Paris Sportifs: La licence Winamax dans le viseur de l'ANJ après un tweet polémique

winamax

Successeur de l'ARJEL, l'Autorité Nationale des Jeux a indiqué mardi 18 août avoir été saisi pour examiner l'agrément Paris Sportifs de l'opérateur Winamax suite à un gazouillis polémique mélangeant les résultats de la demi-finales de la Ligue des Champions, un visuel détourné et des paroles du groupe PNL à connotation plutôt homophobe.

winatweet
Copie d'écran tweet Winamax / PokerNews

C'est la députée La République en marche (Ain) Olga Givernet qui a contacté l'ANJ. La Ministre des Sports Roxana Maracineanu avait elle interpellé directement le community manager de la marque, la ministre déléguée à la citoyenneté Marlène Schiappa a elle aussi été touchée par le tweet de Winamax, expliquant qu'"on peut, bien sûr, se contenter de répéter ce qu’on a toujours entendu. On peut aussi réfléchir à la portée de nos propos publics".

L'ANJ a indiqué qu'"en l’état actuel de l’analyse, cette publication n’apparaît pas constituer un motif de suspension" mais va se montrer "particulièrement vigilante dans le contrôle de la stratégie promotionnelle que Winamax lui soumettra en octobre prochain".

"La communication en cause n’est pas susceptible, en l’état, d’être considérée comme un manquement de cet opérateur à ses obligations au sens des dispositions législatives et réglementaires en vigueur", explique le communiqué de l'ANJ qui adresse un carton jaune à un compte qui rassemble un demi-million de suiveurs et s'est choisi une ligne éditoriale ironique et flirtant avec la ligne rouge du mauvais goût et de l'impertinence.

Le régulateur ne se prononce pas sur le caractère choquant ou non du Tweet mais parle d'incitation au jeu malvenue grâce à l'appropriation de lyrics populaires chez les jeunes. Le tweet "peut comporter un risque d’incitation au jeu pour ces derniers, risque auquel les opérateurs sont légalement tenus de faire obstacle" précise le communiqué.

Après la publication d’un tweet de Winamax qui a fait polémique, l’ANJ a été saisie par une députée afin de prononcer une suspension de l’agrément de paris sportifs de cette société.
En l’état actuel de l’analyse, cette publication n’apparaît pas constituer un motif de suspension. Cependant, une telle communication peut induire des risques d’incitation au jeu des mineurs.
L’ANJ sera ainsi particulièrement vigilante dans le contrôle de la stratégie promotionnelle que Winamax lui soumettra en octobre prochain.
Cette stratégie promotionnelle devra scrupuleusement respecter les obligations qui sont les siennes en matière de prévention des risques d’addiction et de protection des mineurs.
Enfin, alors que la plupart des pays européens veulent aujourd’hui promouvoir un jeu d’argent éthique et responsable, une telle communication d’un opérateur important n’est pas de nature à envoyer un signal de confiance aux joueurs et à donner une image exigeante et durable de ce marché.
Pour toutes ces raisons, il serait particulièrement bienvenu que la société Winamax prenne l’initiative de retirer sans délai cette communication des comptes de ses différents réseaux sociaux.

Sans conclure définitivement, l'ANJ explique tout de même qu'"en tout état de cause, le prononcé éventuel d’une telle sanction ne pourrait intervenir qu’à l’issue d’une procédure respectueuse des droits de la défense et conduite dans le respect des dispositions" légales. Il demande pourtant le retrait du gazouillis, un retrait qui était effectif mardi midi.

L'affaire devrait s'éteindre d'elle même d'ici quelques jours malgré des articles dans GQ, Capital ou 20Minutes, Winamax ayant retiré le Tweet incriminé il y a quelques heures...

Partagez moi
  • LRem joue la question de moralité et du bon goût...

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus