Tournois Live 2

Poker Online : Un ancien SuperNova Elite raconte son Black Friday

Poker Online : Un ancien SuperNova Elite raconte son Black Friday

Mike Ziemba est de joueur de poker professionnel américain âgé de 28 ans. Jouant jusqu'à 24 tables à la fois sur PokerStars avant le Black Friday, il était alors Supernova Elite, le statut le plus convoité du poker en ligne.

Le Black Friday ayant entraîné la fermeture forcée des tables de poker en ligne aux Etats-Unis, Ziemba a dû s'adapter. Dans cette première partie, il raconte son expérience sur les tables online en Europe puis en live à Las Vegas après son retour aux Etats-Unis.

Mike Ziemba : "Plus vite, plus loin, plus fort"

Tous les jours, Mike Ziemba, joueur de poker professionnel âgé de 28 ans, se réveille à l'heure qu'il souhaite, prend une tasse de café et s'assied devant ses deux écrans pour jouer au poker, depuis son domicile à Las Vegas.

Après sa première session, Ziembra fait une pause pour prendre un petit déjeuner , puis retourne jouer une seconde session. Après cette session, il joue au tennis ou va travailler – Ziemba a fait un prop bet avec deux de ses amis selon lequel il doit travailler 45 minutes par jour, cinq jours par semaine – puis rentre chez lui, prend une douche et va jouer sa troisième et dernière session du jour.

C'est la routine quotidienne de Ziemba depuis le 30 avril 2013, jour où Ultimate Poker a distribuée la première main de poker en ligne légale aux Etats-Unis. Quand WSOP.com a ouvert ses portes, Ziemba a disposé d'une seconde salle et de plus de tables pour jouer.

Cela fut une sorte de renaissance pour Ziemba qui, depuis le Black Friday le 15 avril 2011, a dû comme nombre de joueurs de poker en ligne américain, parcourir le globe pour trouver des tournois et cash games live. N'ayant plus accès aux salles de poker en ligne, il a dû se trouver une place dans monde nouveau, avec moins de possibilités.

Pour Ziemba, le nouveau cadre imposé par le Department of Justice lors de ce triste jour d'avril fut particulièrement douloureux dans la mesure où il était sur le point de gravir les échelons supérieurs dans le monde du poker.

Toute ma vie, j'ai toujours essayé d'être en tête. Plus vite, plus loin, plus fort. J'étais sur cette voie [avec le poker]” déclare Ziemba, qui pense avoir joué au cours de sa carrière entre sept et huit millions de mains et a joué jusqu'à 24 tables de cash games (en $1/$2 jusqu'en $3/$6), tentant d'atteindre lestatut SuperNova Elite sur PokerStars pour la seconde année consécutive. S'il préfère ne pas dévoiler le montant de ses gains, il admet tout de même qu'il avait un "taux horaire digne d'un médecin". Il prévoyait d'acheter une maison en 2011. Il venait d'envoyer le plus gros chèque de sa vie à l'Internal Revenue Service (IRS , fisc américain).

Bizarrement, c'est sa mère qui lui téléphona le matin du 15 avril pour lui apprendre que le gouvernement avait bloqué les salles de poker en ligne. “C'était tellement inattendu, que je ne savais pas quoi faire. Je n'avais aucun plan. J'ai été renvoyé du job de mes rêves et ne le retrouverai jamais”. Tout à coup, après des années à travailler et étudier le jeu, “Il avait disparu, envolé

L'exil pokeristique en Europe

Comme la plupart des joueurs professionnels, le premier réflexe de Ziemba fut de chercher refuge dans un pays étranger lui permettant de continuer d'exercer son métier. L'un des avantages du poker en ligne – ou de toute activité utilisant internet – est que les amis, collègues et l'entourage peuvent se situer à des milliers de kilomètres. Ziemba, qui s'était lié d'amitié avec des joueurs suédois, a donc décidé de venir en Europe pour continuer à jouer au poker en ligne après le Black Friday.

En Suède, Ziemba a continué d'améliorer son jeu. Il dit que l'un de ses amis était l'un des meilleurs joueurs de moyennes limites au monde. Jouer à ses côtés jusqu'à 60 heures d'affilé lui a permis de penser le jeu différemment. “Il semble que ce soit le meilleur moyen de progresser au poker être amis avec ses meilleurs adversaires et voir comment ils jouent” explique Ziemba.

Hors des Etat-Unis, Ziemba a voyagé et fait la fête, “peut-être trop” dit-il, mais avec le recul il dit aussi que ce fut les meilleurs moments de sa vie. C'est pourquoi il fut surprenant de le voir revenir aux Etats-Unis, où il était obligé de jouer en live – et ne pouvait donc plus jouer des milliers et des milliers de mains en ligne.

L'une de mes plus grosses erreurs fut de ne pas rester à l'étranger pour continuer de jouer en ligne” affirme Ziemba. “Le poker en ligne est bien supérieur au poker live en terme de sécurité de l'emploi et de régularité des revenus. J'aurais pu rester en Europe plus longtemps, mais je ne sais pas. Je ne sais vraiment pas”.

Retour à Las Vegas et l'adaptation au poker en live

Rester longtemps loin de son pays peut être difficile mais l'adaptation de Ziemba au poker live fut au moins aussi délicate. Et ce n'est pas seulement le fait de jouer un nombre moindre de mains par heure qu'il trouva difficile. “Cela peut prêter à rire, mais il faut vous habiller et aller manger. Il y a des horaires. Quand je jouais au poker en ligne, je me levais quand je voulais, je n'avais besoin de m'inscrire sur une liste d'attente, ou autre. Je pouvais littéralement m'asseoir aux tables en sous-vêtements et faire mon job”.

Poker Online : Un ancien SuperNova Elite raconte son Black Friday 101
Mike Ziemba aux World Series of Poker

Le poker live a aussi mis à jour deux nouvelles faiblesses chez Ziemba — l'empathie et l'incertitude. Contrairement au poker en ligne, quand on prend l'argent d'un joueur en live, on voit ses réactions. Quand un joueur perd tous ses jetons, sa réaction peut aller du sarcastique 'rebuy' à une tirade dépressive. Et c'est cela qui a le plus troublé Ziemba.

J'étais malheureux de jouer en live car je voyais la misère” dit-il. “Je n'ai jamais vu cela en ligne car je ne voyais pas le chat. En live, cela me faisait me sentir mal et cela change toute la dynamique”.

Il y a aussi l'absence de tracker et HUD sur une table live. Ziemba n'est pas un fan des logiciels d'aide à la décision et il pense que le poker serait plus sain et plus profitable sans datamining. Mais il dit aussi que l'absence de statistiques peut finir par rendre fou le meilleur des joueurs.

Il n'y a pas de logiciel pour vous indiquer si vous avez bien joué, si vous avez été malchanceux. Le poker live peut jouer des tours à votre mental. En ligne, vous savez toujours exactement où vous en êtes et où vous devriez en être”.

Malgré ces difficultés, l'expérience de Ziemba dans les différentes poker rooms de Las Vegas lui a permis d'avoir un nouveau respect pour les joueurs de poker live professionnels. “J'ai appris qu'ils avaient un certain éventail de compétences” explique Ziemba en parlant de leur aptitude à repérer des tells et à tirer de l'information des interactions humaines.

Néanmoins, à ce jour, le poker en ligne a fait son retour aux Etats-Unis et Ziemba peut à nouveau utiliser son arsenal de joueur de poker online durement acquis. Si les parterres de joueurs sont beaucoup moins importants, jouer moins de tables l'oblige à réfléchir davantage. Chaque décision est calculée et chaque clic bien pesé.

Jouer 24 tables était absurde. Maintenant, j'ai le temps de prendre de meilleures décisions”. En jouant moins de tables, Ziemba arrive à jouer plus de mains et à mieux se concentrer.

Continuer d'améliorer son jeu est essentiel pour Ziemba, qui a toujours cherché à affiner ses compétences et éliminer les erreurs de son jeu. Il rit à l'idée qu'il se pensait être un bon joueur quand il était plus jeune. Il se rappelle en particulier avoir déposé la totalité de ses 500$ de salaire sur PokerStars au lycée, alors qu'il avait déjà perdu plusieurs dépôts de 50$. S'il n'était pas un grand joueur à l'époque, il a lentement appris à maîtriser son art et est fier de n'avoir plus jamais déposé depuis.

Dans la seconde partie, Mike Ziemba expliquera en quoi son métier de joueur de poker ligne a changé depuis l'ouverture de salles légales eu Nevada, avec un nombre de joueurs bien inférieur à celui de PokerStars.com.

PokerStars.fr : Bonus cash 20€ gratuits

Poker Online : Un ancien SuperNova Elite raconte son Black Friday 102

Téléchargez Pokerstars avec le code marketing FRENCHPOKERNEWS pour participer aux freerolls mensuels exclusifs. Utilisez le code BLUFF lors du premier dépôt sur la salle pour recevoir un bonus de 20€ en cash et cinq tickets Privilèges donnant accès à cinq tournois gratuits doté de 1.000€.

Name Surname
Rich Ryan
Name Surname
Jeremie B.

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus