WSOP 2017 EN DIRECT
2017 World Series Of Poker Le coverage du PSF Lille

Psychologie du Poker - Apprendre des "Bad Beat"

Psychologie du Poker - Apprendre des "Bad Beat" 0001

Pouvez-vous réellement apprendre d'un mauvais coup ? Ou plutôt, pouvez-vous apprendre quelque chose d'autre que le simple fait que le type assis à la troisième place est un âne et que les dieux du poker vous détestent ?

Premièrement, soyons clairs. Un "Bad Beat" n'arrive que lorsque vous mettez votre argent en jeu avec la meilleure main et que l'autre joueur joue contre vous avec moins de 50% de chance de tirer quelque chose.

En fait, certains iraient plus loin et diraient qu'un vrai Bad Beat doit venir d'un 3 « outers » ou moins. Mais nous sommes tous d'accord : un mauvais coup doit être statistiquement un évènement auquel on ne s'attend pas. Plus improbables sont les chances de victoires de la moins bonne main plus durement le coup, le « bad beat » est ressenti.

La sagesse du poker dirait que vous devez oublier le mauvais coup et que vous devez passer outre. La main d'après, le prochain tournoi, la prochaine session. Cependant, il doit y avoir quelque chose à en tirer. On peut prendre des mauvais coups mais vous devez être capables d'analyser clairement tous les éléments qui sont arrivés lors de cette pénible expérience.

C'est ici que la théorie de la "dissonance cognitive" entre en jeu.

La dissonance cognitive, comme elle est souvent comprise, est la perception de l'incompatibilité entre deux cognitions qui peuvent être définie comme tout élément de connaissance, incluant l'attitude, l'émotion, la croyance ou le comportement.

Lorsque vous prenez un mauvais coup, vous avez certainement des réactions qui peuvent impliquer votre attitude (vous devenez en colère), une émotion (vous partez de la table à grandes enjambées en vous parlant à vous même), une croyance (ce type est un âne !) et le comportement (que ce soit en bien ou en mal, c'est quand même le comportement).

Alors vient la partie piège. La théorie de la dissonance cognitive établit que des connaissances contradictoires servent de force entraînante. Cette force oblige l'esprit à acquérir ou à inventer de nouvelles pensées, de nouvelles croyances ou à modifier des croyances actuelles pour réduire la quantité de désaccord (conflit) entre les connaissances. C'est compris ? Bon, en termes plus simples, cela signifie que le conflit nous rend mal à l'aise, nous essayons donc de soulager ce malaise en apportant de nouvelles croyances pour arranger quelque peu ce conflit.

Cette tension que nous voulons éviter nous amènera à trouver de nouveaux moyens de faire ce que nous faisions. Mais au poker, il est possible de se soulager du malaise. Et de ne rien apprendre du tout. Si vous quittez la table sur un mauvais coup et que votre pensée est se reporte entièrement sur « Ce type était un idiot » ou « J'ai simplement pas de chance ce soir », alors vous avez perdu une occasion d'améliorer votre jeu.

Travaillez avec la tension. Travaillez avec ce malaise des mauvais coups et demandez-vous : "Que s'est-il réellement passé ?" Vos "odds" étaient-ils favorables ? Aviez-vous une autre façon de jouer conduisant à moins risquer de jetons ? Ce joueur a-t-il fait "call" similaire précédemment ? Et si tel était le cas, aviez-vous les meilleurs « odds » pour suivre ou sur-relancer ?

Vous voyez, l'extrême gêne que nous ressentons naturellement lorsque nous subissons un mauvais coup à la table présente une opportunité pour l'analyse et l'amélioration de notre jeu;

Seulement toutefois si nous mettons les bons éléments en conflit. Seulement si notre dissonance cognitive provient d'une étude honnête des faits concerant la main en question. Bien entendu, le joueur a peut être fait un terrible « call ». Mais peut être aviez-vous vous aussi tenté de voler le coup comme un vulgaire voyou et que votre mise ressemblait à un semi-bluff. Si vous aviez fait parole, si vous l'aviez laissé miser, si vous étiez revenu par dessus, alors il aurait pu se coucher, et il n'y aurait jamais touché ce maudit "runner-runner".

La dissonance cognitive suggère qu'un peu de gêne peut être un bon outil d'apprentissage. En fait, un très bon outil d'apprentissage. Si vous choisissez de vous en servir bien entendu.

[I]NDR : Full Tilt Poker : bonus de 100% jusqu'à 600$ lors de votre premier dépôt

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?