvenez-vous, vous pouvez toujours jeter votre grosse main si votre adversaire vous sort un « check-raise » et s'il le fait à cette position, vous êtes probablement battus.

Le « blocking bet » avec des mains marginales hors de position.

Jouer gagnant en NL se résume notamment à contrôler les mises et la taille du pot. Il est facile de contrôler la mise quand vous êtes en position, mais il peut être très difficile de le faire hors de position.

Que vous misiez ou que vous suiviez hors de position, si une carte inquiétante tombe sur la rivière, vous feriez mieux de tenter un « blocking bet » sur votre adversaire, plutôt que de faire parole puis de suivre.

La règle générale est : si vous pensez que votre main est assez bonne pour suivre, vous devriez penser à miser sur votre adversaire à la rivière.

Voici un exemple : vous faites un « open-raise » du cutoff avec {q-Spades}{j-Spades}. Le bouton suit et les deux blinds se couchent. Le flop donne {j-Hearts}{9-Clubs}{4-Hearts}. Vous prenez les devants sur le pot et votre adversaire suit. Le tournant est un {5-Spades}. Vous décidez que vous ne voulez pas miser un gros pot hors de position. Vous faites donc parole et votre adversaire mise la moitié du pot. Vous suivez. La rivière est un {2-Hearts}, une carte inquiétante pour vous. Il est tentant de faire parole à nouveau. Mais miser présente de vrais avantages comparé au « check » qui donne ensuite une décision difficile si votre adversaire mise pour le pot.

Voici les avantages de cette stratéggie:

- Vous prenez le contrôle de la taille de la mise, à l'inverse du « check-calling ». Vous devez voir les cartes pour moins cher. Cela s'appelle un « blocking bet ».

- Vous êtes probablement encore devant et votre « blocking bet » est maintenant une mise de valorisation car votre adversaire ferait certainement parole derrière vous.

- Vous pourriez être derrière, malgré tout, vous pouvez encore prendre le pot si votre adversaire pense qu'il est battu. Votre « blocking bet » devient une mise pour voler le pot.

Résultat possible : vous faites un « blocking bet » de la moitié du pot sur la rivière et votre adversaire réfléchit pendant un instant et puis jette son {a-Clubs}{j-Clubs} (gagnant) car il croit que vous avez touché votre couleur. Vous remportez le pot.

Résumé : les « blocking bets » arrivent lorsque vous croyez que vous êtes probablement devant et que votre adversaire a une main avec laquelle il peut suivre mais pas miser (si vous faites parole). Vous allez voir un étalage peu cher et vous ne ratez rien. Vous pouvez aussi, occasionnellement, sortir votre adversaire malgré sa main gagnante.

Essayez de réaliser quelques « value-bets » et quelques « blocking-bets » sur la rivière et regardez grimper vos gains !

NDR: qualifiez-vous pour les plus grands tournois internationaux sur Everest Poker

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?