EN DIRECT
PokerStars Championship Barcelona

Stratégie Poker - Rendre les petites paires plus profitables

Stratégie Poker - Rendre les petites paires plus profitables 0001

Bonus de 100% jusqu'à 600$ sur Full Tilt Poker

Flopper un brelan avec une petite paire est une des principales sources de profit lors d'une partie de cash game NLHE. Avec cela à l'esprit, il est très important d'apprendre à jouer ce genre de petites mains correctement. Je parle spécifiquement des mains entre 22 et 77.

Il est très commun de voir beaucoup de joueurs gagnants limper dans le pot ou relancer pour ensuite se coucher lorsqu'ils découvrent qu'ils ont pas touché leur flop. Alors que ce genre de plan peut être gagnant contre des adversaires lambda lors de parties low stakes, il y a de nombreuses situations où se genre d'approche s'avère être mauvais. Il y a d'autre moyen d'augmenter vos profits avec ce genre de mains et il y a quatre facteurs que vous devez considérer avant de décider de jouer ou non une petite paire: la taille de votre tapis, votre position, votre adversaires et l'histoire de la table.

Taille des tapis

Comme tout bon joueur de cash game NLHE, vous devriez vous assoir à la table avec le maximum de jetons. Dans le cadre de cet article nous dirons que vous commencez avec un tapis de 100 big blinds. Cela vous donnera de surcroît la côte pour suivre avec des petites paires.

Aussi important que soit votre tapis, ceux de vos adversaires sont tout aussi importants. Vous devriez savoir que la possibilité de toucher un brelan au flop est d'11,8% soit 8.5/1 donc si vous faites face à une relance de 4BB par un joueur short stack qui possède dirons nous 35BB, vous devriez jeter votre petite paire. Même si vous avez une côte de 7.5 contre 1, vous aurez besoin d'une meilleure côte pour diverses raisons que j'évoquerais plus tard dans cet article.

Position:

Premièrement, le fait de simplement limper est correct si vous êtes dans les premières positions mais gardez à l'esprit que si vous ne faites pas cela avec d'autres types de mains, vous serez catalogué et vous aurez que très peu d'action lorsque vous flopperez un brelan. En shorthanded 6-max, vous devriez relancer avec ce genre de mains, même en premier de parole à moins que vos adversaires jouent particulièrement mal et vous laisse limper pour voir un flop.

Si vous êtes en big blind, les petites paires sont souvent jouées incorrectement, surtout si vous faites face à une relance d'un joueur qui tente tout simplement de voler les blinds (au cut-off ou au bouton). A moins que les tapis soient profonds, vous devriez relancer la majorité du temps et parfois il faudra vous coucher. Suivre une relance avec une petite paire est généralement peu profitable à moins que vous ne soyez face à un joueur en première position qui a une grosse paire en main.

Tout l'argent que vous perdez en faisant un smooth call doit être compensé lorsque vous touchez votre brelan. Pensez y une minute. Disons que vous êtes à la big blind sur une table 6-max à 1$/2$ et le joueur au bouton relance à 8$. Vous avez 33 et vous suivez pour 6$ de plus et vous vous couchez à chaque fois que vous manquez votre flop. Cela fait 7.5 x 6$ partis en fumée donc lorsque vous touchez votre 3 au flop, vous devez être sûr de remporter au minimum 45$ de votre adversaire. Comment allez vous récupérer autant sachant que la range d'un joueur au bouton est extrêmement large? Même si cela semble logique à dire, votre adversaire aura besoin d'une grosse main pour s'impliquer vraiment dans le coup.

Oui, j'ignore les possibilités que vous touchiez un tirage quinte, mais il faudra très peu d'action pour que vous touchiez une miraculeuse quinte. Croyez moi, vous perdez de l'argent à jouer vos petites paires passivement et gardez à l'esprit que vous pouvez aussi toucher votre brelan au flop et faire face à un brelan supérieur, et là, vous perdrez gros. Maintenant, vous devriez réaliser que 7.5 contre 1 n'est pas assez. Ce serait plus proche de 12 ou 16 contre 1.

Beaucoup de joueurs ont un éventail de main très large lorsqu'ils relancent au bouton ou au cut-off. Aussi, il y a de nombreuses mains qu'ils coucheraient s'ils ne voient rien au flop. Des mains comme AJ, AQ, AK et KQ ainsi que d'autres petites paires folderont si elles ne touchent pas leur flop, c'est pour cela que vous devriez sur-relancer dans les blinds et ainsi prendre le contrôle du pot. Si vous voyez que votre adversaire montre de la résistance, et que vous le voyez sur une bonne main, un check-fold serait une bonne solution. Ne faites pas une sur-relance pre-flop si vous ne pouvez pas assumer une mise au flop.

Lorsqu'il y a des limpers pre-flop et que vous n'êtes pas dans les blinds, il est correct de limper mais vous deviez sur-relancer quelques fois, et spécifiquement si vous êtes au bouton. Même si vous êtes suivi, vous n'avez pas besoin de toucher votre flop pour faire du profit et lorsque vous le touchez, votre main sera déguisée. La plupart du temps, vous remporterez le pot pre-flop. Vous devriez vous satisfaire de remporter le pot de cette façon. Dans une partie à 6-handed, le vol de blind peut représenter 25% de votre profit général, voilà une autre raison de jouer vos petites paires de façon agressive.

Votre adversaire

Savoir quel est la range de votre adversaire est un facteur important dans votre prise de décision.

Par exemple, sur une table NLHE 2$/4$, vous relancez au cut-off avec 4-4 pour 15$ et un joueur au bouton fait une sur-relance à 48$. Vous avez tous les deux 100 BB au départ de la main. Le joueur au bouton est un bon joueur gagnant qui joue 22% de ses mains et ne paye presque jamais une relance pre-flop. Cela veut dire que le type de mains avec lequel il effectue une sur-relance, est assez large. Pour cette raison, il n'est pas profitable de jouer avec des petites paires pour toucher votre brelan. Dans cette situation, vous devriez avoir au minimum 88 ou plus (même 88 est à la limite).

Prenons un autre type d'adversaire dans ce même scénario. Le joueur est assez faible. Il joue 35% de ses mains mais relance pre-flop seulement 4% du temps. Vous pouvez être sûr que ce joueur à une grosse main et vous pouvez être sûr qu'il ne couchera pas son over paire sur un flop sec.

Lorsque vous faites face à deux adversaires (il y a eu une relance et un call), vous devriez juste caller surtout si vous êtes dans les blinds puisqu'au flop vous aurez une excellente position de checker et ainsi donner la parole au relanceur initial. Après avoir dit cela, lorsque vous floppez un brelan avec plusieurs adversaires, vous devriez miser gros pour inciter les joueurs à vous relancer, surtout si le board affiche de grosses cartes.

L'histoire

Même si ce point a moins d'importance que les autres facteurs, il est bon de le considérer car au fur et à mesure que vous jouez des mains, vos adversaires vont vous cataloguer de plus en plus. Ils sauront alors comment vous jouez tel ou tel type de main.

Si vous avez énormément sur-relancé pre-flop alors faites attention. Plus vous sur-relancé, plus vous risquez un 4-bet (une sur-relance) ou au moins payez mais ne fuyez pas au flop. C'est à ce moment là que vous devez réfléchir aux différents facteurs que j'ai évoqué auparavant. Call, fold ou re-raise, vous devez décider de la bonne option à prendre.

Donc vous avez floppé un brelan, et maintenant?

En général, vous devriez jouez vos brelan très rapidement pour essayer d'avoir un maximum d'argent dans le pot. Il est toujours plus facile d'extraire des jetons au flop parce qu'il reste la turn et la river.

Si vous avez été agressif pre-flop, vous devriez attaquer la plupart du temps avec votre brelan, mais sur un flop sec (où il n'y a pas de tirage possible), il est parfois bon de se contenter de checker. Sur un flop à fort potentiel de tirage, vous ne devriez jamais slow-playé votre brelan parce que votre adversaire peut alors toucher son tirage gratuitement. Aussi, sur un flop à potentiel, vous devriez miser gros pour faire fuir les mains à tirages et ramasser le pot sans prendre plus de risque.

Si vous touchez le flop et que vous vous faites sur-relancer au flop, vous devriez juste payer. Une fois à la turn, vous pouvez alors soit checker soit miser, ou encore faire un check-raise. Tout dépend de l'opinion que vous vous faites de votre adversaire. La plupart du temps il checkera derrière sur la turn même avec la top paire et le kicker max pour contrôler le pot.

Lorsque vous n'êtes pas en position pre-flop, un check -raise serait la meilleure approche, mais contre un adversaire agressif, on pourrait aussi faire un check-call pour pousser votre adversaire à bluffer la river.

Finalement, ne soyez pas un de ces joueurs qui font un check-raise minimum puis misent gros à la river. C'est avec ce genre de stratégie que vous ferez fuir votre adversaire et que vous ne rentabiliserez pas vos brelans.

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?