Joueur de poker professionnel : Phil Galfond

Joueur de poker professionnel : Phil Galfond 0001

Joueurs de poker

Dr Galfond et Mr OMGClayAiken

Au vu de son pseudo, on pourrait penser que Phil "OMGClayAiken" Galfond est un incorrigible fan de l'émission "American Idol" (NdT : version américaine de la "Nouvelle Star", dont le chanteur Clay Aiken a été finaliste en 2003). Bien qu'il admette avoir en son temps beaucoup regardé l'émission, l'histoire qui se cache derrière son sobriquet relate simplement le choix d'un jeune homme d'aller à contre-courant de la dernière mode en vogue aux tables de jeu, celle qui consiste à s'affubler d'un pseudo bien macho et guerrier. Plutôt que d'en choisir un plus intimidant encore, Galfond voulait que ses adversaires aient honte de perdre contre lui—et ils ont dû avoir honte plus souvent qu'à leur tour ces dernières années, sur les tables où sévit le jeune prodige. Les tables les plus chères que le poker online ait à offrir. Et alors que la plupart de ses pairs ont dépensé depuis belle lurette la majeure partie de leurs gains, afin de s'offrir la belle vie : voitures de sport, montres incrustées de diamants ou garçonnières hors de prix, Galfond a su garder les pieds sur terre. En dépit des enjeux, qui peuvent lui faire perdre ou gagner l'équivalent d'une villa hollywoodienne en l'espace d'une journée.

Des sit-n-go à 10$ aux tables de high stakes poker

Né en 1985, Phil Galfond a grandi dans le Maryland. Après avoir décroché son bac il s'inscrit à un cursus de philosophie à l'université de Wisconsin-Madison. Même si son niveau est excellent, Galfond ne tient que 5 semestres à la fac avant de se tourner vers le poker à plein temps. Il démarre avec des sit-n-go sur Party Poker, occupe sa première année de poker à se construire patiemment une bankroll et passe progressivement des tournois à $10 aux tournois à $100, avec quelques shots occasionnels vers les sit-n-go à $1,000. Fatigué des sit-n-go, Galfond décide alors de passer aux tables de cash-game à $5-$10 en no-limit hold'em. Bien qu'il n'ait pas vraiment la bankroll pour s'y attaquer, les résultats ne se font pas attendre et, après quelques mois, il passe aux tables $10-$20 NLHE. On le voit même à l'occasion tenter quelques shots sur les tables à $25-$50 ou $50-$100 NLHE. C'est à peu près à cette période qu'il reçoit sa première vraie correction et qu'un gros downswing l'oblige à redescendre sur les tables à $5-$10 pour se reconstituer une bankroll. Galfond continue à s'échiner patiemment sur les tables à $5-$10 NLHE jusqu'en Février 2007, date à laquelle il peut enfin reprendre pied sur les tables high-stakes. Etudiant le jeu en permanence et postant régulièrement sur les forums stratégiques, Galfond n'a plus jamais eu besoin de redescendre de limite depuis lors.

Ses copains de table: Antonius, Benyamine, Zigmund et Durrrr.

Après les excellents résultats que l'on connaît en no-limit hold'em, Galfond se met en tête de conquérir le roi des jeux d'action — le pot-limit Omaha. C'est dans cette direction que se mettent alors à migrer les cash games high-stakes et il se fait donc un devoir d'exceller aussi en Omaha. A la fin de l'année 2007, Phil Galfond est l'un des joueurs de pot-limit Omaha les plus craints, en format head's-up ou shorthanded, sur les $200-$400 et au-dessus, s'asseyant fréquemment aux mêmes tables que David Benyamine, Patrik Antonius, Ilari "Ziigmund" Sahamies ou Tom "durrrr" Dwan.

En 2007 : une invitation aux GSN's High Stakes Poker

Le nouveau statut de "Grand" du poker online de Galfond se trouve alors renforcé par l'invitation qu'il reçoit à la saison 4 des GSN's "High Stakes Poker," tournée en trois jours au South Point Hotel & Casino à Las Vegas. Programmé pour jouer le Day 2 et une partie du Day 3, Galfond arrive avec plus de $700,000 à "Sin City", ayant tout d'abord l'intention de se stacker "bas" (si l'on peut appeler "bas" $220,000) lors du Day 2, et d'ouvrir progressivement son jeu le jour suivant. Galfond se voit offrir un siège deux heures seulement avant la conclusion du Day 2, et se retrouve à jouer un jeu assez serré face à une table loose-aggressive. Et alors qu'il pensait avoir un seconde chance le jour suivant, il reçoit un coup de téléphone juste avant de se mettre au lit qui lui annonce qu'un "pro plus médiatique" a finalement décidé de jouer ce Day 3, lui fermant ainsi les portes du show télévisé du lendemain. Galfond, assez énervé par la situation, clôt tout de même son expérience télévisée avec un gain de $20,000.

En 2008 : un bracelet aux WSOP

Bien que Phil Galfond soit avant tout un joueur de cash-game, qui pourrait résister à jouer les World Series of Poker? Il est rentré deux fois dans l'argent lors des WSOP 2006 et deux fois également en 2007, à chaque fois dans des tournois de pot-limit ou de no-limit Hold'em. Il démarre ses World Series 2008 avec une 45ème place aux Championnat du Monde de head's-up no-limit Hold'em à $10,000 mais, tout comme sur Internet, c'est en pot-limit Omaha qu'il marque vraiment les championnats de son empreinte. La table finale du $5,000 PLO avec Rebuys totalise 28 bracelets WSOP et pléthore de grands noms. Hellmuth. Chan. Juanda. Benyamine. Negreanu. Pourtant, c'est Galfond qui, cette nuit-là, prend le meilleur sur tous ses adversaires et remporte son premier bracelet, accompagné d'un chèque de $817,000. Et, à écouter Galfond en parler, ce sont des joueurs moins connus, comme Brian "tsarrast" Rast ou Adam "The_Houdini" Hourani, deux légendes des tables high-stake online, qui lui ont causé le plus de soucis durant cette table finale. Galfond les a rencontrés en ligne, eux et Benyamine, un nombre incalculable de fois et a beaucoup de respect pour leur talent. Alors que la plupart des joueurs de 23 ans se seraient directement dirigés vers la boite de nuit la plus proche pour faire péter le champagne après une victoire comme celle-là, Galfond confesse durant l'interview qui clôt le tournoi que tout ce dont il a envie à ce moment-là, c'est de rentrer à sa chambre d'hôtel et de se détendre en se matant un bon film.

Approché à de nombreuses reprises par des rooms comme Full Tilt ou Pokerstars , Phil Galfond s'est pour l'instant refusé à nouer tout contrat de sponsoring et préfère payer lui-même ses buy-ins. De son propre aveu, les contrats qu'on lui propose pour le moment ne lui rapporteraient pas grand chose au vu des sommes qu'il gagne aujourd'hui. La renommée et les résultats aidant, il estime avoir une bonne chance de signer des deals autrement plus intéressants à l'avenir, qu'aucune exclusivité hâtivement accordée ne pourra venir compromettre.

Lorsqu'il n'est pas occupé à perdre ou à gagner des centaines de milliers de dollars online, on peut souvent trouver Galfond occupé à son autre passion — pratiquer et donner des cours d'improvisation. Il publie aussi régulièrement des articles dans Bluff Magazine.

Remportez votre place pour l'Européan Poker Tour de Deauville 2009 d'une valeur de 10 500$ sur Winamax

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?