Crockfords : Phil Ivey ne verra jamais ses 8,6 millions

Crockfords : Phil Ivey ne verra jamais ses 8,6 millions 0001

Fin de la game pour Phil Ivey qui a donc appris la décision de la cour suprême britannique dans le dossier qui l'opposait depuis 2012 au Crockfords Club, un établissement de Mayfair à Londres.

Vainqueur de 7,7 millions de Livres, environ 8,6 millions d'euros, au Punto Banco (une variante du baccarat, ndlr) , Ivey ne sera jamais payé. Le verdict publié en 2014 par la court d'appel concernant son gain, obtenu en compagnie de la joueuse Cheung Yin Sun, n'a pas été modifié.

A l'époque, le juge avait indiqué que les techniques employées par Phil Ivey lui avait donné un avantage irrégulier se rapprochant d'une tricherie. Le casino n'avait donc pas l'obligation de lui payer cette énorme session gagnante.

Phil Ivey vs Crockfords, la chronologie

Si Phil Ivey a admis avoir utilisé des techniques lui permettant d'améliorer son espérance de gains, sa défense reposait sur le fait qu'il n'avait fait qu'exploiter les erreurs du casino, incapable de se protéger contre un joueur professionnel de son calibre. Sans jamais toucher les cartes, Ivey a monté 8,6 millions d'euros, une victoire qui n'a pas plu au Crockfords Club.

"A la fin de la partie, un reçu de mes gains m'a été donné mais Crockfords a ensuite retenu le paiement. En conséquence, je ne pense pas avoir d'autre alternative que d'entreprendre une action devant la justice", avait déclaré Ivey en mai 2013.

En novembre 2016, la Cour d'Appel avait confirmé le verdict précédent en se basant sur le Gambling Act de 2005. A cette occasion, la justice avait considéré que l'edge-sorting se rapprochait de la définition de la triche tout en indiquant que Phil Ivey n'avait pas "d'intentions de tromper" le casino. Étonné, Phil Ivey s'était alors interrogé publiquement : "Quelqu'un peut-il m'expliquer comment il peut y avoir de la tricherie honnête ?"

Selon Lady Justice Arden le fait que Ivey et Sun aient interféré avec le déroulement du jeu suffit pour que le casino n'ait pas à payer les gains du duo. C'est la ligne choisit par la Cour d'Appel et la Cour Suprême, la volonté de tromperie ou l'absence d’honnêteté ne rentrent pas en compte.

La décision finale

Les cinq membres de la Cour Suprême ont soutenu la décision de la cour d'Appel à l'unanimité.

Selon la BBC, Lord Hughes a expliqué que la décision de la cour relevait de la volonté du législateur de faire du jeu de Punto Banco un jeu de pure chance : Ni les joueurs ni le casino ne doivent pouvoir battre la distribution aléatoire des cartes. La décision finale implique donc un énorme manque à gagner pour Ivey... c'est aussi une grosse victoire pour le Crockfords Club, qui est la propriété du groupe Genting Casinos UK.

"C'est un cas d'école sur l'approche de la tricherie à l'époque actuelle", a d'ailleurs indiqué son président Paul Willcock. "Cette décision valide complètement celle de Genting de ne pas payer Phil Ivey, une décision qui n'avait pas été prise à la légère", a-t-il ajouté.

Fin décembre 2016, Phil Ivey n'avait pas été déclaré coupable de triche dans l'affaire qui l'oppose au Borgata Hotel Casino & Spa d'Atlantic City : Le joueur US devra néanmoins rendre les 10,1 millions de dollars gagnés grâce à ses techniques d'edge-sorting selon la décision du juge fédéral Noel Hillman.

Mis à mal du côté financier, Phil Ivey a tout de même fait son entrée au Poker Hall of Fame en juillet avant de manquer l'intégralité des WSOP. En Chine pour promouvoir le lancement d'une application, le joueur américain a aussi annoncé son retour sur les tournois pour très bientôt...

L'homme aux 10 bracelets WSOP va devoir perfer rapidement !

Partagez moi
  • C'est terminé pour Phil Ivey dans l'affaire qui l'opposait à un casino anglais. L'Américain ne verra jamais la couleur des 8,6 millions gagnés au Punto Banco...

Name Surname
Valerie Cross
Name Surname
Matthieu Sustrac

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus

LE CHOIX DE POKERNEWS

Phil Ivey annonce son retour [vidéo] Phil Ivey annonce son retour [vidéo]