EN DIRECTEvents
PokerStars Championship Prague
888poker
New poker experience at 888poker

Join now to get $88 FREE (no deposit needed)

Join now
PokerStars
Double your first deposit up to $400

New players can use bonus code 'STARS400'

Join now
partypoker
partypoker Cashback

Get up to 40% back every week!

Join now
Unibet
€200 progressive bonus

+ a FREE Unibet Open Qualifier ticket

Join now

Les légendes du Poker: Erik Seidel

Les légendes du Poker: Erik Seidel 0001

Erik Seidel n'est pas toujours un bon sujet d'article pour la presse poker. Carl Carpenter, un talentueux joueur de no limit, dit de lui: « Il est très cérébral, et quand il essaye d'exprimer ses pensées, ce n'est pas toujours facile de réussir à comprendre ce qu'il a dans la tête ». Carl joue uniquement aux parties d'argent et fut un habitué du Mayfair Club à New York où Erik se fit les dents contre des joueurs comme Howard Lederer, Dan Harrington et Jason Lester. « Erik prit très vite goût au jeu, et eut l'énorme avantage de pouvoir jouer avec des joueurs très talentueux, ensuite d'aller dîner avec eux et de discuter des coups. Et cela n'arrive plus beaucoup de nos jours. »

Je croix que Carl et moi sommes jaloux, pas tant de son talent, mais de la chance qu'il eut de pouvoir discuter des coups avec des joueurs aussi exceptionnels. Des discussions sur le poker il y en a tout le temps, mais la majorité des joueurs qui discutent ensemble jouent sur Internet ou à de petites parties. De nos jours, il n'y a plus beaucoup de parties avec d'excellents joueurs de poker qui jouent pour des montants relativement raisonnables. Les nouveaux joueurs lisent des livres, regardent le poker à la télé, et pensent que cela suffit, mais comme dit Erik : « Absolument rien ne remplace l'expérience, et j'ai eu la chance d'être dans la situation où les joueurs de backgammon étaient également des joueurs de poker. »

Ah, encore ce backgammon. Comme de nombreux joueurs de poker professionnels, Erik, natif de New York, commença à jouer au backgammon pour de l'argent à la fin des années 70, à l'âge de 17 ans. Il entra au Brooklyn College, et souhaitait obtenir un « vrai » travail après son diplôme, mais parfois le réel peut être ennuyeux. Le backgammon continua beaucoup à l'occuper, et il aimait vraiment faire des tournois, c'est alors que certains de ses amis lui apprirent à spéculer en bourse. Erik raconta que Dick Furlaud (qui travaillait pour Paine Webber) réussit à l'intéresser et au bout de quelques mois seulement il travaillait à Wall Street pour Roger Low, un autre joueur de backgammon.

Au milieu des années 80, Erik vint à Las Vegas à plusieurs reprises pour des tournois comme le World Backgammon Amateur Championship. Au cours de l'un de ces voyages il commença à jouer au poker, et de retour à New York, se mit à jouer plus souvent. Au Mayfair Club, quelques joueurs de bridge et de backgammon commencèrent à jouer au poker régulièrement, et c'est ainsi qu'Erik appris à jouer grâce à certains des meilleurs joueurs d'aujourd'hui, Steve Zolotow et Noli Francisco entre autres.

Il n'est pas surprenant qu'Erik est le même style de jeu "dur et méditatif" qu'Howard Lederer et Dan Harrington, car ils ont passé beaucoup de temps à jouer ensemble au Mayfair Club. C'est un trio de joueurs fantastiques et de niveau mondial, et des trois, Howard peut être considéré comme celui qui joue le moins serré. C'est difficile à imaginer, mais quand le crash de la bourse en 1987 laissa Erik sans travail, il passa alors la majorité de son temps à regarder Lederer jouer, et cela porta ses fruits.

Selon Erik, son jeu s'est considérablement amélioré en 1988, et il partit pour les World Series of Poker au Binion où il joua des satellites, en gagnant zéro sur neuf. Secoué, mais toujours déterminé, il s'inscrivit dans un super satellite à $1 500 de no limit et remporta sa place pour le Main Event. Pas même "le talentueux Mr. Seidel", ainsi qu'il est cité dans le film "les joueurs", aurait pu prévoir que les deux joueurs restant en tête à tête du tournoi à $10 000, furent le légendaire Johnny Chan et Erik Seidel qui luttaient pour le titre de champion.

Erik a toujours minimisé sa seconde place en 1988, il raconte qu'il eut la chance d'arriver en table de finale, beaucoup moins de se retrouver en tête à tête contre Chan. « Ce fut horrible d'être dans cette situation, et d'y être si peu préparé." Cependant son instinct fut excellent, et ses $280 000 de gains certainement très utiles. Il y eut plusieurs personnes qui avaient mis dans sa main qu'il fallut rembourser, mais cet événement le laissa avec des fonds conséquents pour continuer à jouer à des tournois de poker. En 1992, Erik remporta son premier bracelet en or des WSOP, lors d'un tournoi de limit Hold'em à $2 500. Il gagna également des bracelets les deux années suivantes, remportant un Omaha Hi Lo à $2 500, et ensuite un limit Hold'Em à $5 000 en 1994. La décision de quitter New York fut plus facile à prendre après ses victoires, et il réussit à convaincre sa femme, Ruah, que c'était la bonne chose à faire.

Ils jouent au tennis ensemble, et Erik sut rester en assez bonne forme physique et mental pour continuer à gagner des tournois de poker depuis leur déménagement. Il continua à gagner grâce à son excellent jeu, et ajouta une victoire à son palmarès aux WSOP en 1998, en remportant un tournoi de deuce to seven.

Seidel remporta ses plus gros gains (à ce moment-là) en 2001, quand il gagna $411 000 pour sa victoire lors d'un tournoi de no limit aux WSOP. En 2003, il gagna un tournoi de pot limit, et son sixième bracelet en or.

Comme le nombre de participants aux WSOP n'a cessé d'augmenter chaque année, il semblait déraisonnable de croire qu'un joueur spécifique pourrait remporter un tournoi, mais 2005 fut encore une année en or pour Erik, car il remporta son septième bracelet et $612 000. Sa femme dit "je n'aurais jamais cru qu'il pourrait faire une autre table de finale avec autant de concurrents," mais il est tout simplement trop bon pour s'arrêter.

Au cours des ans, le talentueux Mr. Seidel a gagné de nombreux titres au Bellagio, ainsi que d'autres tournois, mais ses résultats aux WSOP restent particulièrement excellents, son septième bracelet le place ex æquo avec Billy Baxter à la quatrième place du classement. De plus, il est sixième du classement des joueurs qui ont le plus souvent été dans les places payés (40 fois), sixième de ceux qui ont fini le plus de fois à la première, deuxième ou troisième places (13 fois) et a gagné presque $3 200 000. Ce qui est une montagne d'argent.

Contrairement à ce qu'a pu penser la femme d'Erik, je ne vois aucune raison qui ferait que la poignée de joueurs, les meilleurs du monde, ne continuent pas à participer à des tables de finales et à gagner gros dans les plus grands tournois. Et l'un de ces joueurs est le talentueux Mr. Seidel.

Note: Vous trouvez souvent Erik Seidel en train de jouer sur Full Tilt Poker.

PLUS D'ARTICLES

Joueurs

Qu'en pensez-vous ?