WSOP 2017 EN DIRECT
2017 World Series Of Poker

Matt Savage : "Je traite tout le monde de la même façon"

Matt Savage : "Je traite tout le monde de la même façon" 0001

L'un des directeurs de tournois de poker les plus appréciés du circuit international, Matt Savage s'est rendu dans nettement plus d'endroits que le gars qui chante « On the road again. » Il est le chef d'orchestre des World Series of Poker depuis des années. Il est le présentateur du « WPT Bay 101 Shooting Star ». Il a dirigé le « UltimateBet Aruba Poker Classic » cette année.

Sans parler des nouveaux tournois qui fleurissent en Asie. Savage a contribué à la mise en place de nombreux événements à Macao, en Malaisie et à Singapour. Il est aussi celui qui a standardisé les règles du poker au sein de l'Association des Directeurs de Tournois (TDA). Quand trouve-t-il le temps de dormir ?

PokerNews : "Racontez-nous vos incursions en Asie, vous essayez d'y développer la pratique professionnelle du poker..."

Matt Savage : Essayer de généraliser le poker, oui. En novembre prochain, nous avons un programme de trois tournois à Macao. Ils auront lieu au « Grand Waldo Hotel and Resort », avec deux tournois à 1200$ US l'entrée et un tournoi principal à 6400$ US de buy in. Ensuite, nous proposerons un tournoi spécial à une seule table avec un droit d'entrée de 128.000$ US limité à 10 joueurs.

PN : Ouaouh. Cette table spéciale, est-elle uniquement proposée sur invitation ?

MS : Pas uniquement sur invitation. Nous avons quelques joueurs que nous avons déjà contactés, ils ont dit être très intéressés. Quelques hommes d'affaires asiatiques parlaient de vouloir y participer, donc c'est excitant. Et je pense que Macao, le cœur du jeu en Asie, est un endroit où l'on peut remplir la table assez facilement. Sans oublier que nous aurons quelques pros venant des USA, il viendront pour participer à ce tournoi et pour ressentir ce qu'il se passe en Asie sur la scène du poker.

PN : Qu'en est-il dans les autres pays ?

MS : De là-bas, j'irai à Malte et je parlerai durant une conférence de joueurs. Ensuite j'irai directement en Malaisie, au « Genting Highlands Hotel and Casino », nous y organisons deux tournois VIP. L'un est destiné aux membres réguliers du casino, le tournoi suivant est destiné à leurs plus gros joueurs. Tout ceci est fait pour pour faire connaître le jeu de poker en Malaisie. Là bas, tous les gens du management adorent le Hold'em. Ils sont très contents d'avoir des opportunités de jeu là-bas. Etant donné que l'information a été diffusée quelque peu, j'ai été contacté par quelques personnes en Malaisie et à Singapour, ils sont très intéressés pour participer à ce tournoi. Vous pouvez vous qualifier pour ce tournoi en jouant dans leur casino et ensuite, en 2008, ils pensent mettre en place trois tournois ouverts avec un tournoi principal ayant lieu fin 2008. Ce sera un grand tournoi où nous espérons avoir jusqu'à 1000 joueurs.

PN : Quoi d'autre à horizon en ce qui concerne la direction de tournois ?

MS : Apres tout cela et les vacances de Noël, je serai de retour en Australie pour travailler avec Fox Sports Net pour les « Aussie Millions ». J'ai aussi été contacté par certaines personnes, une en particulier en Egypte. Il existe un groupe de casinos là-bas, à Sharm El Sheikh, et nous avons discuté de parties de cash-games mais aussi un tournoi principal. Cela aussi, c'est excitant.

J'y ai toujours un emploi à plein temps au « Bay 101 » à san José en Californie, même si je vis à Las Vegas. Vous savez, en ce qui concerne le « Bay 101 Shoting Star », je pense toujours que c'est le meilleur tournoi du World Poker Tour. C'est un tournoi d'un style différent. Nous avons des primes dans ce tournoi et en addition de ces primes, nous jouons à six par table lors du quatrième jour, ce qui est très passionnant.

PN : Vous étiez pour un temps le directeur du tournoi du « Mansion PokerDome Challenge », pas vrai ?

MS : C'est correct.

PN : La loi américaine a quelque peu mis la pression sur Mansion et cela a finalement mis fin à cet événement. Si la loi améliore la régulation de l'activité économique autour du poker, pensez-vous que nous pourrions éventuellement assister au retour de tournois de poker peu communs comme le « PokerDome » ?

MS : Certainement, oui. Nous sommes tous très contents par les progrès réalisés au sujet d'une évolution de la législation. Je pense qu'il est nécessaire de réguler l'industrie du poker online, une fois qu'ils l'auront fait, et que les gouvernements se rendront compte de l'argent gagné en taxant le poker online, je pense qu'ils pourraient y revenir. Une fois que cela aura lieu, je pense que cela revitalisera les compétitions télévisées aux USA.

PN : Que pensez-vous de l'exclusivité obtenues par certains medias sur de grandes compétitions comme les accords « WSOP-Bluff-PokerNews » ou « WPT-CardPlayer » ?

