EN DIRECT Marrakech Poker Open

Le Psy du Poker : Anatomie du Tilt

Le Psy du Poker : Anatomie du Tilt 0001

Qu'il s'agisse d'une table finale des World Series Of Poker ou d'une partie 2/4$ dans votre casino local, tous les joueurs se retrouvent un jour en situation de « tilt ».

Nous avons tous vu Mike Matusow perdre son sang froid à la table et nous avons vu le magicien de l'internet devenir fou quand le joueur du siège deux l'a emporté sur un « runner, runner ». La question est pourquoi ? Pourquoi perdons-nous tous notre sang froid à la table de poker à un moment ou à une autre ? Pourquoi y a t il des joueurs qui « tiltent » moins et d'autres qui le font à la moindre contrariété ?

Pourquoi ?

J'ai eu l'occasion d'y réfléchir l'autre nuit quand je jouais un tournoi au « Venetian ». Sur la première main, avant même que tout le monde ne se soit assis, j'avais une paire de Dames à la petite blind et le bouton avait une paire de Valets. Le joueur au bouton a réussi à gaspiller les 2/3 de son tapis en sur-jouant ses Valets et il s'est retrouvé tout à coup en « super-tilt ». Il a jeté cinq mains de suite ses cartes en direction de la dealeuse jusqu'à ce qu'elle le lui fasse remarquer. Il eut ensuite des mots avec elle. Il a tout simplement ruminé et aboyé pendant 1 heure et a bien failli être renvoyé du casino pour mauvais comportement.

Heureusement, il a finalement décidé d'aller prendre l'air. Ensuite, il toucha une carte miracle sur la rivière, ce qui lui permit de rester en course dans le tournoi. Il s'est calmé et a finalement discuté avec moi lors du second break. Il s'agissait d'un assez bon joueur de poker qui n'avait aucun contrôle de ses émotions.

Alors, je me suis demandé s'il s'agissait juste des cartes ou bien si quelque chose d'autre se passait lorsque les joueurs étaient « on tilt ». Cela amène une question très simple : pourquoi les joueurs se mettent-ils en colère ? Et plus simpliste : pourquoi un individu se met-il en colère ?

La colère est une réaction psychologique appropriée à la perception du danger. Alors que nous sommes devenus plus civilisés, le danger est passé du simple danger physique à une perception du danger, plus subtile, liée au langage. Nous nous mettons en colère lorsque nous sommes insultés ou que nous nous sentons blessés ou ridiculisés. Ou alors nous ressentons de la colère lorsque notre religion, notre race, notre travail ou nos idées sont mis à mal ou dépréciés.

Souvent la colère résulte d'une mauvaise perception ou d'une mauvaise interprétation des paroles ou des actions d'un individu. Dans d'autres occasions, nous nous mettons en colère tout simplement parce que les choses ne se passent pas comme l'on veut. Cela semble être le cas à la table de poker quand de mauvaises cartes ou de mauvais jeux mettent un joueur « on tilt ». Pourtant, des études psychologiques ont montré que la colère (et dans ce cas le « tilt ») surgit uniquement lorsque certains facteurs préexistent chez une personne avant que le véritable incident n'ait lieu.

Nous connaissons tous des gens coléreux. Il y a parmi nous certaines personnes qui ne réagissent que par la colère. Ce sont en général des hommes et, si vous avez de la chance, ce ne sont que des amis d'amis. Mais ces exemples extrêmes de personnes colériques nous donne des indices sur l'interrogation suivante : pourquoi n'importe qui peut se retrouver « on tilt ». La question principale que vous devez vous poser est celle-ci : pourquoi me suis-je mis en colère ?

Voici les précurseurs les plus courants du « tilt » à la table de poker :

1) Vous jouez avec de l'argent que vous ne pouvez pas vous permettre de perdre. C'était le cas de notre garçon « on tilt » au « Venetian », il a dû emprunter le « rebuy » de 50$ à un ami d'une table voisine. Il n'aurait certainement pas dû être dans ce tournoi avec ses derniers 125$. Il a perdu la plupart de ses jetons sur la première main, c'est une situation adéquate pour se mettre en colère sauf lorsque vous savez que vous ne pouvez pas jouer votre meilleur poker en étant « on tilt ».

2) Vous étiez déjà en colère avant d'arriver à la table. Le mauvais comportement a plus à voir avec le fait que votre petite amie ne voulait pas que vous jouiez, ou que votre patron ait été désagréable. Bien plus à voir avec l'action à la table de poker. Souvenez-vous du vieil adage : laissez vos émotions à l'entrée.

3) Vous comprenez mal la partie et vous pensez que votre seule technique devrait compenser la variation des cartes. Ceci est connu comme le facteur de Phil Hellmuth : « Si ce n'était pas de la chance, je gagnerais tous les tournois. » Personne, et je dis bien personne, ne gagne toutes les mains à chaque fois. Des coups peu probables arrivent parfois. Un bon et solide joueur de poker accepte de perdre, bien qu'il soit parfois donné favori. Sinon, les cotes seraient de 100 contre 0 et personne ne jouerait jamais.

4) Vous êtes quelqu'un de coléreux par nature et le « tilt » est juste un moyen de faire ressortir votre misérable vision de l'existence. Faites vous aider. La vie est trop courte pour la vivre à moitié et en colère. Sinon – restez loin de ma table. Mon tarif est de 200$ par heure, 400$ si vous êtes un client coléreux. Jusqu'à la semaine prochaine : soyez moins « on tilt », gagnez plus, et profitez en.

NDR: téléchargez Titan Poker, recevez 50$ sur votre premier dépôt et participez à nos freerolls EPT Monte Carlo

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?