Isabelle Mercier : "Vivre de sa passion, le luxe ultime"

Isabelle Mercier :

Joueuse emblématique, la Canadienne Isabelle Mercier cumule plus de 1 million de dollars de gains en tournoi. Résidente monégasque, elle a accepté de parler de sa nouvelle vie, d'évoquer les moments forts de sa carrière de joueuse à quelques jours du début de l'EPT Monte Carlo. Entretien.

Est-ce que tu joues encore ? Quelle place occupe aujourd'hui le poker dans ta vie ?
Je joue encore au Poker et j’affectionne surtout le format Tournoi, principalement les dimanches sur internet avec les amis à la maison, ou lors de tournois à proximité de Monaco ! Il est vrai que je n’ai plus vraiment envie de voyager, et que j’adore ma petite routine quotidienne ici en Principauté… Comme j’y ai développé divers business autour du poker, le temps me manque pour jouer plus souvent !

Tu vis à Monaco ? Bientôt l'EPT, ça te donne envie de le jouer ?
Je suis folle amoureuse de la Principauté et de la qualité de vie qu’on retrouve ici. Évidemment, l’EPT qui arrive très vite me donne envie de le jouer, mais il est vrai que n’étant pas sponsorisée par un site poker, ce genre d’événement représente un investissement substantiel. Je n’ai pas eu le temps de tenter de me qualifier sur internet, je ne suis donc pas sûre de jouer le Main ; je verrai en fonction de mon agenda et de mon état d’esprit lorsque le jour J viendra, mais je vais quand même me pencher sur la liste de tous les tournois pour voir ce qui pourrait me motiver !

Isabelle Mercier : "Vivre de sa passion, le luxe ultime" 101

Crois-tu encore en ton étoile pour gagner un grand tournoi ? Est-ce ton ambition ?
J’adorerais gagner un grand tournoi cela est certain. La bonne étoile, en effet, fait partie du jeu. Il y a le talent, mais dans un Main Event des WSOP où plus de 8000 joueurs sont en course, c’est presque le destin de le gagner… Bien jouer est une chose, mais gagner des Coin Flip et prendre toutes les bonnes décisions pendant dix jours est en une autre ! À chacun son moment de gloire.

Où en es-tu dans l'achat de ton jet ?
Ah ! L’achat de mon jet n’est absolument pas prévu sous peu ! À l’époque, je voyageais constamment et j’ai vécu dans des hôtels à temps plein pendant cinq ans, du coup, je passais 20% de ma vie dans des avions, et ce jet était très cher à mes yeux. Maintenant que je suis sédentaire à Monaco, mes envies se portent plutôt sur un joli petit bateau au Port. Il faut savoir rester vraie avec nos rêves afin que ceux-ci se réalisent.

Tu étais la NoMercy, maintenant c'est Selbst qui fait peur, quelles sont les joueuses qui t’impressionnent ?
En toute honnêteté, je suis complètement sciée par les résultats et le talent de Vanessa Selbst. Je pense sincèrement que c’est la toute première femme de l’histoire du poker à vraiment « faire peur ». Je ne sais pas exactement comment m’expliquer, mais disons que c’est la première à entrer dans le clan très sélect des « monstres » du poker, clan jusque là réservé aux mecs. Malgré tous les succès rencontrés par les joueuses de poker depuis la naissance des tournois, il n’y a que Vanessa qui ait vraiment réussi dans la constance, et surtout, elle fait vraiment trembler les adversaires.

Isabelle Mercier à l'époque de son sponsoring sous les couleurs de Betclic en 2009
Isabelle Mercier à l'époque de son sponsoring sous les couleurs de Betclic en 2009

Que penses-tu des Global Poker Masters qui se sont déroulés le mois dernier ? Tu aurais aimé y participer ?
Je pense que toutes les initiatives telles que celle-ci dans le monde du poker sont bonnes et aident à légitimer le poker de tournoi ! Plus particulièrement, j’admire énormément les qualités de Alex Dreyfus, c’est un businessman hors-pair et un visionnaire toujours en mouvement. Je dis Bravo !

Qu'as-tu pensé de la fermeture de l'ACF, c'était un lieu auquel tu étais très attachée ?
J’ai été dévastée de l’apprendre ! J’y ai débarqué en 1999, et l’Aviation représente un tiers de ma vie adulte. Quitter le job d’avocat à Montréal pour m’envoler en direction des Champs-Élysées, sans un Euro en poche, est l’un des meilleurs « moves » que j’ai pu faire de ma vie. D’ailleurs, ce n’était pas des Euros, mais encore des Francs à l’époque… La plus grosse partie de Cash Game d’Europe s’y tenait quotidiennement, à 10 000 Francs la cave (1500€) ! L’ACF a été le berceau du poker en France, grâce à « Captain » Bruno (Fitoussi), à un staff attachant, et à des murs remplis d’histoire ; cette institution restera la meilleure école de ma vie.

