WSOP 2017 EN DIRECT
2017 World Series Of Poker Le coverage du PSF Lille

Légendes du Poker: Phil Ivey

Légendes du Poker: Phil Ivey 0001

Jadis, avant que les tournois en soient analysés main après main devant des millions de téléspectateurs, avant que Monsieur et Madame «tout le monde» ne jouent devant leur ordinateur, bien avant, il y avait le poker live. Le "vrai" poker : l'école de la vie, les plus forts survivent, les faibles connaissent la sortie.

C'était l'époque des légendes, celle ou l'on disait du poker que c'était "le moyen le plus difficile de se faire de l'argent facile". Les parties étaient raides par exemple dans le New-Jersey aux Etats-Unis dans les années 90. On disait bien de Las Végas que c'était une "femme fatale". Mais la côte Est des Etats-Unis contribuait aussi à la légende. Atlantic City était bien plus rude.

Je ne comprends toujours pas comment on pouvait envisager de s'asseoir à une table de Stud 7 cartes à la fin des années 90. Je ne sais toujours pas ce que je faisais là à l'époque. En revanche, je sais bien pourquoi "Jerome Graham" y était. Alors encore mineur, c'était grâce à une fausse carte d'identité ou sous ce faux nom que jouait dans les casinos Phil Ivey. "No Home Jerome", tel était son surnom.

Depuis trois ans, ce jeune homme intense et discret à la fois jouait aux tables de sa ville natale, Atlantic city. Il avait tout compris. Il ne gagnait jamais le gros lot, mais tirait progressivement les leçons de l'expérience. Le jour où, enfin, il eut la majorité (21 ans), il brûla sa fausse carte d'identité qui lui permettait de rentrer dans les casinos : un futur joueur de poker professionnel était né.

Phil Ivey est tellement bon qu'il fait peur. Attentif au jeu, il affronte n'importe quelle situation sans jamais sourciller. Imperturbable sur une table de poker, il peut retourner un jeu agressif contre son adversaire en rendant coup pour coup, en mettant leur réserve en danger. C'est la pointure d'un grand joueur. On retrouve ces qualités chez Doyle Brunson et Jhonny Chan.

Tout cela semble très exagéré, mais c'est pourtant vrai.

En 2000, à l'âge de 23 ans, Phil s'est inscrit à de nombreux tournois aux 31ème World series of Poker. Son jeu favori, le stud 7 cartes, lui à permis d'atteindre une 12ème place au tournoi 1.500$. Puis, sa récente passion pour le Hold'em le hissa en 5ème position du tournoi 2.000$ No Limit. Son talent non plus ne connaissait pas de limites : face à de prestigieux adversaires, Phil Ivey remportait son premier bracelet WSOP en Omaha No Limit. En 2000 également, il réussit à atteindre les places payées dans trois tournois de la première édition du "World poker Challenge" qui s'était tenu à Reno. Il marqua encore les esprits à cette époque au "LA Poker Classic" à Los Angels ainsi qu'au Wold Poker Open à Tunica. Et ce n'était que le début d'une longue série qui contribua à assoir sa réputation.

En 2001, il remporte à l'âge de 24 ans quatres victoires lors des séries WPT "Légendes du Poker" à L.A.. En 2002, il enchaîne trois premières places, dont un prix de 80,000$ au L.A. Poker Classic.

Ce n'est rien comparé aux WSOP de la même année : il remporte six prix dont trois bracelets WSOP (bracelet en or et en diamant remis aux vainiqueurs de tournois lors des WSOP). La liste de ses victoires est longue, il s'impose au stud Hi-lo de 2500$, le tournoi SHOE. La légende s'étoffe à mesure qu'il étale son talent à tous types de pokers.

Lorsque Phil Hellmuth gagna en 1989 le tournoi principal des WSOP à seulement 24 ans, la comparaison avec Stu Hungar (plus jeune vainqueur à deux reprises en 1980 et 81) considéré alors comme un prodige fut évidente. Au cours de sa carrière, Ungar détenait le record des tournois « no-limit » remportés. Phil Hellmuth a depuis enfilé dix braclets du WSOP. C'est un adversaire de haut vol.Cependant, et avec tout le respect dû à Phil Hellmuth, Phil Ivey est sans doute meilleur joueur. Lors d'une partie, il paraît concentré au point de déstabiliser ses adversaires. Il domine simplement et sans conteste les tournois auxquels il participe.

Ivey vit avec sa femme Luciaetta à Las Vegas. Il s'adonne à sa passion pour le jeu de poker live. Phil suit les traces de grands joueurs comme Doyle Brunson et affirme son jeu en tête à tête depuis quelques années. Il compare le succès de son passage au jeu en live à celui des joueurs comme Daniel Negreanu et John Juanda. Mais selon moi, il a largement dépassé ces joueurs, notamment en ce qui concerne son approche des parties "high stakes".

Il y a toujours eu des joueurs doués pour les tournois online et des joueurs très forts en live. Mais les joueurs capables d'exceller dans les deux disciplines ne sont pas légions. Stu Ungar, bien qu'il excella en tournoi fut incapable de s'imposer devant les meilleurs joueurs cash game.

Les avis restent partagés au sujet de Phil, mais on rapporte que sa partie au 4000-8000$ limit contre Chip Reese, Doyle Brunson et Barry Greenstein à Las Vegas, fut remarquable. Selon Barry Greenstein, « Ivey est le meilleur joueur de tournois au monde (et) il est le seul joueur à exceller en tournoi capable de briller aux plus grandes parties cash game. » Ce témoignage, au regard de la carrière de Monsieur Greenstein, fait sens. Actuellement Ivey joue fréquemment en Cash Game, si vous avez l'occasion de le croiser en tournois profitez en, il sera probablement de retour en live avant que vous ne vous en aperceviez.

Retrouver les meilleurs joueurs de poker , vos préférés ou tous ceux qui on su laisser leur trace dans le temps, dans notre section Joueurs de poker

NDR : Phil dit jouer au moins une heure par jour à Full Tilt Poker toujours aux petites limites. Inscrivez-vous et jouez avec lui !

PLUS D'ARTICLES

Joueurs

Qu'en pensez-vous ?