MS : Inquiétant ! Je pense que même les personnes impliquées n'aiment pas cela. Lorsque vous voyez "Bluff Magazine" obtenir l'exclusivité des WSOP, travaillant avec le site PokerNews sur cela, « CardPlayer se voit forcé d'essayer de faire quelque chose de leur côté. Leur partenariat avec le World Poker Tour, je pense qu'ils l'ont fait principalement de manière défensive pour essayer de se protéger d'une exclusion de la scène du poker médiatique. C'est malheureux. Je pense que j'aimerais voir tout le monde capable d'annoncer tous les tournois. Je sais que CardPlayer a été quelque peu malmené cette année aux WSOP, tout comme d'autres l'ont été en 2006. Ils n'ont réellement pas été autorisés à donner le genre de couverture qu'ils voulaient donner. Et d'autres n'étaient pas autorisés à mettre en place la couverture qu'ils voulaient du fait de l'exclusivité opposée par Bluff. Mais Bluff, pour leur défense, ont payé beaucoup pour avoir ce droit, pour avoir cette exclusivité, donc je ne peux pas les blâmer.

C'est inquiétant. J'espère que tous ces acteurs y réfléchiront mieux et qu'ils décideront d'arriver à un accord mutuel où ils pourront travailler sur la base d'une promotion croisée sur les tournois. Je pense que plus il y a de personnes qui font la promotion de ces tournois, mieux ce sera pour ces tournois et pour le poker.

PN : Vous avez participé à la standardisation des règles des tournois de poker au sein de l'Association des Directeurs de Tournois (TDA). En quoi cette standardisation est-ellebénéfique pour le Poker ?

MS : Lorsque je l'ai débuté, vous pouviez aller d'un casino à l'autre et vous voir opposer des règles différentes. Maintenant, vous entrez dans un casino, vous découvrez ces règles TDA, vous savez que certaines règles seront en place. L'une des règles qui a été modifiée cette année est celle de pénalité. Je la trouve très importante. Désormais, les joueurs sont pénalisés avec des tours et non plus avec du temps. Les joueurs prenaient avantage de la vieille règle en essayant de gagner du temps ou en jouant plus vite. Désormais, il est assez classique de rater un tour, et peu importe que vos adversaires jouent vite ou lentement, de toutes façons vous passerez ce tour.

Clairement, si j'organise un tournoi, la première chose que je dis aux joueurs, c'est que les règles du TDA seront appliquées. Donc les joueurs savent à quoi s'attendre. Les joueurs savent que lorsqu'ils viennent participer à l'un de mes tournois ou à l'un tournoi que je dirige, les règles du TDA seront appliquées et ils connaitront ces règles. Donc, si vous connaissez les règles, vous avez un avantage de plus sur tous les autres joueurs, car si vous ne savez pas ce qu'il se passe, et que vous ne connaissez pas les règles, vous pouvez passer les premiers niveaux d'un tournoi à essayer de comprendre comment cela se passe.

PN : A quelle fréquence ces règles changent-elles, et quelle sorte d'implication y a-t-il dans l'addition ou le changement d'une règle TDA ?

MS : Tout a débuté en 2001, et nous nous sommes rencontrés avec 25 directeurs de tournois organisés aux USA, l'année d'après, nous avions une réunion dans laquelle il y avait 40 membres. Ensuite, il a fallu encore cinq années avant de se réunir à nouveau. J'ai envoyé des invitations pour le TDA et 120 directeurs de tournois étaient présents, sans compter le staff des casinos eux même, du monde entier. Les gens se sont réellement impliqués. J'ai eu peur que la réunion soit complètement désorganisée à cause du nombre de personne mais cela s'est finalement plutôt bien passé. Les gens ont accepté des compromis pour le plus grand bénéfice du groupe et je pense que cela a été énormément profitable pour l'industrie du poker. Pour être clair, je pense que c'est le seul groupe de personnes solides jamais réuni.

PN : Que pensez-vous de la façon dont les WSOP sont gérées par rapport à l'époque où vous vous en occupiez ?

MS : Et bien (rires)… Bonne question. Je connais Jack Effel, et je sais qu'il travaille dur pour que cela fonctionne correctement. C'est tellement énorme maintenant. Il y a tellement de choses différentes. Ma plus grosse critique cette année est que je pense qu'ils n'étaient pas prêts. Après ces dernières années, ils devaient se douter de ce qui les attendait. Ce n'est pas la faute du directeur du tournoi. Honnêtement, je pense que les joueurs ne sont pas respectés en général, sauf par de grands directeurs de tournois comme Jack McClelland, Dave Lamb et quelques autres dans la même veine. Je pense qu'il n'y avait pas de respect mutuel entre les joueurs et le staff du tournoi. Je crois que c'est un gros problème.

Sincèrement cela me manque de ne plus faire partie des World Series of Poker. Je pense toujours que c'est le plus grand et le meilleur tournoi dans le monde. Mais je pense aussi qu'il doit s'améliorer, sinon les joueurs, un jour peut être, s'arrêteront de jouer. Je crois que des changements sont nécessaires et qu'il faut écouter ce que les joueurs ont à dire tout en maintenant l'intégrité des World Series of Poker.

Le respect de la tradition est aussi très important. De nombreuses traditions ont disparu. J'aime dire que j'ai fait du très bon travail avec les World Series of Poker. J'ai moi-même vécu quelques situations difficiles en travaillant au Binion's Horseshoe. Mais je pense que pendant les années où j'étais là, la plupart des joueurs seraient d'accord pour dire que les tournois étaient gérés de façon professionnelle et, c'est le plus important, de façon intègre.

Tout le monde était traité de la même façon.

NDRL : qualifiez-vous sur les plus gros tournois sur Full tilt

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?