Yann Roudaut : "Je rêve d’ouvrir Pokersphère à Paris"

Yann Roudaut :

Yann Roudaut a ouvert début 2014, le premier Pokersphère à Bordeaux, un club de poker offrant des conditions de jeu digne d’un cercle. Les joueurs acquittent une cotisation annuelle, ne jouent pas d’argent mais peuvent espérer remporter des lots grâce à une monnaie virtuelle. Yann Roudaut a accepté de faire un premier bilan sur son concept et de nous parler d’avenir.

Un an après l’ouverture du premier Pokersphère , quel bilan fais-tu ?
J’ai ouvert le premier Pokersphère en janvier 2014 à Bordeaux avec la volonté de développer des franchises à travers la France. Aujourd’hui, je suis plutôt satisfait. En 2014, nous avons dénombré 781 joueurs uniques dans le club de Bordeaux et j’ai distribué pour 40 000 euros de dotations dont des Packages pour des tournois prestigieux (WPTN). Par ailleurs, un deuxième Pokersphère a ouvert à Toulouse. Une ouverture à Biarritz est également prévue. Notre concept jouit plutôt d’une bonne réputation.

Une ouverture d’un Pokersphère à Paris est-elle envisageable ? Y pensez-vous ?
Bien sûr que j’y pense ! Avec la fermeture de cercles à Paris, le contexte est vraiment différent par rapport à l’an dernier, où cela me paraissait exclu. Pour le moment, nous ne sommes pas prêts. Le projet doit mûrir. Il faut ouvrir dans de bonnes conditions. Ouvrir un établissement dans la capitale nécessite des investissements lourds. Nous avons besoin d’un partenaire solide à nos côtés pour une telle opération. Il faut que j’en parle à PMU, l’un de nos sponsors. Dans mon entourage et sur les réseaux sociaux, beaucoup de gens m’encouragent à le faire. Je rêve d’ouvrir un Pokersphère à Paris.

Il y a quelques semaines, tu as été à l’initiative du festival Pokersphère Live Series au casino de Gujan. Tu as été satisfait de l’opération ?
Pokersphère a besoin d’un rayonnement pour impacter nos futures franchises. Il y a longtemps que je voulais faire un évènement co-brandé, nous nous sommes associés au Casino de Gujan et l’affluence a été au rendez-vous. C’est avant tout une opération de communication pour moi. Le niveau des joueurs de Pokersphère ne cesse d’augmenter et ils fréquentent de plus en plus les casinos.

Yann Roudaut : "Je rêve d’ouvrir Pokersphère à Paris" 101
Yann Roudaut /Copyright Julien Sauvage

Dans le poker, il y a de plus en plus d’initiatives dans lesquels, il n’y a pas d’argent en jeu comme Campok ou MarketLuck, qu’en penses-tu ?
Toutes les initiatives dans le poker sont bonnes pour l’industrie du jeu. Ces concepts permettent pour certaines personnes de découvrir le jeu. A Pokersphère, on entraine les joueurs et certains se retrouvent après dans des casinos.

Envisages-tu un partenariat avec RankingHero ?
Je travaille avec Pedro Canali, un des fondateurs de RankingHero. C’est d’ailleurs, l’un des parrains de Pokersphère. Dans l’avenir, les résultats de nos tournois seront accessibles sur Pokersphère et donc sur le site de Ranking.

Quel regard portes-tu sur l’évolution du poker en France ces derniers mois ?
En France, il existe de grands professionnels et un vrai savoir faire. Beaucoup de français ont une vraie expertise. On assiste aujourd’hui à une mutation du poker et non à une disparation. Il existe toujours une communauté de passionnés. Il faudra que les acteurs du poker proposent une offre adaptée à cette demande.

Yann Roudaut : "Je rêve d’ouvrir Pokersphère à Paris" 102
Name Surname
Julien Tissot

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus