Stratégie tournoi : le limp préflop et le heads-up de Vanessa Selbst aux WSOP

Stratégie tournoi : le limp préflop et le heads-up de Vanessa Selbst aux WSOP

Si vous lisez régulièrement cette rubrique, il ne vous a pas échappé qu'il y a de bonnes raisons pour utiliser la mini-relance préflop en tournoi – bien que cette tactique fut autrefois très décriée et considérée comme l'apanage des joueurs faibles.

Une autre tactique considérée comme ''bonne pour les fishes'' est le limp préflop (fait de seulement payer la big blind), en particulier en position tardive. Une des raisons pour lesquelles le limp n'est pas apprécié que : - si on limp quand on aurait pu relancer, on perd la chance de gagner le pot immédiatement.

Avantages du limp préflop

L'ouvrage Championship No-Limit and Pot-Limit Hold’em, publié par T.J. Cloutier et Tom McEvoy il y a quelques années – et qui n'est sans doute pas le livre le mieux adapté au poker contemporain – mentionnait la maxime, simple mais explicite : “Etre celui qui mise, pas celui qui call”.

Le limp préflop est, dans une certaine mesure, similaire au grosses relances préflop, dans le sens où ce sont les mêmes principes qui recommandent de ne pas les utiliser et qui font qu'il faut parfois savoir les utiliser. Paradoxalement, limper plutôt que relancer peut faire en sorte qu'il soit plus difficile pour l'adversaire de gagner le pot.

Parce le fait de limper peut garder le pot trop petit pour permettre à votre adversaire de mettre all-in confortablement. Il est bon de rechercher ce type de situation quand les tapis effectifs sont compris entre 20 et 25 big blinds. Si vous relancez, même avec une mini-relance, une sur-relance all-in équivaudra à trois ou quatre fois le pot – et cela sera souvent une proposition alléchante pour un joueur agressif.

Supposons que vous ayez une main que vous souhaitez jouer mais que vous devrez passer si un autre joueur envoie all-in. Supposez de plus qu'une relance ne serait pas souvent payée (jeu en mode push or fold). Il sera alors, la plupart du temps, tout de même correct d'ouvrir par une relance, si vous avez suffisamment de fold equity ou alors de fold. Mais occasionnellement, il sera mieux de limper.

Votre adversaire pourra moins facilement envoyer all-in. Le fait de garder le pot assez petit peut suffire à rendre déraisonnable un overbet qui aurait été justifié autrement. Si votre adversaire opte pour relancer sur votre limp, il relance sûrement à 4 ou 5 big blinds. Ce qui vous laissera alors l'opportunité d'envoyer all-in (ou bien sûr de fold ou call).

Imaginez avoir une main comme {q-}{9-} dépareillés ou {k-}{5-} assortis au bouton avec un stack effectif de 24 big blinds. Tout le monde a passé. Vous ne voulez sans doute pas passer une aussi bonne main au bouton, mais vous ne voulez pas non plus engager une portion trop importante de votre tapis avec cette main. Dans certaines circonstances, limper peut être votre meilleure option.

Vanessa Selbst et le limp préflop aux WSOP

Récemment, on a pu voir Vanessa Selbst utiliser cette technique à plusieurs reprises lors de son heads-up dans l'Event #2: $25,000 Mixed-Max No-Limit Hold’em face à Jason Mo.

Par exemple, dans la main #69, Selbst limpe au bouton, Mo checke, le flop vient {5-Diamonds}{7-Spades}{q-Diamonds}, checké par les deux joueurs, de même que le {4-Clubs} turn. Mo checke le {7-Clubs} river, Selbst mise 190.000 et Mo folde.

Selbst a souvent utilisé cette technique dans son heads-up et nous enseigne deux leçons :

  • (1) Vous ne devriez pas limper uniquement avec des mains marginales, mais vous ne devez pas vous mettre à limper (ou fold) toutes vos mains. Dans les dernières phases du tournoi, Selbst mélange les limps et raises.
  • (2) Le limp n'est pas une technique à utiliser seulement contre un joueur faible ou hyper-agressif. Même contre un joueur solide comme Mo, Selbst choisit de profiter des possibilités que lui offrent le limp, qu'elles n'auraient pas eu en relançant. Cela montre que limper peut donner davantage d'options pour la suite du coup – et cela reste vrai même quand limper n'est pas un garde-fou contre le fait que l'adversaire envoie all-in.

Si vous étudiez le jeu de Selbst de près, vous tirerez d'autres leçons que celles-ci. L'essentiel à retenir est que ''relancer pour gagner le pot immédiatement'' n'est qu'une des raisons possibles pour jouer une main préflop. Parfois, même si cela reste rare, d'autres avantages (comme se créer des situations plus favorables par la suite) font qu'il est préférable de limper plutôt que de relancer.

Ajouter le limp préflop à votre arsenal, si vous l'utilisez à bon escient, fera de vous un joueur plus difficile à battre.

PokerStars.fr : Bonus cash 20€ gratuits et Freeroll 1.500€

Stratégie tournoi : le limp préflop et le heads-up de Vanessa Selbst aux WSOP 101

Téléchargez Pokerstars avec le code marketing FRENCHPOKERNEWS aufreeroll 1.500€ tous les mois, exclusivement pour les joueurs PokerNews. Utilisez le code BLUFF lors du premier dépôt sur la salle pour recevoir un bonus de 20€ en cash et cinq tickets Privilèges donnant accès à cinq tournois gratuits doté de 1.000€.

Name Surname
Nate Meyvis

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus