Roberto Romanello : "Quelque soit le tournoi j'ai toutes mes chances de gagner"

Roberto Romanello :
Partagez moi
  • Père de famille et businessman, Roberto Romanello trouve encore le temps de jouer au poker. Le représentant de partypoker vient d'accorder une interview...

Le Gallois totalise presque 4 millions de dollars de gains sur le circuit live. Vainqueur EPT et WPT, Romanello s'est encore illustré en novembre dernier en remportant le partypoker High Roller Bahamas pour 450.000$ et finir l'année 2018 en beauté. Le joueur s'est confié à Highstakesdb il y a quelques jours...

Dans cet entretien, le n°1 gallois indique "son énorme fierté" d'occuper la place de meilleur joueur de live de son pays. Compétiteur, il avoue encore "sourire et rigoler" quand il découvre les "pseudos marrants et complètement fous de ses opposants online"... Roberto Romanello reste un passionné du jeu malgré un emploi du temps débordant.

"Je joue encore des parties privées au Pays de Galles quand mes jeunes jumeaux m'en laissent le temps", raconte-t-il avant de revenir sur l'approche de partypoker au printemps 2016 et d'expliquer qu'il aimerait bien relancer l'initiative des tournois multitables à prizepool multiple.

"J'ai ralenti mes déplacements car je suis très impliqué au niveau familial, il y a le mariage, les enfants... après quand je joue j'ai une confiance énorme en moi et je sais que la victoire est en moi. Quelque soit l'importance du tournoi j'autorise mon esprit à penser à la victoire. Quelque soit le tournoi j'ai toutes mes chances de gagner", raconte Roberto tout en expliquant que "les joueurs ont massivement amélioré leur poker".

"Ils deviennent de pus en plus fort et il y a toujours de nouveaux jeunes aux dents longues qui débarquent, c'est ce qui fait le sel de la compétition et qui m'excite", poursuit-il pour marquer le fait qu'il n'a pas l'intention de renoncer.

Trash-talker sympathique aux tables, Romanello rêve d'une table 6-Max avec "les 4 derniers vainqueurs du Main Event WSOP et (s)on papa". "Je demanderais à mon père de s'asseoir et de regarder puis je m'occuperais de ces mecs pour un dernier head's up contre lui. Ensuite, je le laisse gagner et il devient le meilleur joueur du monde ? Il m'aurait probablement battu de toute façon", rigole ensuite le Gallois avant de confier que la naissance de ses jumeaux est "la seule sensation qui a dépassé sa première victoire majeure, lors de l'EPT Prague".

Eloigné des réseaux sociaux, Romanello explique qu'un peu de "trash-talk est OK !" et qu'il s'est senti "invincible" quand on lui a remis une montagne de cash après sa première grosse gagne à Barcelona. Le poker lui a permis de "vivre des jours mémorables qui resteront à jamais". "Mais gagner l'EPT Prague reste au dessus, c'était quelque chose de différent, hors des repères habituels. Il y avait énormément d'argent au bout (640 000€, ndlr) mais ce n'est pas cela qui a provoqué cette émotion si intense, j'avais déjà expérimenté des sommes de cet ordre. [...] La réelle raison qui m'a fait craquer c'est que mon amour pour le poker était comblé, j'attendais avec impatience ce premier titre majeur et je voulais impressionner mes proches, c'était ce qu'il y avait de plus important dans ma vie", indique-t-il avant de conclure avec sagesse.

"Aujourd'hui ce qui me donne de la joie, du bonheur et de l'amour c'est ma famille, c'est ce qui me nourrit pour jouer au poker", termine Romanello en rappelant l'importance de l'équilibre de vie.

Qu'en pensez-vous ?

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus