WSOP 2008 Table Finale : Darus Suharto

WSOP 2008 Table Finale : Darus Suharto 0001

Suivez la table finale WSOP 2008 en direct live sur Pokernews

Comptable dans la vie, le Canadien Darus Suharto est âgé de 39 ans et joue au poker pour se divertir depuis 3 ans. Voici son portrait.

Après seulement une année à jouer, Suharto s'est gratuitement qualifié via un satellite Online pour le Main Event des World Series of Poker (WSOP) 2006, tournoi durant lequel, il a fini dans les places payées pour un gain de 26 389$, se classant ainsi à la 448ème place dans un field qui comptait environ 8700 joueurs.

Suharto est né en Indonésie

Cette année, Suharto s'est encore qualifié pour le grand show en gagnant un super satellite online à 80$ sur Pokerstars, satellite qui l'a conduit à un autre à 650$ et enfin à sa qualification pour le tournoi principal.

Mais cette fois, Suharto s'est frayé un chemin jusqu'à la table finale. Avec un gain minimum garanti de plus de 900.000$, ce comptable est déjà assuré d'un excellent retour sur investissement avec ses 80$ investis.

Suharto est né en Indonésie et a déménagé quand il était plus jeune avec toute sa famille au Canada à Toronto, où il vit toujours aujourd'hui. Il travaille comme Directeur associé et auditeur interne à l'université de York.

Il fut élève à l'université de York et à celle de Central Arkansas et a ensuite obtenu un MBA à l'université d'Indiana. Il officie aussi en tant que Président des relations académiques de l'Institut des auditeurs Internes (IIA) à Toronto, un poste de bénévole au service de son association professionnelle.

Avant de devenir responsable à l'université de York, Suharto était manager pour la société d'audit Deloitte & Touche. Suharto connait donc très bien les chiffres. Il est double diplômé en tant que Comptable Général Certifié (CGA) et Auditeur Interne Certifié (CIA), pour réussir ses certifications, il a démontré son maitrise dans beaucoup de domaines différents tel que la comptabilité, l'administration, le droit, la finance et le management.

Suharto, joueur de poker amateur

Il s'auto-proclame amateur et parle du poker comme son hobby favori. Lors d'une précédente interview accordée à PokerNews, Suharto décrivait sa place payée en 2006 comme sa plus grande fierté et son plus grand accomplissement au poker parce qu'à « l'époque il n'était qu'un âne ». Une chose dont Suharto ne se proclame pas, c'est d'être un flambeur. Il est comptable depuis déjà 13 ans et n'a pas du tout prévu de quitter son job, qu'il aime. Il joue au poker pour le plaisir et veut que les choses restent ainsi.

Suharto a commencé à jouer au poker au lycée avec des amis, encore une fois juste pour le plaisir, mais lors des trois dernières années, il a surtout joué sur internet après qu'un ami l'ai introduit au poker online. Il joue principalement lors de ses weekends, jouant environ 15 heures pas semaine.

Pendant qu'il était à Las Vegas pour les World Series, il a disputé plusieurs parties live au Caesars Palace, mais n'a joué dans aucun autre tournoi des Series.

Suharto aux Main Event WSOP 2008

A la table, Suharto est amical et calme, considéré comme un joueur serré et discipliné.

Suharto a fini le Jour 1B avec 39675 jetons, le plaçant dans la deuxième moitié des survivants. Durant le Jour 2, il a accumulé des jetons pour avoir un tapis plus que respectable de 129400 jetons et a atteint 420500 jetons, à la fin du jour 3. Il a fini le Jour 4 en 15ème position avec 189 compétiteurs encore en course. Suharto connut un petit revers lors du Jour 5, survivant pour le jour suivant avec un tapis légèrement supérieur à 1 million, le plaçant en queue de peloton.

Mais le Jour 6 fut un meilleur jour pour lui puisqu'il multiplia presque son tapis par 4. Jour durant lequel il élimina Craig Stein (Paire servie de Dames contre As Valet) et Peter Neff (As valet contre As Neuf) et construisit son stack aux dépens de Chris Klodnicki.

Au début du Jour 7, Suharto était en 15ème position sur les 27 joueurs restants, avec un peu plus de 4,5millions de chips. Il perdit un million lors d'une des premières mains contre Dennis Phillips sans avoir abattu leurs cartes; puis il regagna ses jetons contre Klodnicki qui avait relancé, et qui ensuite s'était couché face à la relance à tapis de Suharto.

Suharto continua d'être agressif, et construisit doucement son tapis. Il sortit Aaron Gordon en 24ème position et Toni Judet 22ème, se constituant un stack de 13,8 millions.

Mais après avoir perdu plusieurs mains, son tapis diminua pour n'être plus que de 7 millions. Il doubla ensuite son tapis aux dépens de Joe Bishop (Paire de Rois servie contre As Dame), puis gagna un pot d'un peu plus d'un million contre Chino Rheem grâce à une relance agressive. Lorsque le 10ème et dernier joueur fut éliminé, Suharto possédait possédait un tapis de 14 520 000 jetons le plaçant en 5ème position.

Suharto démarrera la table finale à égalité avec Ylon Schwartz en 5ème position.

En 2003, un comptable tempéré transformait une qualification sur un satellite Pokerstars en une victoire au Main Event des WSOP. Est-ce que Darus Suharto qui s'est qualifié de la même manière et qui occupe un poste identique sera le Chris Moneymaker de cette année? Seul le temps nous le dira.

Suharto : interview

Darus a pris du temps sur son emploi du temps chargé pour répondre aux questions de PokerNews et faire le point sur son parcours aux WSOP et sur le poker en général. Voilà ce qu'il nous en a dit:

PokerNews: Darus, vous avez participé à deux des trois dernières éditions du Main Event des WSOP en vous qualifiant sur internet. Est-ce que gagner un siège de cette manière était un de vos objectifs prioritaires lorsque vous jouez au poker, ou était-ce plus un concours de circonstances?

Darus Suharto: Le poker est un loisir pour moi, donc ce n'est donc absolument pas mon objectif principal. Jouant au poker, je veux juste bien jouer, jouer le Main Event des WSOP c'est absolument palpitant pour quelqu'un comme moi qui ne joue qu'en loisirs. Être capable d'aller aussi loin – je ne sais pas quoi dire, c'est incroyable. A propos de mes objectifs au poker, quand j'ai commencé à jouer , je l'ai fait en 2005. J'ai joué sérieusement dès 2005 et j'ai commencé sur Pokerstars. Je voulais juste être capable de rembourser mon crédit immobilier. Ça, c'était mon objectif principal.

PN: Toronto nous a offert un bon nombre de joueurs de haut niveau. Est-ce que ces joueurs vous ont servi de modèle ou donné envie de leur ressembler dans votre jeu?

Suharto: Bien sur, Daniel Negreanu absolument. Tout le monde l'aime. Il est dans une ligue différente des autres pros. J'adore Daniel – ses manières à une table – il est excellent. Il rend les choses vivantes . C'est un amuseur et un modèle en tant que joueur de poker. J'aimerais lui ressembler. Son style, la manière dont il joue, et la manière dont je joue sont absolument différents. Vous ne pouvez pas me comparez à Daniel Negreanu!

PN: Beaucoup de tournois online ont également un très grand nombre de participants, comme le Main Event des WSOP. Pour vous, en quoi les deux se ressemblent et en quoi sont ils différents?

Suharto: online c'est plus dur car les joueurs ont tendance à jouer beaucoup plus, me montrant leur As Dame ou As Valet, alors qu'en live, les gens tendent à jouer plus prudemment. Je préfère les structures en live, vous pouvez prendre votre temps, vous n'avez pas besoin de presser les choses, vous pouvez coucher une grosse main et quand même réussir à aller loin. Online, parce que les structures sont beaucoup plus rapides, vous devez jouer beaucoup de mains. De tout façon, puisque j'ai un travail, je ne peux pas réellement jouer beaucoup de tournois live. En réalité, le Main Event de cette année est mon deuxième gros tournoi!

PN: Vous mettez la barre très haute pour les autres qui essaient de vous suivre!

Suharto: Je suis content si c'est un exemple pour les autres. Essentiellement, ce que j'essaye de dépeindre aux autres joueurs, ceux qui jouent pour le plaisir comme moi, c'est que je joue principalement le Weekend, 15 à 20 heures par semaine au plus. Le poker est un jeu excitant. Tout le monde peut gagner. J'espère que je pourrais en inspirer d'autres. Bien sur, Chris Moneymaker a déjà montré l'exemple. Mais si je peux gagner, cela donnera un coup de pouce tous les autres joueurs online.

PN: Si vous étiez amené à gagner le Main Event, vous ne seriez pas le premier comptable à le réussir de cette manière. Est-ce que la victoire de Chris Moneymaker en 2003 a eu une influence sur votre décision à poursuivre le jeu?

Suharto: Je dois être honnête avec vous. Quand j'ai démarré le poker en 2005, je ne connaissais rien des WSOP. Je ne connaissais rien de Chris Moneymaker. Je me suis inscrit sur Pokerstars et j'ai vu ce « WSOP ». J'ai demandé, « C'est quoi ce WSOP? » Donc, j'ai recherché les WSOP et j'ai vu que c'était le plus grand des tournois. J'ai essayé de me qualifier grâce à un satellite, j'ai gagné mon siège et là les gens se sont mis à me parler de Chris Moneymaker. J'ai donc voulu en savoir plus sur Chris Moneymaker et là « Oh mon Dieu, il a transformé 39$ en 2,5 millions de $. » Du coup vous voyez?, ça m'a donnée de l'espoir et en plus il était comptable. Vous voulez entendre quelque chose drôle à ce propos? J'ai rencontré Chris Moneymaker à l'EPT de Londres. Il m'a parlé et je lui ai dit « Hé Chris, je suis comptable », et il m'a dit « Ah c'est toi l'autre comptable de la table finale ». Nous avons continué de parler, et il m'a demandé si je travaillais pour une entreprise de comptabilité et d'audit, et j'ai dit « Oui, j'ai effectivement travaillé pour Deloitte & Touche pendant trois ans ». La chose la plus drôle c'est qu'il m'a dit qu'il avait lui aussi travaillé pour Deloitte & Touche... pendant trois ans. « Oh mon dieu », je lui ai dit. « Nous sommes frères! »

PN: Vous avez professé que vous aimez votre carrière de comptable, et que vous n'avez aucune intention de quitter votre profession. Mais pourriez vous réellement ne pas céder à la richesse et à la célébrité qu'un titre de Champion du Monde peut offrir?

Suharto: Vous savez, 9 millions de dollars c'est beaucoup d'argent. Effectivement. Je n'ai plus à m'inquiéter de mes factures. J'aime mon travail, plus particulièrement les gens avec qui je travaille, ce sont des personnes merveilleuses. Mais je dois être honnête, c'est un excellent job, un super endroit pour travailler. Mais en même temps, si je gagne cet argent, est-ce que je voudrais vraiment me lever le matin et aller travailler? Je ne sais pas. Voyons ce qui se passe et je me déciderai plus tard. (rires)

PN: Le concept de coaching concernant la table finale a très souvent été discuté. Quel est votre avis sur le fait de faire appel à un coach pour préparer la finale?

Suharto: Personnellement, je pense qu'on peut toujours apprendre des autres de n'importe qui d'autre, et plus particulièrement des pros qui ont beaucoup d'expérience. Se faire coacher, il n'y a rien de mal à cela. Ça ne peut que vous aider. Ça ne veut pas dire qu'il faut suivre tout ce que le coach vous dit. Il ne faut pas, je veux dire, j'ai ma propre façon de jouer. Je suis membre de Poker Xfactor. Je vais travailler avec Éric Lynch. Je regarde des vidéos. J'utilise l'analyseur de mains. Je télécharge mes mains et je vais dans l'historique des mains pour voir ce que j'aurais pu faire de mieux. En travaillant avec Lynch, nous allons faire un brainstorming sur mon jeu, et ce sera une bonne chose.

PN: En quoi être devenu un des « November 9 » a changé ta vie?

Suharto: Je suis parti de Las Vegas le 16 juillet, et suis arrivé ici (Toronto) le 17 juillet. Je suis retourné directement au travail, et j'ai travaillé pendant les deux derniers mois, je n'ai pas du tout joué au poker. J'ai commencé lors de ses trois dernières semaines, et avant j'avais pris quatre ou cinq semaines juste pour me préparer moi-même. C'est tout ce que j'ai fait pour le moment.

NDR : Bonus poker jusqu'à 2.000$ de dépôt sur la salle en 3D PKR et le code bonus FRPNEWS

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?