Bad Beat Jackpot : La main que James Woods n'oubliera jamais

  • Sean  ChaffinSean ChaffinMatthieu SustracMatthieu Sustrac
Bad Beat Jackpot : La main que James Woods n'oubliera jamais 0001
Partagez moi
  • James Woods raconte une main qui a marqué sa vie de joueur de poker.

Acteur, James Woods a participé au mythique Casino de Marton Scorsese. Passionné de poker il participe aussi à de nombreux tournois et il a confié à PokerNews le souvenir d'une main mémorable à l'occasion des World Series Of Poker 2017 qui ont eu lieu cet été à Las Vegas.

Avec 241 000$ de gains en carrière et 4 places payées WSOP au mois de juin dernier, James Woods est peu à peu devenu un régulier du circuit MTT. Le comédien aime aussi beaucoup le cash-game, il a notamment beaucoup pratiqué au Foxwoods Casino dans le Connecticut... aux plus petites limites pour tenter de gagner plus facilement le badbeat jackpot.

"Mes amis rigolaient car je jouais aux tables 1-2$. La raison était simple il y avait un énorme badbeat jackpot. Il fallait perdre la main en utilisant ses 2 cartes privatives avec carré de {8-} au moins. Gentiment j'ai offert la moitié de mon action à un copain car j'avais posé 200$ sur la table... il est parti en se marrant en disant non".

Une mauvaise décision puisque quelques minutes après ce départ, Woods trouve {6-Spades}{7-Spades} au bouton et paye une ouverture à 7$ en milieu de position. La petite blinde fait 35$ et Woods est le seul à payer.

"J'ai presque foldé. Il a misé tellement fort il ne pouvait avoir que {a-}{a-}", explique Woods.

Arrive un flop {A-Clubs}{10-Spades}{9-Spades} et l'acteur fait face à une mise à 20$. Woods paye en évitant le sujet du badbeat jackpot car c'est une raison qui peut être invoquée par le casino pour ne payer personne. Le croupier déballe un {8-Spades} qui donne une quinte flush à Woods et les deux adversaires checkent.

Comme dans un film, Woods adresse alors sa demande au dealer : "Mets-nous un {a-}".

Le poker réserve parfois des moments incroyables. Sans trembler le dernier {a-Diamonds} du paquet tombe à la rivière.

"Et là mon adversaire fait un truc bizarre. Il mise 20$ et j'ai maintenant une seule peur, qu'il mucke si je paye simplement. Quatre jours avant une demoiselle n'a pas montré sa straight flush quand elle a vu quinte flush royale chez son adversaire... car elle ne savait pas pour le badbeat jackpot".

Woods paye et encourage son adversaire à montrer... ce qui va bien se révéler être un carré ! Woods prend ce pot de 161$ mais un plus gros chèque attendait les joueurs de la table.

Le badbeat jackpot contenait 488 000$ !

James Woods

Excitation maximum à la table à l'abattage. Comme le veut la tradition,le perdant de la main encaisse la moitié de la cagnotte soit 244 000$ ! James Woods prend un quart soit 122 000$ tandis que les autres joueurs ayant participé à la main empochent eux presque 17 000$.

"Cette main aurait pu ne jamais avoir lieu. Un joueur venait de quitter la table donc nous étions un de moins depuis quelques minutes et un autre avait demandé à sa femme qui était elle aussi en table de quitter la partie. Il s'étaient accordés 3 mains de plus, jusqu'à sa grosse blinde", ajoute Woods.

Une décision qui leur a permis un gain à 5 chiffres. En ne risquant que de perdre quelques dollars.

"Il y a eu un autre truc bizarre", se remémore le joueur US : "Un nouvel arrivant venait de s'asseoir under the gun, il pensait être de grosse blinde donc il a posé ses 2$. Le dealer lui a dit que ce n'était pas lui et a repoussé son jeton vers lui".

"Je me sens chanceux", a répondu ce dernier en laissant cette mise obligatoire pour entrer en jeu en cash-game avant d'être grosse blinde. Une décision qui va permettre aux joueurs présents de toucher le jackpot. S'il n'avait pas posté cet argent, les cartes auraient été données dans un ordre différent... et adieu le magot.

"Personne ne poste jamais under the gun mais le destin a voulu qu'il le fasse et que nous gagnons", se réjouit Woods. Si ce gain à 6 chiffres n'a pas bouleversé son existence il n'en est pas de même pour tout le monde. "C'était vraiment super car le perdant de la main n'était pas du tout un homme riche mais plutôt un smicard du poker. Il a pu acheter une maison à sa maman, une belle histoire", termine Woods qui n'oubliera jamais cette donne disputée en Nouvelle-Angleterre.

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?