Les jeux d'argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d'argent, conflits familiaux, addiction…, retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09 74 75 13 13 - appel non surtaxé).

Gouvernemen ANJ Adictel Evalujeu

Affaire Full Tilt Poker : Phil Ivey chargé par Lederer (Partie 5)

Name Surname
Mathew Parvis
Name Surname
Johan Le Mestre
5 min à lire
The Lederer Files (Partie 5) : Howard Lederer charge Phil Ivey

Dans cette cinquième partie des Lederer Files, une interview exclusive d’Howard Lederer accordée à PokerNews, l’ancien créateur et propriétaire de Full Tilt Poker revient en détails, dans un premier temps, sur l’action en justice intentée parPhil Ivey à la société en juin 2011. Une plainte qualifiée de « terrible » et de « dévastatrice pour l’entreprise ». Le "Professeur" aborde ensuite le remplacement du conseil d’administration en place et la prise de pouvoir d’un groupe d’actionnaires emmené par Phil Gordon et dont Phil Ivey fait également partie.

Phil Ivey se désolidarise de Full Tilt Poker…

En juin 2011, plus d’un mois après le Black Friday, Tiltware, la société mère de Full Tilt Poker, fait face à un nouveau problème : la poursuite de Phil Ivey en justice qui réclame 150 millions de dollars de dommages et intérêts. Investisseur dès la création de Full Tilt Poker, le meilleur joueur de poker du monde, représentant historique de la marque, recevait d’importantes compensations financières pour son investissement dans l’entreprise mais il était lié à elle et il ne pouvait pas quitter le navire. Une situation que Phil Ivey ne trouvait pas juste.

… et intente une action en justice

« Il voulait pouvoir approcher d’autres sites pour les représenter tout en gardant ses parts dans la compagnie », raconte Lederer. « Il ne pouvait tout simplement pas représenter un autre site avant que les problèmes de Full Tilt ne soient réglés. Il était le visage de Full Tilt Poker. Qui allait engager Phil Ivey à ce moment là ? » explique Lederer qui n’a pas du tout apprécié le comportement du Tiger Woods du poker. Cette action en justice a été « dévastatrice pour la société » lâche le "Professeur".

« Il demandait quelque chose qui allait affaiblir la compagnie et la valeur de ses actifs. Ça n’avait aucun sens. Il n’y avait aucune chance que nous le laissions dévaluer la société à ce moment critique » ajoute l’ancien président Tiltware. La situation était claire pour Howard Lederer : la société devait tout faire pour préserver la valeur de ses actifs, rembourser les joueurs et régler l’affaire. Une fois les problèmes résolus, Phil Ivey pouvait aller où il le souhaite et même rester chez Full Tilt.

« Phil Ivey n’a jamais privilégié les intérêts des joueurs »

Dans ses propos, Lederer écorne l’image de Phil Ivey en précisant que l’octuple champion WSOP n’a jamais prêché pour la communauté du poker mais toujours pour sa cause. En tant qu’actionnaire, il n’a pas rempli ses obligations morales envers la société dont il a tellement profité. Il ne devait pas essayer de nuire à la compagnie soutient Lederer. L’action en justice intentée par le joueur est décrite comme « absurde » par Lederer. « Comment Full Tilt aurait pu lui verser 150 millions de dollars à ce moment critique ? » s’interroge le Professeur. Une plainte qui, selon Lederer, n’a fait que compliquer la situation.

Juillet 2011 : Phil Gordon passe à l’action et prend les commandes

Ironie de la chose, on apprend que Phil Ivey, malgré sa plainte, doit faire partie en compagnie d’Andy Bloch et de Phil Gordon du nouveau conseil d’administration en remplacement de Ray Bitar, d'Howard Lederer, de Chris Ferguson et de Rafe Furst. En effet, en juillet 2011, un groupe d’actionnaires emmené par Phil Gordon et ses avocats décide d’agir et de remplacer le conseil d’administration. Ils sont persuadés que le board a contribué à créer le trou dans les comptes, qu’il était au courant de la situation et qu’il a tout de même approuvé la distribution des dividendes explique Lederer mais « cette idée est plus que ridicule » déclare le vainqueur des deux bracelets WSOP.

Un salaire de 20.000$ par mois pour les nouveaux membres du conseil d’administration

Via un document rédigé par les avocats de Phil Gordon et approuvé par la majorité des actionnaires (52 ou 53% selon Lederer), le remplacement des membres du conseil d’administration est exigé et un nouveau board composé d’Ivey, de Gordon et de Bloch est amené à prendre le contrôle de la compagnie.

Une chose « horrifie » Lederer dans le document. Jusqu’à présent, aucun membre du board n’a été payé pour faire partie du conseil d’administration. Ray Bitar ou Howard Lederer étaient rémunérés pour leur travail quotidien au sein de l’entreprise mais les nouveaux membres du CA vont recevoir un salaire de 20.000$ par mois.

La « Transition 2.0 »

« J’ai fait beaucoup d’erreurs après le 15 avril avoue Lederer et je pense que la plus grosse a été de ne pas mettre un terme à ce nouveau conseil d’administration. J’aurais pu tuer ce board en cinq minutes, j’en avais les moyens. Plusieurs actionnaires qui avaient leur nom dans le dossier sont venus me voir en me disant "si tu penses que c’est une mauvaise idée, je retire mon nom de la liste" ». La majorité n’aurait donc plus été atteinte. « Je pense que les clients méritaient plus de combativité de ma part, c’est une grosse erreur », déclare Lederer.

Parmi les nouveaux membres du conseil, Andy Bloch est réticent à l’idée d’y siéger. Pour le convaincre, une liste de conditions à respecter est rédigée. Parmi les exigences, 30 millions de dollars doivent être collectés au près des actionnaires. Howard Lederer nomme cette passation de pouvoir la « Transition 2.0 ». Le but était de « mettre en confiance la nouvelle direction pour que la compagnie puisse à nouveau aller de l’avant mais ce n’est jamais arrivé » conclut Lederer dans cette cinquième partie des Lederer Files. A suivre…

Les "Lederer Files" : La partie 5 en vidéo (Anglais)

Qualifications live : France Poker Series Paris (13-19 novembre)

Affaire Full Tilt Poker : Phil Ivey chargé par Lederer (Partie 5) 101

La Saison 2 des France Poker Series fera étape au Cercle Cadet de Paris du 13 au 19 novembre 2012. Pour gagner votre place dans ce tournoi au buy-in de 1.100€ retransmis en streaming live sur internet, participez aux tournois et satellites live du Cercle Cadet ou téléchargez Pokerstars pour tenter votre chance dans les nombreux satellites online.

Share this article
author
Mathew Parvis
author
Johan Le Mestre

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus