Poker France - Vagues de contrôles policiers dans les cercles de jeux

Poker France - Vagues de contrôles policiers dans les cercles de jeux 0001

50$ offerts par PokerNews sur Everest Poker

Fin février 2008, notamment jeudi 28 et vendredi 29 février, les cercles de jeux parisiens ont fait l'objet d'une série de contrôles opérée par la police des jeux française. L'un des plus gros cercles parisiens doit fermer ses portes. Certains autres demandent désormais une cotisation.

Le cercle Haussmann, qui proposait aux joueurs parisiens notamment une quinzaine de tables de poker Texas Hold'em, a fermé ses portes au public vendredi 29 février peu avant minuit après l'irruption des forces de police et l'arrêt des jeux en fin d'après midi. Le cercle Haussmann est situé dans le 2nd arrondissement de Paris. Quelques heures suivant cette série de contrôles, deux des plus gros cercles de jeux parisiens, L'Aviation Club de France (ACF) et Wagram, demandaient désormais une cotisation annuelle à leurs joueurs pour s'assoir aux tables.

L'intervention de la police des jeux aurait été motivée par une vérification de la conformité des cercles aux normes en vigueur dans le cadre d'un renouvellement de licence accordée par l'Etat. On recense quelques neuf cercles à Paris, dont sept proposent des tables de poker hold'em : ACF (quelques 20 tables), Wagram (20), Haussmann (15), Gaillon (6), Central (6), ACIC (4 tables high stakes), Clichy Montpartre (2).

Les cercles de jeux parisiens constituaient jusqu'à cet été 2007 le haut lieu du poker dont le succès grandit en France depuis une dizaine d'années. Les cercles étaient les seuls lieux autorisés à proposer du poker contrairement aux 198 casinos de France limités aux jeux contre la banque.

Depuis mai 2007 et l'autorisation pour tout casino d'ouvrir des tables de poker Texas Hold'em, rien ne va plus pour les cercles ! En l'espace de trois mois, trois établissements ont précipitamment cessé leurs activités.

Outre le cercle Haussmann fin février, deux autres cercles de jeux ont récemment fermé leurs portes. Le premier à tomber, et avec grand fracas, fut un autre grand cercle parisien : le Concorde. Le cercle du neuvième arrondissement parisien avait été temporairement fermé après une investigation financière du JIRS (Juridiction interré­gionale spécialisée) le 27 novembre 2007 contre "un réseau de blanchiment de fonds". La fermeture définitive du cercle Concorde a depuis été obtenue par la police des jeux début 2008. Le second est le cercle des Pyrénées situé à Toulouse. Le cercle toulousain est fermé depuis le 9 janvier 2008, officiellement pour un non renouvellement de licence. La fermeture des cercles se fait sans ménagement pour le personnel des établissements. Ces derniers ne se voient pas proposer de procédure de licenciement et se retrouvent dans une situation financière précaire.

Alors que le succès du poker se fait grandissant en France, et que les casinos très contrôlés par l'Etat se font plus nombreux à proposer le jeu dans leurs enceintes, les autorités publiques veulent-elles faire place nette à Paris et en France après une période de laisser faire ?

Selon un employé de cercle parisien, « il y a désormais beaucoup d'argent dans le poker, les autorités sont soucieuses de savoir où va cet argent, et à quoi il sert. Elles n'avaient aucune idée du volume de jeux auparavant. Maintenant, avec le retour des chiffres générés par les casinos, la police des jeux est plus présente, elle contrôle. On parle beaucoup du lobby des casinos qui ferait pression pour investir Paris, et l'ouverture prochaine des tables de poker au casino d'Enghien le laisse penser. Je n'y crois pas trop. Les casinos et les cercles ne s'adressent pas aux mêmes couches de la population. Les cercles proposent principalement des petites tables où le joueur entre avec 50€. Les casinos sont plus intéressés par des tables dont l'entrée se fait avec un minimum de 100 ou 500 euros. »

50$ offerts par PokerNews sur Everest Poker

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?