Tournois Live 2

Poker Cannes : Paul Guichard "au feeling"

Paul Guichard, EPT Deauville 2013

Paul Guichard, 20 ans, est apparu avec éclat en janvier 2012 au sein de la communauté française des joueurs de poker. Après une série de tables finales sur des tournois mineurs fin 2011, il se classe à 19 ans second du plus gros tournoi hexagonal, le tournoi principal Pokerstars European Poker Tour (EPT) Deauville pour un gain de 557.000€. Depuis, Guichard est un régulier des tables hautes limites de Cannes et Monaco. Il recherche les titres. Interview aux tables des France Poker Series Cannes.

Pokernews : "Comment rentre-t-on à 19 ans sur le circuit live ?"

Paul Guichard : "Clement Thumy m'a découvert, il m'a stacké. J'étais fan de pleins de gens, notamment fan de lui et d'Hugo Lemaire qui gagnaient des tonnes sur Internet. Un jour, j'ai essayé de choper son adresse MSN, je l'ai eu, je lui ai parlé. J'ai joué une tonne au tennis avant de jouer au poker, lui kiffe le tennis, du coup, il m'a dit qu'on allait jouer un jour ensemble, j'étais aux anges, c'était une idole pour moi, un mec que je respecte énormément. Je ne cherchais pas du tout à m'incruster ou à me faire stacker. Il est venu jouer chez moi, on a beaucoup sympathisé. Il m'a dit, je te stack tes tournois et je te coach. Sur Skype et sur un logiciel qui permet de voir l'écran de l'autre, il me regardait jouer, il m’engueulait tous les soirs. Certains soir, il jouait, je le regardais. Du coup, j’apprenais énormément, je voyais ses cartes, tout est parti de là."

PN : "Ensuite, les tournois live et Deauville..."

PG : "Il y a eu Deauville, bien après. C'était mon premier EPT. J'avais fait le Partouche Poker Tour juste avant, j'avais vendu une tonne, genre 60% des parts, parce que j'avais besoin d'argent pour y entrer. Je me faisais stacker tout le temps, sur tous les tournois. J’avançais et ils filaient après les sous. Je me faisais stacker via mon réseau sur skype. "Clem" a vu que j'en voulais à fond, que je n'étais pas mauvais, il s'est acharné sur moi et ça a porté ses fruits. Voilà (rire)."

PN : "Aujourd'hui, quelles sont tes relations avec lui ?"

PG : "Toujours pareil, sauf que maintenant, nous décidons les coups à deux. Dans le poker, il y a des périodes, tu te sens trop mal, tu as l'impression d'être nul. Alors qu'en fait, c'est juste une mauvaise passe, tu repenses à tous tes coups. Quand lui ne va pas, je suis là pour lui dire que ça va et pareil pour moi. Nous sommes très proches. En ce moment, il est parti vivre à Malte. On ne se voit plus trop, je reste en France, je joue en cash game principalement, en live, en casino.

PN : "Quant on gagne vite une grosse somme sur un EPT, on ne perd pas la boule ?"

PG : "Non. Certains me voient faire un peu n'importe quoi, dépenser des sommes astronomiques, mais ça je l'ai toujours fait (rire), ça a toujours été. J'ai toujours voulu kiffer ma vie et c'est clair que je la kiffe un peu trop (rire). Franchement, je n'ai pas perdu la boule, ca va."

PN : "Comment gérer cette bankroll ? Des conseils de Clément Thumy ?"

PG : "Et bien... on ne la gère pas (rire). Non... Je me laisse vivre. Clément est pareil que moi. Il est même pire. Donc il n'a pas trop de conseils à me donner là dessus (rire). Dès que j'ai envie de faire quelque chose, je le fais, dans le poker comme dans la vie. Si demain j'ai envie de faire un tournoi 25.000€, je le ferai, parce que j'ai juste envie de kiffer le moment. Niveau gestion de bankroll, je ne suis pas très bon."

Poker Cannes : Paul Guichard "au feeling" 101

PN : "Ou joues-tu ?"

PG : "En ce moment, cela fait quelques temps que je joue quasiment exclusivement en cash game dans les casinos. A Cannes Croisette et à Monaco Fairmont sur les tables 10/20, 20/40 en Omaha. C'est là où se trouvent les plus grosses parties pour le poker en grosses limites dans la région. A Cannes, en hiver, il n'y a personne, tu trouves des tables 5/10 avec toujours les mêmes personnes. Par contre, lors du festival du Cannes, tu peux trouver des Russes et des Italiens blindés qui viennent jouer juste pour s'amuser sans comprendre, là, c'est vraiment profitable. Pareil à Monaco, pendant le grand prix. Sur chaque événement, tu trouves des gens qui ne comprennent vraiment rien. C'est là que c'est bien."

PN : "Internet, c'est fini ?"

PG : "Je n'y joue plus. J'ai envie de jouer en cash game, le cash game live, c'est un peu le moyen de gagner de l'argent facilement, très facilement même. Le niveau est très bas comparé à Internet où il faut jouer sur 20, 30 tables. Tu as le cerveau bouilli à la fin, il faut faire ça tous les jours pour être gagnant au long terme. En live, le niveau est tellement bas que c'est plutôt tranquille, je ne me prends jamais la tête, je parle aux gens et j'aime ça. Rester devant l'écran, c'est un peu saoulant à un moment."

PN : "Pourtant, c'est sur Internet que tu as commencé."

PG : "Oui, j'étais un gros geek avant (rire). Je ne faisais que ça, j'ai commencé à jouer à 15 ans et je n'ai fait que ça pendant trois-quatre ans, jouer sur Internet tous les jours après les cours."

PN : "Tu as arrêté tes études ?"

PG : "En fait, je n'ai jamais commencé. A 18 ans, lorsque j'ai eu mon bac S, je me suis dit que j'allais jouer un an pour voir ce que ça allait donner. De plus, j'avais des relations. J'ai eu une chance énorme de connaître Clément. Je ne suis pas parti de rien. Si je tombais à zéro, il était toujours là. Et mes parents sont toujours là pour m'aider, ils ne veulent que mon bonheur et voyaient déjà que j'avais des gains. Le reste de ma famille se posaient des questions, mon résultat à Deauville a été une vengeance."

PN : "Qu'as-tu à prouver désormais ?"

PG : "J'ai fait une seconde place à l'EPT Deauville sur un bad beat, une autre sur les World Series of Poker Europe (NDLR WSOPE 2012 6ème - Event #4 No Limit Hold'em 3.000€ - Shootout). Les titres, c'est ce qui m'importe le plus, il y a pleins de titres à gagner. En dehors de l'argent, les titres sont énormes, ca change tout. J'ai toujours vécu comme ca, la compétition. Je n'ai pas l'âge encore pour les jouer mais mon objecif principal, ce sont les World Series of Poker.

PN : "Le poker, tu le travailles ?"

PG : "Je le travaille en jouant. Je connais beaucoup de gens qui travaillent leur jeu tous les jours, qui se posent mille questions pour progresser, moi, c'est plus au feeling. Plus je joue, plus je comprendrai le jeu. Je sais que je suis comme ca. Je suis assez logique, ca m'aide beaucoup pour le poker."

PN : "Tu vis sur une autre planète."

PG : "Oui carrèment. On me disait dèjà souvent que je ne fais pas mon âge."

PN : "Et tu étais déjà un peu ailleurs avant..."

PG : "Oui (rire). J'ai toujours été comme ca."

PROCHAINE ETAPE FRANCE POKER SERIES : FPS PARIS (16 au 23 novembre)

Poker Cannes : Paul Guichard "au feeling" 102

La sallePokerStars.fr propose des Satellites Main Event FPS à la carte. Tous les jours de la semaine à 20h30 et à 22h15, la salle garantit un ticket de 1.100€ pour un Main Event des FPS au choix. Le prochain tournoi principal des Series se tiendra du 16 au 23 novembre 2013 dans la plus grosse poker room d'Europe, le cercle parisien Cadet.Télécharger Pokerstars.

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus