Quand un acteur terrasse un champion de poker où l'épique duel James Woods - Doug Polk

James Woods

Vous ne pouvez battre Novak Djokovic au tennis. Vous n'avez aucune chance de terrasser Floyd Mayweather d'un direct. Et quelque soient le nombre de tentatives, vous ne sprinterez jamais plus vite qu'Usain Bolt sur cent mètres.

Mais - et c'est la beauté du poker - vous pouvez battre un des plus grands champions de la planète lors d'un heads-up, si les cartes sont au rendez-vous évidemment. James Woods y est parvenu, triomphant de Doug Polk au deuxième tour lors du Day 2 de l'event #4, le 3 000$ NLHE Shootout. Le célèbre acteur, peut-être plus connu pour son rôle dans Casino de Martin Scorsese que pour ses résultats autour d'une table de poker, a réussi à atteindre grâce à cette victoire sa première table finale des WSOP.

"C'est un joueur de poker éblouissant" a déclaré Woods a propos de son adversaire. "J'ai joué contre Johnny Chan en heads-up durant 3h30. Il était fort, mais Doug est le joueur le plus fort contre qui je n'ai jamais joué. Je suis vraiment fier de cette victoire parce que j'ai le sentiment de l'avoir méritée".

En grande partie parce que Woods ne l'a pas emporté après un énorme pot gagné avec un tirage réussi ou tout autre confrontation décisive ayant nécessité l'intervention de Lady Luck. Au contraire, sa victoire est survenue après un heads-up épique ayant vu tour à tour les deux joueurs prendre un large avantage avant de subir le retour d'un rival aux portes de l'élimination quelques minutes plus tôt.

En plus, avec chaque table débutant à quatre joueurs munis de tapis profonds, les heads-up se disputaient généralement avec des rivaux munis de plus de 60BB. Woods a dû ainsi réellement jouer au poker, ne pouvant se contenter d'envoyer son tapis. Contre l'un des plus grands spécialistes de l'exercice, l'acteur a bataillé plus de quatre heures - avec d'énormes variations de tapis !

Polk a affirmé avoir approché ce match comme n'importe quel autre, planifiant de jouer son jeu standard contre cet adversaire amateur. En écho à cette stratégie, Woods n'a pas voulu non plus changer son jeu, estimant qu'il serait inconfortable de jouer différemment malgré la difficulté de la tâche.

Au départ, l'ambiance était détendue et joviale, avec deux joueurs échangeant des plaisanteries, avant que Woods n'annonce ne plus vouloir discuter et délivrer d'informations à son expérimenté adversaire.

"Ca a un peu jeté un froid" a dit Polk "je pense qu'il a juste voulu donner le meilleur de lui-même et je le comprends très bien".

Les ennuis de Polk ont commencé lorsqu'il a décidé de gambler en payant un overbet à tapis de Woods sur un flop {9-Diamonds}{3-Hearts}{10-Clubs} avec {q-Spades}{j-Hearts}. Les outs de Polk étaient nombreux contre le {a-}{9-} adverse, mais il a échoué à toucher l'un de ceux-ci.

Malgré un déficit de 3 pour 1 en jetons, Polk est progressivement revenu à hauteur, avant q'un autre pot énorme ne survienne. Au niveau 27 (4 000/8 000/1 000), Woods misait 22 000 sur un flop {10-Spades}{k-Clubs}{q-Hearts} et se voyait payé. Il checkait la turn {10-Diamonds}, laissant Polk misait 42 000. Woods annonçait alors 62 000, une mise illégale qui se transformait en 84 000. Polk décidait de payer avant de faire face au all-in de Woods pour 114 000 sur le {j-Clubs}.

"Dévasté," fut la réponse spontanée effectuée par Polk lorsqu'il lui fut demandé une fois la partie terminée ce qu'il avait ressenti. Finalement il s'est résolu à folder, juste pour voir Woods retourner {8-Spades}{3-Clubs} et célébrer son bluff avec ses fans en lançant "c'est comme ça qu'on gagne un p**** de bracelet !".

Bien que n'ayant plus que 10 blinds, Polk allait réussir à revenir et même à prendre un avantage considérable, ne laissant que quelques blinds à l'acteur dans ce duel épique. Mais avec seulement 40 blinds en jeu, la variance allait finir par jouer un rôle. Deux all-ins préflop plus tard et Woods finissait par obtenir son siège en final après que son {a-Clubs}{10-Clubs} ait tenu contre le {a-Hearts}{5-Diamonds} de Polk.

"Être le meilleur ne signifie pas que vous n'allez jamais perdre"," a reconnu Polk. "Tant qu'il y a des jetons, il faut continuer à jouer au poker. Il a bien joué et mérité de gagner aujourd'hui."

Woods a apprécié la capacité de Polk à rester positif et prendre cette défaite avec classe. "C'est un type incroyablement sympa" a dit Woods. "Il a été extrêmement respectueux avec moi. Je suis un amateur et j'ai parfois été démonstratif, il ne l'a jamais pris contre lui. Ce fut un privilège de jouer contre lui".

Pas seulement un privilège, mais un formidable apprentissage d'après l'acteur, qui a indiqué avoir plus appris durant ces onze heures de jeu avec Polk que durant le reste de son existence. Une expérience qui sera toutefois insuffisante pour remporter l'event 4, Nick Petrangelo se révélant intraitable... James Woods terminera finalement à une belle 7e place et compte deux places payées aux WSOP alors que le festival n'a commencé qu'il y a que quelques jours !

Name Surname
Mo Nuwwarah
Name Surname
David Poulenard

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus