Stratégie Poker - Gérer votre image (III)

Stratégie Poker - Gérer votre image (III) 0001

Lors des deux premières parties (I et II)de cette série, j'ai parlé de l'importance de reconnaitre l'image que les autres joueurs ont de vous à la table de poker. Vue de l'extérieur, votre image est différente de celle à laquelle vous pensez. Elle peut être différente de celle à la quelle vous aimeriez ressembler. Et cet état de fait peut varier d'un adversaire à l'autre. Dans ce dernier article à propos de votre image au poker, nous nous attarderons sur les quelques moyens spécifiques permettant de faire bon usage de cette maîtrise de votre image dans l'esprit des autres.

Le premier exemple est assez évident.

Il s'agit d'une partie de Stud Poker. Vous jouez avec un style typique: serré et agressif. Vous n'avez pas disposé de mains de départ décentes et vous avez donc jeté presque 20 mains d'affilée. Vous êtes à une table d'assez bons joueurs, personne de fantastique, mais personne de très mauvais non plus. Vous avez ({9-Hearts}{j-Hearts}){a-Diamonds}, assis troisième à gauche du «bring in». Aucune de vos cartes n'est visible. On se couche avant vous. Que faites-vous?

Etant donné que vous apparaissez aux yeux des joueurs qui y prête attention comme un joueur particulièrement serré, vous devriez relancer. Vous pourriez bien gagner le «bring in» et les «antes». Et si un joueur vous suit et ne semble pas améliorer sur la «fourth street», vous devriez relancer à nouveau, peut être même sur la «fifth street», la «sixth street» et la rivière, en supposant qu'il ne semble pas s'être amélioré.

D'un autre côté, disons que vous avez juste essayé cette stratégie et qu'un joueur vous a suivi jusqu'à la rivière avec une paire fermée qui s'est transformée en deux paires sur la rivière. Il vous a suivi lorsque vous avez misé et vous avez montré votre pauvre As haut. Si cela s'était produit et que vous aviez la même main sur la distribution suivante, vous seriez bien fou d'essayer ce coup à nouveau, étant donné que vos adversaires, particulièrement les moins habiles, seraient aptes à se souvenir que vous êtes un bluffeur et vous suivraient.

Voici un autre exemple.

Disons que vous avez perdu un nombre important de « showdown » durant une courte période avec des couleurs qui ne sont pas rentrées et d'autres mains faibles. Vous avez relancé tout du long pour essayer d'atteindre le face à face, mais vous avez fini par être suivi et vous avez dû révéler votre faible main. Bien que vous soyez généralement un joueur très agressif et serré, votre récent coup vous rend assez faible et sauvage pour ceux qui ne connaissent pas votre façon habituelle de jouer.

Vous avez ({q-Clubs}{q-Hearts}){q-Diamonds}. Un joueur serré à votre droite complète la mise avec {x-}{a-Clubs}. Un autre le suit. Vous essayez de choisir le meilleur mouvement.

Dans des circonstances normales, avec votre image intacte de joueur solide serré/agressif, vous devriez sous-jouer ce brelan et uniquement suivre tout du long, en espérant tromper les autres joueurs pour qu'ils pensent que vous avez une « 3-flush », une paire fermée ou une paire de Dames. Mais avec votre nouvelle image lâche et farouche dans l'esprit des joueurs les plus attentifs, vous pouvez foncer et relancer courageusement l'As avec votre brelan de Dames. Utilisez l'avantage de votre récente image et construisez le pot. Amenez vos adversaires à mettre plus d'argent dans le pot de telle sorte à ce qu'ils soient plus enclins à vous suivre sur les cartes suivantes, même si vous touchez une paire découverte. Vous vous construirez ainsi un pot monstrueux sur lequel vous êtes largement favori.

Voici un dernier exemple pour tirer profit de votre image variable dans l'esprit de deux joueurs différents.

C'est une partie de Stud 10/20$ avec des ante de 1$ et un « bring-in » de 3$. Vous jouez contre Nathalie, une joueuse que vous connaissez bien, quelqu'un qui joue avec vous depuis longtemps. Elle vous connaît comme un joueur invariablement très serré. Tout ce que vous ferez n'enlèvera pas cette image qu'elle a de vous.

Assis à sa gauche, il y a Nicolas, un tout nouveau joueur. Il n'est pas particulièrement perspicace mais il n'est pas idiot non plus. Il a remarqué votre tout dernier coup.

Lors des dernières 30 minutes, depuis que Nicolas s'est assis, vos mains et le fait que vous soyez un peu de mauvaise humeur, a contribué a une certaine sauvagerie de votre part. Vous avez couvert une mise sur la « fifth street » avec une main qui a fini par être perdante. Vous avez dû la montrer après qu'elle ait été suivi tout du long par Nicolas. Ensuite, pour faire empirer les choses, vous avez suivi et poursuivi un joueur pour arriver au face à face avec un tirage couleur, touchant la couleur sur la rivière et gagnant un monstre. C'était bien pour votre tapis. Mais cela n'a fait qu'alourdir votre image de maniaque farouche et loose, puisque vous n'aviez pas les «pot odds» pour suivre en face à face uniquement avec un tirage.

Voici la main suivante que vous avez. C'est la « sixth sreet ». Les mains sont comme suit :

Votre amie Nathalie : {x-}{a-Diamonds}{4-Clubs}{3-Diamonds}.

Nicolas le novice : {q-Hearts}{j-Diamonds}{j-Hearts}.

Vous même ({k-Spades}{q-Spades}){8-Spades}{q-Hearts}{8-Hearts}.

Nathalie menait la mise depuis la « third street ». Mais Nicolas a touché une paire de Valets, il est ainsi devenu le plus élevé sur tableau. Et il mise. Que faites vous ?

Voilà où l'image entre en jeu. Vous relancez Nicolas.

Voici ce que vous pensez. Nathalie vous connaît comme un joueur très serré, en dépit de vos récents coups irréfléchis qui vous font paraître loose et sauvage. Cela ne va pas gêner Natahlie. Vous êtes le joueur le plus serré qu'elle ait jamais vu depuis 15 ans. Donc, lorsqu'elle relance la paire de Valets, elle suppose que vous avez touché un brelan en touchant une carte qui paire votre carte fermée. Elle aura tendance à se coucher, même s'il a les As que vous lui prêtiez.

D'un autre côté, Nicolas est convaincu que vous êtes un joueur farouche et lâche. Vous pourriez relancer avec n'importe quoi selon lui. Il a probablement une double paire aux Dames voire juste les Valets. Si Nathalie se couche, Nicolas, lui, ne va pas vous lâcher. Il vous a déjà suivi par le passé et vous imagine maintenant en bluffeur.

C'est exactement ce que vous voulez. Vous voulez que Nathalie, avec sa paire d'As, jette avant qu'elle ne tire ses As contre vous. Et vous voulez que Nicolas, qui est loin derrière vous, vous suive jusqu'à la rivière.

Comme vous pouvez le voir, votre image dans les esprits des autres joueurs est variable. Ce qui est important n'est pas ce que vous êtes vraiment, mais ce qu'ils croient que vous êtes vraiment. Réfléchissez-y, et vous pourrez manipuler vos adversaires pour vous comporter de telle sorte à ce que ce soit profitable pour vous.

NDR: téléchargez Titan Poker et profitez de 50$ de bonus

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?