EN DIRECTEvents
PokerStars Championship Prague
888poker
New poker experience at 888poker

Join now to get $88 FREE (no deposit needed)

Join now
PokerStars
Double your first deposit up to $400

New players can use bonus code 'STARS400'

Join now
partypoker
partypoker Cashback

Get up to 40% back every week!

Join now
Unibet
€200 progressive bonus

+ a FREE Unibet Open Qualifier ticket

Join now

Stratégie poker - Variance : les cycles de chance et de malchance

Stratégie poker - Variance : les cycles de chance et de malchance 0001

L'autre nuit, je me suis rendu à un club de poker. J'y ai retrouvé les joueurs habituels. Tout le monde était soit assis, soit debout autour de la table. Un des joueurs habitués était en retrait buvant une bière ou deux. Avant de m'asseoir, je me suis approché de lui – comme je le fais souvent - simplement pour lui demander comment il allait; dans le langage du poker, comment il « s'en sortait ».

« Je suis dans un mauvais cycle » répondit-il. « J'essaie juste d'attendre que ça passe... » Je lui donc ai demandé pourquoi il était venu au club – non pas que j'étais mécontent de le voir ! N'était-il pas comme quelqu'un qui tente d'arrêter de fumer mais qui prend dans le même temps sa pause dans l'espace fumeur hors de l'immeuble ?

Il m'a dit s'être rendu compte qu'il ne s'attendait pas vraiment à voir arriver la fin de sa mauvaise passe s'il restait chez lui. Il avait besoin d'être près d'une partie de poker pour que sa mauvaise période passe. En d'autres termes, s'il restait assis chez lui, ça ne reviendrait pas du tout à sortir de la partie – interrompant temporairement la mauvaise série. Il attendait que passe « temps de jeu ». Et pour lui, être dans une salle de poker, permettait au temps de jeu de passer – ce qui l'aidait à chasser le mauvais cycle.

Fou, non ?

Bien sûr mais… voilà où je veux en venir.

Le joueur de poker croit aux séries, aux cycles dans son jeu. Le joueur de poker sérieux reconnaît que les cycles existent uniquement dans l'imagination des joueurs. Tout n'est donc qu'illusion?

Sauf, bien sûr, que ça ne l'est pas. Il existe très certainement des cycles. Vous gagnez cinq sessions d'affilée, c'est une série en soi, non ? Un joueur chanceux attrape sa couleur sur la rivière trois fois de suite alors que vous avez un brelan – c'est un cycle de malchance. Vous ne pouvez pas le nier. Si quelque chose arrive plusieurs fois de suite, par définition, c'est une série, un cycle.

Bien sûr, vous êtes d'accord. C'est un cycle. Mais vous ne pouvez pas le prédire. Donc vous feriez mieux de jouer votre meilleur jeu tout le temps – et ne pas vous souciez des hauts et des bas, ni de la chance ou de la malchance. Ces choses s'équilibrent à terme, n'est ce pas ? Nous ne pouvons pas les prédire, donc ne les laissons pas affecter notre jeu.

Sauf que nous devons y penser.

Que ça nous plaise ou non, nos adversaires – du moins les plus observateurs – remarqueront si nous sommes dans un bon ou un mauvais cycle. Ils seront affectés par le cycle dans lequel nous nous trouvons.

Ne trouvez-vous pas que tel est le cas ? Lorsque vous êtes dans un cycle de victoires, ne trouvez-vous pas que vos relances obtiennent plus de respect ? Certains de vos adversaires se souviennent des dernières mains où vous avez misé agressivement et pris un gros pot – contenant beaucoup de leur argent à eux. Cela ne signifie pas que vous avez gagné parce que vous étiez dans un cycle. Mais vous avez gagné. Et ils s'en souviendront.

De la même façon, si vous étiez en train de perdre pendant une longue période – peu importe la raison – comment votre meilleur adversaire peut-il ne pas le remarquer ? Ceux qui croient en la loi des séries (et il y en a beaucoup) comprendront soit que vous continuerez à perdre, donc ils seront plus agressifs envers vous, soit que vous êtes condamné à réagir, donc ils feront plus attention. Mais dans un cas comme dans l'autre, votre cycle affectera le jeu de certains de vos adversaires.

En tant que bon observateur du poker, ce serait de la folie de ne pas tenir compte de l'impact que vos cycles ont sur le jeu des autres. Même si vous savez que les résultats passés n'ont pas d'impact sur ceux du futur (au moins pas jusqu'au point de prédire si vos cartes auront tendance à être bonnes ou mauvaises), étant donné qu'ils ne le savent pas, vous devez tenir compte de leur réaction pour votre jeu.

Jusqu'à mon « pote » de jeu qui attendait la fin de son cycle dans le club – et pas chez lui. C'était peut-être fou. Mais qui suis-je pour le dire ? Peut-être cela a-t-il apaisé son esprit – l'aidant à mieux jouer dans le futur. Une chose est sûre. Il était convaincu qu'il devait attendre la fin de sa mauvaise série dans le club de poker et j'étais ravi de l'avoir près de moi lorsqu'il a décidé de revenir dans l'action.

NDR: téléchargez Full Tilt Poker et réservez votre place pour les FTOPS III. Pokernews vous propose un bonus dépôt de $600

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?