WSOP 2017 EN DIRECT
2017 World Series Of Poker Le coverage du PSF Lille

World Series of Poker : une roulette russe ?

World Series of Poker : une roulette russe ? 0001

Nous l'avons tous entendu des centaine de fois : les tournois des World Series Of Poker, qui se tiennent tous les étés à Las Vegas aux Etats-Unis, ne sont-il pas en réalité qu'une roulette russe géante ?

Bien sûr, certains grands professionnels ont déjà gagné assez d'argent pour être considérés comme des joueurs gagnants aux WSOP. D'un autre côté, depuis cinq années, c'est à dire depuis l'explosion de la popularité du poker, un grand nombre de joueurs amateurs sortis de nulle part ont contribué régulièrement à l'élimination des joueurs pros les plus établis et remporté le titre de champion du monde face à près de 8000 concurrents. Les supporters les plus acharnés du poker en tant que jeu de stratégie et d'adresse en sont venus à considérer le facteur chance comme prédominant au cours des tournois WSOP, et du tournoi principal particulièrement.

Le problème majeur du poker aux World Series vient du nombre toujours plus grand de joueurs participant au plus important rendez-vous international du jeu. Ce nombre croissant de joueurs parfois très doués rend la vie difficile aux joueurs professionnels présents lors de ces World Series. Plus le nombre de joueurs inscrit à un tournoi est important, plus les probabilités de voir un pro s'imposer lors d'un tournoi est faible. Mettez par exemple, 8000 joueurs de tennis au départ d'un tournoi du grand chelem, la problématique sera sans doute la même. De plus, certains joueurs semi-amateurs se trouvent dans une forme optimale à ce moment précis de l'année.

Cependant, si les WSOP reposaient uniquement sur le facteur chance, il n'y aurait aucun moyen de prédire qui entrera dans les places payées et qui gagnera de l'argent avant le début des tournois. Si l'on regarde dans le rétroviseur de ces cinq dernières années, et depuis que Robert Varkonyi a ouvert la voie pour les amateurs en remportant le Main Event des 33ème WSOP en 2002, sept noms ont été chaque année dans la liste du top 100 des joueurs gagnant de l'argent.

Allen Cunningham, Phil Ivey, John Juanda, Erick Lindgren, Scotty Nguyen, Men "The Master" Nguyen, et David "The Dragon" Pham ont tous été parmi les 100 joueurs gagnant de l'argent lors des cinq dernières édtions des World Series of Poker. Tous ces joueurs, sauf Men "the Master", ont à nouveau atteint les places payées cette année et sont entrés dans le Top 100 en gain de ces WSOP 2007.

Phil Helmuth, Marcel Luske, et Mike 'The Mouth' Matusow sont apparus dans cette liste plusieurs fois ces cinq dernières années. Si les World Series of Poker n'étaient qu'une roulette russe, il serait impossible pour ces joueurs non seulement de gagner plus que les autres joueurs mais aussi de gagner de façon si récurrente.

La qualité et l'habileté de ces joueurs sont si élevées et l'approche qu'ils ont de la compétition est si sérieuse, qu'ils sont en mesure de surmonter la plupart des phénomènes normaux de variance et de tirer leur épingle du jeu de façon régulière. En somme, ils parviennent à "battre le jeu" ("beat the game").

D'autre part, si l'on s'intéresse seulement aux performances de Phil Hellmuth, on peut avancer que les WSOP ne sont pas seulement une question de chance. Il vient cette année de remporter son 11ème bracelet WSOP, autrement dit, il a remporté dans l'ensemble de sa carrière 11 tournois des World Series. Ainsi, les joueurs les plus techniques sortent du lot à long terme.

Pour continuer le raisonnement, Matusow et Hellmuth ont atteint tous les deux à chaque année une table finale pendant 7 ans. Ces joueurs, entiers et simples, sont des exceptions. Ces professionnels jouent dans beaucoup de tournois reconnus, ils sont tellement talentueux qu'il leur faut une quantité colossale de malchance pour les empêcher de gagner.

Le champion du monde 2005, l'australien Joe Hachem, a commencé à jouer dans les tournois des WSOP il y a deux ans à peine. En 2005, après avoir gagné le tournoi majeur, il s'est installé parmi les tous meilleurs joueurs du circuit professionnel en terme de gains. L'année suivante, il a été l'auteur d'un retour inattendu aux yeux des professionnels en finissant l'année classé à une solide huitième place mondiale. Bien qu'il n'ait pas participé à suffisamment de tournois WSOP pour prouver sa constance, et bien qu'il ait été absent du début de ces World Series 2007 pour participer au tournage d'un film, il pourrait rejoindre cette courte liste de joueurs gagnants relativement vite.

Une chose est sûre, le joueur de poker connaît toujours des hauts et des bas. La plupart des joueurs sont habituellement d'accord pour dire qu'il est toujours aussi utile d'être chanceux que bon. Toutefois, un petit groupe de joueurs de génie démontre que la chance n'a pas grand-chose à voir là-dedans.

NDR: PokerNews Cup : retrouvez le calendrier de l'ensemble des 70 tournois freerolls $5000 sur notre page spéciale PokerNews Cup.

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?