Tu es la marraine du site Campok, l'avenir est-il dans le poker social ?
Je crois que oui, et je le crois parce que je croise trop de gens qui adorent le poker, qui aiment la compétition, qui ont envie de jouer, et surtout de s’amuser en jouant, mais qui ne veulent surtout pas y perdre de l’argent. D’où le poker social sans argent, entre joueurs qui ont envie de se divertir, et où la possibilité d’accumuler des points, l’honneur d’être « Leader » d’un classement, ou de devenir le gagnant d’un Challenge, suffisent amplement à motiver les joueurs récréatifs.

La Web Cam de l’appli est géniale, car si on choisit de l’utiliser, on voit les autres joueurs sous caméra ; mais elle reste optionnelle, et si on ne la démarre pas, on ne voit que la photo de profil des autres joueurs. Fair enough. Cela crée une belle communauté de joueurs qui deviennent amis, et qui peuvent se distraire en jouant au poker sans enjeu financier. Une des beautés de l’application, c’est qu’elle s’ouvre directement depuis Facebook, que l’on peut y démarrer une table, et y inviter ses amis. Par expérience, je peux vous dire que, sous Web Cam, même aux quatre coins du monde, on a l’impression d’être tous dans la même pièce entre nous, comme dans mon salon à Montréal… C’est le top, et j’y crois énormément !

J’ai beaucoup travaillé avec David Maller, le fondateur de Campok Poker. Selon moi, l’avenir du poker à grande échelle se situe dans le social, et via cette application, on reste vraiment dans le fun, la proximité, et le Poker gratuit. Avec 18 000 joueurs inscrits, 4 500 joueurs actifs mensuellement, et plus de 1 000 Heads Up joués dans le cadre d’un challenge lancé par un joueur de la plateforme (où j’ai eu l’honneur de battre le grand champion Quentin 2-1), il y a un réel potentiel, et je crois énormément au développement de l’application.

Isabelle Mercier : "Vivre de sa passion, le luxe ultime" 102

Tu as lancé ta marque de bijoux il y a quelques mois, quels ont été les retours ?
Plutôt positifs, et j’en suis extrêmement flattée. C’est la première fois de toute ma vie que je fais quelque chose « avec mes mains », et des gens aiment, et ils achètent ! Je suis vraiment touchée, car cette passion de créer et de monter des pièces (qui prend un temps fou), me rappelle beaucoup mes débuts au poker; sur internet dans mon appart parisien, où je jouais des nuits entières sans voir le temps passer. C’est la même, mais ce sont des bijoux.

Isabelle Mercier : "Vivre de sa passion, le luxe ultime" 103

Ton meilleur souvenir de poker ? Le pire ? Ta plus belle rencontre ?
Les trois éléments sont reliés ! Mon meilleur souvenir du poker restera la table de finale du 5K NLH des WSOP en 2006. Phil Hellmuth, Marcel Luske, Vinny Vinh, une table de « monstres », et plus que huit mecs entre moi, le bracelet, et les 800K$.

J’ai fait un mauvais bluff contre Mister 13 Bracelets; mon cœur me disait d’envoyer le Tapis, mais ma tête me disait : « Hey ho, si jamais il te paye, vaut mieux se garder une petite réserve pour revenir dans la partie et ne pas sauter sur ce coup ». La tête a gagné, et je n’ai misé que la moitié de mon tapis au lieu de tout envoyer… Au vu du résultat, de la profondeur similaire de nos tapis, et du fait qu’il ait payé avec {k-} High sur un board {a-}{a-}{8-}{5-}{2-}, il s’agit donc du plus mauvais bluff de ma vie, et incidemment de mon pire souvenir poker.

Si j’envoyais la sauce, lui qui était à la recherche de son énième-bracelet-course-aux-records, ne pouvait pas payer ; la possibilité que j’aie en main un 8, un 5, ou un 2, était trop forte par rapport à son risque d’engager son tapis, à six joueurs d’un bracelet, avec seulement un Roi !

Et l’une de mes plus belle rencontre, c’est justement Phil Hellmuth himself, hors cadre poker, dans un resto de Vegas, où il envoie le caviar à table, est super sympa et enthousiaste, un joueur vraiment dévoué à sa passion Poker, forever. Je cite Fabrice Soulier, dans « That’s Poker » : « Sa carrière est le rêve de tout joueur de poker ».

Quel bilan fais-tu de ton expérience de joueuse sponsorisée ?
J’ai beaucoup de chance, j’ai vécu l’Âge d’Or du poker ! J’ai l’impression d’avoir réalisé une partie de mes rêves grâce à ce jeu, j’ai fait le tour du globe maintes fois, j’ai voyagé dans le confort, et j’ai profité de suites toutes plus belles les unes que les autres.

J’ai eu le privilège de goûter les meilleures cuisines du monde, de traîner dans un lit ultra confort le matin alors qu’il est déjà 11 heures, et d’avoir en plus des contrats de sponsoring tous plus lucratifs les uns que les autres. Vivre de sa passion, c’est le luxe ultime en bout de ligne ! Je suis reconnaissante d’avoir eu ce privilège, jusqu’au jour où mes passions se sont transformées en de nouveaux rêves… Il faut savoir rester vraie et « tout faire pour », afin que « l’Univers conspire à tout mettre en œuvre pour réaliser nos rêves » (Paulo Coelho, L’Alchimiste).

Name Surname
Julien Tissot

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus