EN DIRECTEvents
Caribbean Poker Party Festival
888poker
New poker experience at 888poker

Join now to get $88 FREE (no deposit needed)

Join now

Interview : Patrick Serda revient sur son deal avec Will Kassouf à l'EPT Prague

  • Mo Nuwwarah avec Matthieu SustracMo Nuwwarah avec Matthieu Sustrac
Patrick Serda
Partagez moi
  • Patrick Serda revient sur son arrangement controversé avec William Kassouf et donne quelques conseils pour réussir son deal.

Lors de la dernière étape de l'European Poker Tour, à Prague en décembre 2016, Patrick Serda et William Kassouf se sont retrouvés en head's up du High Roller à 10.300€. Bien que Serda soit largement en tête au chipcount, les deux hommes ont conclu un arrangement qui a beaucoup fait parler : Kassouf prenant officiellement la victoire alors que Serda encaissait le jackpot.

Ce deal a été beaucoup critiqué mais chaque joueur impliqué a fait le meilleur choix pour lui à ce moment là, en accord avec ses buts à atteindre dans le poker. Pour Serda et Kassouf, ce deal était ainsi la meilleure façon d'avancer vers leurs objectifs. Patrick Serda a solidifier sa bankroll est s'est donc rendu au Panama pour le PokerStars Championship. C'est en marge du Main Event à 5300$ que PokerNews l'a interrogé sur son accord avec Kassouf et plus globalement sur les deals, une pratique qui reste interdite en France, ce qui pénalise les joueurs...

PokerNews: Comment avez-vous vécu cette finale avec William Kassouf ?

Patrick Serda: Globalement c'était un bon moment. Je pense que la manière dont il a été montré durant les WSOP l'a placé dans un très mauvais spot. J'ai énormément apprécié le temps que j'ai passé en table avec lui et je pense qu'il apporte au poker. Je sais que de nombreuses personnes n'ont pas cette impression mais je pense que la manière dont il se comporte reste raisonnable.

Comment se sont déroulés les moments précédents le deal ? Pouvez-vous nous rafraîchir la mémoire et nous expliquer la dynamique à la table finale...

Nous avions regardé les chiffres à 3 left. Je crois que moi et (Tue Ullerup Hansen) voulions plus d'argent donc il n'y avait pas moyen de s'accorder. J'avais une avance substantielle au départ de l'ultime duel. Nous avons fait une simulation à l'ICM et je devais avoir 709 000 contre 542 000. Evidemment je pense être un meilleur joueur donc je voulais un peu plus d'argent.

Au début, l'organisation nous a dit que celui qui avait le plus de jetons devait prendre la première place mais ce n'était non plus quelque chose que je voulais absolument.

Quelle était la répartition des jetons à ce moment?

J'avais environ 16 millions contre 4,5 millions chez Will. Il avait en dessous de 20 blindes mais il n'y avait plus non plus beaucoup de jetons en jeu. Jouer un flip coûtait mathématiquement plus cher que de s'arranger, c'était un facteur de plus pour dealer.

On dit souvent que l'ICM avantage les joueurs shorts non ?

C'est vrai. Dealer à l'ICM ou pas en head's up, c'est pareil. A trois joueurs, l'ICM favorise le dernier car ce mode de calcul ne prend pas en compte le fait que le chipleader est en position de manipuler la table. Quand nous avons regardé les chiffres à trois left, Tue voulait plus d'argent... quand il s'est retrouvé dans un spot très close, j'ai pu exploiter cela.

Ed. note: Kassouf a finalement doublé contre Hansen puis Serda a fini le travail avant que les deux survivants ne dealent.

Votre arrangement final, avec l'argent pour vous et le trophée pour, est-il le reflet de vos motivations respectives vis à vis du poker?

Interview : Patrick Serda revient sur son deal avec Will Kassouf à l'EPT Prague 101
William Kassouf

Ce n'est pas complétement vrai. Le titre et les records c'est sympa mais j'ai aussi beaucoup d'amis qui ont un palmarès et ne sont pas en bonne position financière. Pour moi, l'argent et les titres ne sont qu'une conséquence de votre niveau de jeu, ils finiront par arriver.

Les gens ont pu ne pas comprendre ma décision mais je crois qu'ils n'ont jamais joué pour ce type de montants. C'est difficile d'imaginer comment on va réagir avant de le vivre. J'espère bien avoir d'autres occasions de gagner un joli trophée mais dans cette situation donnée, nous avons pris une décision raisonnable.

J'ai finalement pris plus que prévu à l'ICM, je pense que c'était un très bon deal pour moi. C'était aussi un bon arrangement pour lui car il n'avait plus à jouer et cela marchait aussi pour ce qu'il recherche en ce moment. Il ne faut pas oublier non plus que j'avais la presque totalité de mon action donc c'était vraiment beaucoup d'argent. J'étais très heureux d'assurer directement une énorme somme plutôt que d'avoir à jouer pour gagner 40 000 de plus.

A l'époque votre plus gros gain était à 40 000$ et vous aviez cumulé environ 170 000$ en live... cela a du jouer dans le deal ? Pensez-vous qu'avec une meilleure sécurité financière vous auriez moins cherché le deal ?

Cela dépend de l'action que vous avez sur vous même. Beaucoup de joueurs sur les tournois à 10.000 n'ont que 25% de leur action... j'avais beaucoup plus que cela car je garde généralement la majorité de mes parts.

Mon background, c'est le cash-game live. Je sortais de très bons WCOOP où j'avais pris un titre pour 202 000$ (un PLO 6-Max à 2100$ l'entrée, ndlr). De gros scores comme cela n'arrivent pas tous les jours donc il est très important de réaliser son équité financière quand une occasion se présente. C'est très différent que de dealer quand la première place vaut 50 000 et la deuxième 38 000...

Nous parlons de sommes plus substantielles et qui changent plus la vie en termes de voyages ou de la capacité à faire le circuit live.

Avez-vous beaucoup d'expérience des deals online ?

Cela m'est arrivé quelques fois. Il n'y a pas eu d'arrangement lors de mon succès WCOOP. Nous avons regardé les chiffres plusieurs fois mais rien ne s'est mis en place. Je ne fais pas de deal en règle générale mais si la situation s'y prête je ne ferme pas la porte.

Quels sont vos tips pour faire un bon deal?

Je pense qu'il est important de bien évaluer votre situation financière à ce moment là. C'est aussi important d'avoir quelqu'un dans votre coin pour vous confirmer que vous ne passez pas un mauvais deal.

Il faut toujours demander plus si vous pensez avoir un avantage de niveau. Je pense que c'est quelque chose qui entre rarement en ligne de compte... et parfois ceux qui se sentent au dessus tente aussi de valoriser cela de manière trop importante. Il y a certains moyens pour lisser tout cela, surtout dans les tournois au droit d'entrée moins important...

Il est donc important de bien savoir se situer par rapport au reste du field ?

Il faut bien analyser la situation. Je pense que certains sont plus enclins à dealer que d'autres, savoir estimer qui est partant et qui ne l'est pas est un avantage. Je n'aime pas être le premier à dire que je veux dealer ou que je suis contre un arrangement. Je ne vais pas donner mon opinion sur un deal avant d'entendre celui des autres joueurs... à moins qu'il soit évident que je veux plus d'argent que ce que je peux avoir à l'ICM.

Avec la grande majorité des jetons à Prague, vous étiez en position de force. Comment bien s'en sortir dans un deal en n'étant pas le chipleader ?

Il faut être d'accord avec les bases de l'ICM. Ou proposer de partager une partie du prizepool et continuer à jouer pour le reste. Quand nous avons tout partager et rien laisser avec Kassouf, c'était tellement favorable pour mes finances que cela n'avait pas de sens de jouer pour le trophée. Avec moins d'écart au chipcount, nous aurions probablement partagé l'argent en laissant 30 000 et le trophée à la gagne .

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?