Tactique Poker MTT : stratégie pour le milieu de tournoi

Tactique Poker MTT :  stratégie pour le milieu de tournoi 0001

Voici donc la suite de notre série consacrée aux MTT, après l'article «Stratégie Poker - Tactique pour les débuts de tournois MTT». Alors que pour les débuts de tournois je vous conseillais de choisir vos spots avec soin et de jouer plutôt TAG, le milieu de tournoi MTT nécessite un style plus agressif. Tout simplement parce que durant cette phase il y aura plus de «dead money» sur la table, à cause des blindes plus élevées. Quand je parle du milieu d'un MTT, j'entends par là le moment qui commence 100 joueurs avant la bulle et qui s'arrête lorsque la bulle éclate (étant entendu que le tournoi comptait au moins 1.000 joueurs inscrits). C'est généralement durant cette phase que les joueurs commencent à penser à la bulle et ils arrêtent donc de jouer trop de mains. A vous d'en profiter.

Durant la phase de milieu de tournoi, vous aurez besoin de bien différencier deux types de joueurs : ceux qui jouent pour la gagne (catégorie 1) et ceux qui seront satisfaits s'ils arrivent à survivre à la bulle et à atteindre une place payée (catégorie 2). Adhérez à la première catégorie, bien sûr, mais jouez intelligemment. Votre style de jeu dépendra de la taille de votre tapis. En jouant comme je vous l'ai conseillé durant la phase précoce d'un tournoi, vous devriez disposer d'un tapis moyen. Mais parfois vous serez déjà dans le top 30 alors que d'autres fois vous n'aurez plus qu'un petit tapis.

Le jeu Big Stack en MTT

C'est merveilleux d'avoir un gros tapis (au moins deux fois le tapis moyen). Vous pouvez éliminer les autres sans que ça vous coûte grand chose. Un gros tapis joue loose, et même si ce n'est pas votre style naturel, les gens s'attendent à ce que vous jouiez large. Votre rôle est de déterminer le degré de résistance auquel vous devez vous attendre à la table. Avec un peu de chance, il y aura beaucoup de joueurs appartenant à la catégorie 2 à votre table et vous pourrez voler les blindes 5 fois par orbite.

Jouez «any two cards» et rentrez dans le coup en relançant.

La taille des relances ne devrait pas être de 3BB mais plutôt de 2,5BB. Pourquoi? Tout simplement parce que vous êtes juste en train de tester la table pour avoir une idée de son niveau. Et parce que vous serez obligé de jeter vos mains-poubelles fave à n'importe quelle sur-relance. C'est donc une bonne manière d'économiser des jetons. Quelqu'un qui se couche devant une relance à 3BB se couchera également devant une relance à 2,5BB durant cette phase. Et si vous avez vraiment une main, ce sera plus facile pour les short stacks de sur-relancer à tapis.

Si la table est faible, vous verrez que vous arriverez à voler beaucoup de blindes. Au début, commencez à voler au bouton, puis au CO, au Hijack, jusqu'à la position UTG (à condition bien sûr que la table vous laisse faire). La règle majeure lorsque l'on joue de cette manière est d'être le premier à rentrer dans le coup. Si un joueur a limpé avant vous, alors il est EV- de tenter un pur vol de blindes dans cette situation. Vu la taille de votre tapis, vous pouvez toujours relancer, mais plus avec n'importe quelle carte.

Si quelqu'un va à tapis après votre relance, alors procédez à l'analyse suivante : quelle est la profondeur de votre tapis? Si la tapis adverse est de moins de 10% de votre stack et que vous avez de bonnes cotes d'au moins 2:1 vous pouvez même caller avec «any two». Avantage supplémentaire : vous vous construisez une image de maniaque à la table. Si les joueurs voient que vous pouvez suivre une relance à tapis avec {3-Hearts}{9-Spades} il y réfléchiront à deux fois avant d'aller à tapis contre vous la prochaine fois, surtout si les précédents à avoir tenter ce move se sont fait suck-outer. Soyez tout de même prévenu que si ça arrive une fois, il ne vous sera plus possible ensuite de caller à nouveau un tapis avec n'importe quelle main, parce que cette fois-ci votre adversaire sera bien armé. S'il a un tapis moyen, callez avec TT+ et AQ+ et peut-être aussi quelques main plus faibles si le joueur adverse a une image un peu loose. Dans cette phase d'un MTT, jouez autant de coin-flips 45/55 ou 40/60 que vous pourrez, aussi longtemps que votre tapis vous le permettra. Si votre adversaire a aussi un gros tapis, capable de vous faire mal, ne callez plus qu'ave cAK, AA et KK. S'il est aussi très tight, vous pouvez même coucher AK.

En relançant avec des mains-poubelle, faites aussi bien attention qu'il n'y ait pas un petit tapis « pot-commité » après vous ou au BB. Ce serait du gâchis de jetons.

Restealez autant que vous le pouvez depuis les blindes. Traitez toute relance au bouton ou depuis le CO comme une tentative de vol et restealez en 3-bettant n'importe quelle main raisonnable comme des connecteurs assortis ou de petites pocket paires (au cas où ils auraient la folle idée de vous caller en position). Vous devriez toutefois prendre en considération l'image de votre adversaire et ne faire ça que contre les gros stacks ou les stacks moyens. Contre les petits tapis, vous n'avez pas assez de fold equity. Restealez autant que la table vous le permet. Tôt ou tard, vous aurez un monstre et, grâce à votre image de maniaque, il y a de bonnes chances que vous arriviez à la rentabiliser.

Le jeu Short Stack en MTT

Malheureusement, vous n'aurez pas un gros tapis à chaque fois et il arrivera même des moments où vous vous assiérez à la table avec un M de 8, condamné à attendre une bonne main. Dans ce cas, votre manière de jouer dépend vraiment de la catégorie dans laquelle vous vous rangez. Si vous êtes un bon joueur, vous pouvez vous permettre de perdre le buy-in de ce MTT et de compenser cette perte avec une gestion de bankroll sérieuse. Si c'est le cas, alors ne jouez pas pour les quelques dollars de la bulle, qui ne vous permettront même pas de vous payez un McDo, vu le taux de change actuel, mais jouez pour la victoire.

Avec un M de 8 ou moins, jouez selon la règle "First in is All-in" avec n'importe quelles cartes.

Vous serez surpris de constater le nombre de fois où vous arriverez à voler les blindes de cette manière, parce qu'il vous reste quand même de la fold equity : vous vous êtes construit une image serrée en début de tournoi et il y aura toujours quelques joueurs de la catégorie 2 à votre table. La seule exception à cette règle c'est quand il y a un gros tapis au BB. Dans ce cas, vous ne pourrez faire tapis qu'avec vos mains premium. Et rappelez vous que si ça marche une fois, vous pouvez vous permettre d'attendre une orbite entière avant de recommencer puisque votre M est désormais de 9.

Un autre désavantage lié à votre statut de petit tapis est que vous perdez la possibilité de piéger vos adversaires. Ne faites pas l'erreur de tendre des pièges. La plupart du temps, vous ne piégerez que vous-même. Si vous recevez {a-Hearts}{a-Diamonds} UTG, mettez vous directement à tapis et ne jouez pas au jeu du limp/raise. Mettez vous à la place de vos adversaires. Ils voient un petit tapis limper UTG pour 800, alors qu'il n'a plus que 7.000 de tapis derrière. La plupart du temps, ce qui vient à l'esprit en premier dans ce genre de situations, c'est "il a un monstre". Il n'y a que si un joueur derrière vous se réveille avec un monstre lui-aussi que vous aurez la relance que vous attendiez. Dans le cas contraire, vous verrez plutôt les gros tapis limper confortablement derrière vous, en embuscade avec des mains spéculatives. Ne leur offrez pas cette opportunité.

Mais l'insta-push avec la meilleure main présente un autre avantage : souvent, un gros tapis callera en voyant un petit tapis «all-in» UTG, parce qu'il pensera : "il a sûrement quelque chose mais son éventail de main doit être quand même assez large. Et puis, quel idiot irait à tapis UTG avec {a-Diamonds}{a-Hearts}?". Après quoi, il vous doublera gentiment.

Le jeu avec un stack moyen

Avec un stack moyen, il n'y a pas à s'en faire. Vous jouez pour la victoire et, si vous agissez intelligemment, il vous est toujours possible de transformer un tapis moyen en gros tapis.

Avec un tapis moyen : tendez des pièges.

Il y a deux manières de tendre un piège avec un grosse paire servie (AA et KK). Et avec AK aussi de temps en temps. La première, qui est sans doute la plus connue, est de limp-raiser. Limpez en début de parole pour envoyez un signal de faiblesse puis sur-relancez à tapis lorsqu'un joueur a relancé derrière vous. (Note: si vous avez un M de 30, ne partez pas à tapis d'un seul coup mais faites seulement un 3-bet de 12BB).

Ce move est assez connu, donc ne le tentez pas avec QQ. Parce que si votre 3-bet est relancé, vous êtes derrière à coup sûr. Vos adversaire comprendront vite ce que vous êtes en train de faire et vous ne serez callé que par les mains qui vous battent, à moins que le joueur en question ne soit déjà pot-commited. Faites aussi attention à ne pas vous piéger vous-même. Par là, j'entends qu'il est assez facile de se retrouver dans un pot multiway parce que les autres joueurs ont flairé un piège. Dans ce cas, ne surjouez pas votre main et contrôlez la taille du pot. Encore plus important : soyez prêt à coucher vos As si 2 joueurs ou plus se sont mis à tapis après votre mise au flop. Votre overpaire ne vaut plus rien. Si vous avez tenté ce move avec KK, couchez vous aussi si un sale As apparaît au flop. On ne peut pas piéger sans risque et en voici le petit prix à payer.

Mais il y a une autre manière de tendre un piège, moins connue, c'est «l'overcall». Imaginez qu'il y ait une relance en début de parole. Au lieu de la sur-relance standard pour isoler votre adversaire, contentez vous de caller. Ce move marche assez bien généralement. Si quelqu'un d'autre essaie de sur-relancer avant le flop, alors le pot est suffisamment important pour vous mettre à tapis tout de suite (toujours dans le cas où votre M est de 30 environ). Si personne ne sur-relance et que vous voyez un flop, personne ne vous mettra sur les As. Après un Continuation Bet classique du relanceur initial, qui augmente une fois de plus la taille du pot, vous pouvez facilement sur-relancer à tapis et 90% du temps vos adversaires vous mettront sur un tirage ou sur la paire max et vous calleront plus souvent qu'à leur tour. Et même s'ils se couchent vous remporterez déjà un joli pot.

Si, malheureusement, vous ne touchez pas de monstre, repérez les spots qui vous permettront de voler quelques blindes et tentez quelques moves dans des gros pots.

Voici deux exemples qui vous montrent la marche à suivre :

1 - Jouer en mode "Valet-high ? Je fonce !" contre de petits blocking bets.

Comme vous pouvez le constater, je ne joue cette main que parce que je suis en position. Même si je suis le Chip leader à la table, je suis à peine au-dessus du tapis moyen du MTT. Plus important encore : je joue cette main contre deux adversaires qui ont un tapis presque équivalent au mien, ce qui me donne pas mal de fold equity.

Le flop ne me donne qu'un tirage gutshot et voici ce qui se passe : La serrure au BB fait un petit blocking bet de 800 dans un pot de 7,600 et le relanceur initial SE COUCHE!!! ( J'imagine qu'il devait avoir quelque chose comme une paire de Neufs servie. Sinon, il aurait sûrement touché un petite paire ou un tirage minable comme moi et, avec la cote, il aurait été obligé de suivre).

Je calle, dans l'intention de représenter n'importe quelle carte tombée au flop. Je le mets sur AJ, AQ, QJ ou un K quelconque avec un mauvais kicker.

Au turn, il fait un autre blocking bet de 2,400 dans un pot de 9,200. Je relance pour représenter le brelan, que je pourrais tout à fait avoir, vu la manière dont j'ai joué ma main jusqu'à présent. Mais je ne relance pas beaucoup ici, juste assez pour recueillir l'information dont j'ai besoin. D'abord parce que j'ai prévu de coucher ma main s'il su-relançait à tapis et ensuite pour me conserver suffisamment de jetons pour pouvoir faire un joli bluff à tapis sur la rivière. (Note: Il est crucial de relancer le turn pour pouvoir ensuite bluffer à la rivière. Sinon, vous ne représentez rien).

Après son check à la rivière, la seule chose à faire est de miser puisque je perdrais à coup sûr à l'abattage face à son éventail de mains. Ne commettez pas l'erreur ici de faire une mise timide à la rivière, comme il l'a fait au flop et au turn, parce que dans ce cas il risque de vous caller avec A-high, et il aurait raison. Misez la moitié du pot, comme si vous aviez le 10. S'il était en train de sous-jouer un monstre, ça vous laissera toujours un M de 15.

2 - Caller en pur bluff, en mode "j'ai rien mais toi c'est pire!"

J'ai déjà parlé de cette main sur mon blog, mais voilà un parfait exemple de bluffcall. Vilain a un gros tapis et joue très LAG. Il relance tout. (Je sais que je relance avec rien dans cette situation, mais je voulais juste voler quelques blindes puisque j'étais en début de parole). Je suis sûr à 90% de pouvoir le mettre sur l'une des trois mains suivantes : As-high avec un tirage couleur manqué, 56 ou 53. Et je bats chacune de ces mains. Si je ne le mets pas sur une pocket paire, c'est parce qu'il s'est contenté de me caller pré-flop.

Il mise, ce qui représente de la force mais je relance pour voir si ma top pair top kicker est bonne ou non. Il calle, ce qui pour moi est le signe que je suis en tête.

Suivi par une mise timide au turn et un insta-push à la rivière, c'est un call automatique pour moi. Aucun tirage n'est rentré et il n'a pas AJ (Je l'avais déjà vu 3-Better A-10 pré-flop auparavant).

J'ai réfléchi quelques instants avant de caller, puisque la décision portait sur l'ensemble de mes jetons. Je voulais être sûr de mon read. (Note: Je ne calle pas ici juste parce que je ne suis pas capable de coucher top paire au flop mais uniquement parce que je suis sûr d'être devant. Et je suis prêt à miser tous mes jetons sur cette certitude)

Comme vous le voyez, il y a beaucoup de manières de monter des jetons au cours d'un tournoi. Si vous ne touchez aucun jeu et ne tombez sur aucune situation favorable, laissez vous manger quelques blindes et ressortez la stratégie du "First in is All-in".

A suivre, un article consacré au jeu en fin de MTT. Pour le moment, vous avez passé la bulle, c'est la pause et je vous laisse donc filer vous payer quelque chose au McDo du coin. Ou potasser nos articles stratégie avant que la partie ne reprenne.

Du fait du grand nombre de participants, le jeu en MTT connait une importante variance. Outre une gestion de bankroll rigoureuse, un excellent moyen de s'entrainer au jeu en MTT sans mettre son fond de roulement en péril consiste à participer aux tournois freerolls proposés par PokerNews.

Qu'en pensez-vous ?

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus