EN DIRECT Marrakech Poker Open

Les légendes du Poker: Layne Flack

Les légendes du Poker: Layne Flack 0001

Est-il possible d'avoir moins de quarante ans et d'être déjà une légende du poker? Phil Ivey le prouve évidement (il a seulement 29 ans), mais y a t il des joueurs dont le nom est familier et qui méritent également d'appartenir au monde des légendes du poker? Je ne suis peut-être pas la meilleure personne pour en juger, mais dés lors qu'on me laisse la parole, je vous donnerai un nom : « Flack coup sur coup ».

Les légendes viennent de nulle part (et la ville natale de Layne, Rapid City dans le Dakota du Sud est considéré comme tel), et il viennent de partout, mais c'est du cœur que vient le jeu des légendes du poker.

Doyle Brunson était un joueur de poker convenable avant qu'il ne soit traité pour un cancer, mais après sa longue convalescence il se souvient avoir gagné 50 sessions de poker consécutives.

Comment est-ce possible ? C'est un miracle, tout comme sa guérison. Doyle disait qu'après son opération, il possédait d'extraordinaires facultés d'analyse du jeu. Layne Flack, quant à lui, opère ses adversaires avec son talent.

Flack est né en 1969, et passa sa jeunesse dans le Montana. Il retourna dans le Dakota du Sud pour finir le collège en 1987, et c'est alors qu'il travailla en tant que croupier de poker. A 24 ans, lui et sa petite amie partirent pour Reno, au Nevada, et jusqu'en 1995, quand sa fille Hailey naquit, Layne fut joueur de poker professionnel.

Il se souvient qu'il apprit à jouer très facilement, et sa première année de jeu était ponctuée de grosses victoires dont certaines en tournoi. Layne s'accuse de ne plus vivre avec sa fille et la mère de celle-ci. « C'était une erreur de penser que le travail était plus important que ma famille » déclare-t-il à propos du temps passé à Bozeman au Montana, où ils partirent s'installer pour qu'il s'occupe de la salle de poker dans un casino du coin. Avant que sa fille n'ait deux ans, Layne était célibataire et vivait à Las Vegas.

Son premier grand résultat fut au Horseshoe, où il gagna le tournoi à $1500 de no limit hold'em des Hall of Fame, et empocha ainsi $68 000. D'autres victoires en tournoi suivirent, alors qu'il jouait dans le même temps à de grosses parties d'argent. Le talent de Layne ne passa pas inaperçu aux yeux des meilleurs joueurs de poker, et après quelques mauvaises sessions, Johnny Chan était plus que désireux de le financer.

La décision fut profitable pour Chan qui en eut les bénéfices presque immédiatement quand Layne remporta un tournoi à $500 au Rio. L'année suivante, Flack gagna son premier bracelet des World Series of Poker dans le tournoi de Pot Limit Hold'Em à $3000. Ses $224 000 de gains étaient considérables, mais il y avait des nuages à l'horizon. Comme beaucoup d'autres joueurs, Layne aimait boire et son attitude à table était complètement inconsciente.

Phil Hellmuth l'appelle "un génie du no limit hold'em", mais cela vient pour beaucoup de la croyance de Layne en son sixième sens. Flack dit qu'il « paye parfois avec la pire des mains parce qu'il sait qu'il va gagner le coup ». « Je ne lis pas de livres, je ne veux pas changer mon style de jeu, et je ne veux pas que les autres joueurs l'apprennent ». Doyle Brunson a dû réinventer son jeu après avoir publié Super/System parce qu'il avait dit à tout le monde comment il jouait. Flack n'aura jamais ce problème. Il est plus téméraire que jamais, aux tables en tout cas.

Il participa à la première saison du World Poker Tour Invitational, et repartit avec les $100 000 de la première place. En avril 2002, Layne reçu les plus grands honneurs dans le tournoi des WSOP de No Limit Hold'Em à $2000 en remportant un second bracelet (et $303 000). En mai, il gagnait le troisième et $268 000 au tournoi de No Limit à $1500. Il fini également deuxième en final du World Poker Tour et empochait ainsi $187 000. Il gagnait beaucoup d'argent en tournoi mais l'argent rentrait et repartait si rapidement qu'il devait être financé par ses amis.

En 1999, Layne jouait au $2,000-$4,000 7-card stud, et parfois même à $2,000-$4,000. Son excellent jeu lui permet d'appartenir à un tout petit groupe de grands joueurs de tournoi qui pourraient toujours manger s'ils ne devaient jouer qu'en parties d'argent. Cependant, Layne avait de gros problème d'argent.

Au WSOP 2003, Layne gagna coup sur coup deux bracelets en or en remportant le $1500 limit hold'em shootout et le tournoi à $2500 d'Omaha hi/low. Ses gains pour ces quelques nuits sans sommeil furent de $240 000. Mais, les nuits sans sommeils continuèrent alors qu'il travaillait avec acharnement pour essayer de concilier sa vie de famille et le poker.

Après avoir fait une pause de deux mois sans jouer au poker, Flack avait beaucoup à prouver à Aruba, et son jeu venait vraiment du coeur, il voulait que sa fille puisse le voir jouer en table de finale (c'était la seule table à laquelle la petite fille de neuf ans avait le droit d'assister). Les cartes font parfois ce qu'elles veulent, et vous n'obtenez pas toujours ce que vous voulez dans la vie, mais ce jour-là et là-bas, tout alla pour le mieux. Layne passa juste à côté du titre de champion et remporta $500 000 pour sa deuxième place. Je ne sais pas lequel du père ou de sa fille fut le plus fier de cette exploit.

Layne fit la preuve qu'il était de retour dans la course en remportant la deuxième place du tournoi de Pot Limit Hold'Em à $1500 des WSOP 2005( et $186 000) et également la quatrième place du tournoi de No Limit Hold'Em Short Handed à $5000 (et $99 000). L'abus de certaines substances eut raison de nombreux joueurs, mais Flack est de retour, jouant avec son cœur, rendant sa fille fière de lui. Et ça mes amis, c'est l'étoffe des légendes.

PLUS D'ARTICLES

Joueurs

Qu'en pensez-vous ?