Imad Derwiche : "Je suis le fish de la table"

Imad Derwiche
Partagez moi
  • Derwiche a joué les meilleurs du monde, il livre ses secrets...

Quand Timothy Adams a emballé ses jetons de chipleader à l'issue du Jour 1 du 10.300€ d'ouverture du festival PokerStars and Monte-Carlo©Casino EPT 2018 , un reporter a demandé au joueur canadien son ressenti après avoir joué contre la même table toute la journée.

L'organisateur de la World Cup Of Vegas (WCOV), la coupe du monde annuelle des joueurs de poker, a répondu simplement : "Il y a des tirages favorables et des seatdraw qui le sont moins. Évidemment c'est plus facile quand le tirage est favorable".

Lui et six des joueurs de sa table du Jour 2 de mercredi doivent partager cette opinion... Adams a du se rappeler de la question en s'asseyant à une table ressemblant à celle d'un tournoi réservé à l'élite, la crème de la crème.

SiègeJoueurSiègeJoueur
1Stephen Chidwick5Justin Bonomo
2Timothy Adams6Imad Derwiche
3Ryan Riess7Adrian Mateos
4Sam Greenwood8Steve O'Dwyer

Si Steve O'Dwyer a été le premier à rendre les armes plutôt rapidement, cette table de fou qui cumule plus de 75 millions de dollars en live est restée inchangée durant des heures ! Avec 7 des meilleurs joueurs de No Limit de la planète, le vainqueur WSOP Timothy Adams était tout de même le petit avec "seulement" 8.5 millions engrangés en carrière.

Et notre Français Imad Derwiche au milieu de tout ça !

"Je suis le fish de la table", rigolait Derwiche, très au courant du palmarès de ses adversaires et de leur qualité de joueur.

Imad Derwiche
Imad Derwiche

Conscient de la chance de partager des parties avec les patrons du circuit, Imad s'efface et joue les modestes pour tenter de renverser les pronostics. Et il l'a déjà fait... ici même à Monte-Carlo.

Derwiche s'est ainsi hissé sur le podium du High Roller Pot Limit Omaha à 10.300 avec Sampo Ryynanen et Sylvain Loosli. "Deux pros et un fish," disait-il à l'époque.

Chaque joueur de poker est toujours le poisson d'un requin plus imposant. Derwiche a montré qu'il avait un peu de sang de shark en lui à cette occasion, empochant 174 600€. Ce n'était pas une première puisqu'il avait empoché 750 000€ à Monte Carlo en terminant runner-up d'un High Roller 25.000€ derrière Charlie Carrel.

Habitué des plus gros tournois du monde, l'amateur Derwiche a cumulé plus de 1,5 millions de dollars de gains sur le circuit. Son attitude pour aborder la compétition contre les meilleurs joueurs de la planète pourrait d'ailleurs bien être la preuve que le fish auto-proclamé n'est pas forcément mauvais. Derwiche n'est d'ailleurs ni intimidé ni inquiet, il est toujours excité de rencontrer de tels joueurs. L'affrontement est un test, une occasion de hausser son niveau.

"C'est incroyable," lâche le Français. "C'est fantastique. Tu apprends tous les jours. Ils sont meilleurs que moi techniquement mais je me bats", ajoute-t-il.

Cette opportunité, et la chance de gagner qui l'accompagne, distancie le poker de nombreux sports et des défis que se lancent les passionnés de compétition. Tout le monde peut affronter Roger Federer et tenter un passing, tout le monde peut essayer de faire aussi bien que Rory McIlroy sur un green mais la logique sera toujours respectée à la fin d'un jeu ou d'un trou complet.

Un amateur pourra bien dire qu'il se bat et essaye, il n'aura jamais aucune chance. Au poker, le timing, la psychologie et un brin de réussite peuvent amener des joueurs réputés moins bons techniquement dans les pas des meilleurs du monde.

"Il ne faut pas avoir peur. Tu ne peux pas avoir peur, il faut être fort", explique Derwiche en résumant son approche, une approche qui lui a permis d'atteindre les trois dernières tables.

Les professionnels habitués des plus gros tournois savent d'ailleurs très bien qui est Imad Derwiche et s'ils sont conscients d'avoir toujours un edge, ils ne se risqueront pas à faire n'importe quoi contre le tricolore. Son camouflage de fish ne va plus pouvoir marcher bien longtemps....


Benjamin Pollak et Maria Ho se sont glissé en demi-finales de ce tournoi sans parvenir à faire l'argent. Mercredi en fin de journée, Behzad Ahadpour a fait la bulle (10e) alors que Jan-Eric Schwippert a été l'ultime sortant (9e). Timothy Adams, Juan Pardo, Ryan Riess, Vladimir Troyanovskiy, Stephen Chidwick, Orpen Kisacikoglu, Paul Newey et Rainer Kempe se sont eux qualifiés pour la finale qui se déroule jeudi 26 avril.

Qu'en pensez-vous ?

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus