2021 World Series of Poker Europe

Stratégie poker - les DoN (double or nothing): jouez, gagnez, doublez

Stratégie Poker : DoN - double or nothing sit'n gos

Tous les joueurs de poker le savent, il y a de nombreux moyens de se construire une bankroll de poker en ligne, notamment le cash game et les tournois multi-tables. Le premier est très exigeant et requiert une discipline de fer afin de dégager des profits les plus réguliers possibles. Le second est surtout intéressant pour les joueurs qui aiment le côté compétitif du tournoi et comptent sur de grosses perfs pour absorber les nombreuses perfs dues notamment à une variance plus forte.

La troisième grande discipline du poker online est celle des Si’n gos, une forme de poker qui permet de réduire la variance
Disponible pour toutes les bankrolls à des niveaux de buy-ins qui vont de 1$ pour les débutants à 2000$ pour les highrollers, les Sit’n gos (SNG) sont une forme populaire de tournois de poker. Tables de dix (full ring) ou six joueurs (shorthanded), structures normales ou rapides, deux ou trois places payées, les SNGs séduisent de nombreux joueurs et offfent une large palette de variantes et de buy-ins aussi diverse que les tournois multi-tables.

Double or Nothing (DoN) : survivre pour doubler

Ces dernières années une forme particulière de sit’n gos a fait son apparition : les 'Double or Nothing' (Double ou Rien) ou DoN. Ce format suit un principe simple : finissez dans la première moitié du classement et doublez votre investissement. Cela semble un moyen simple de se faire de l’argent, non ? Eh bien, oui et non.

Même s’il est bien entendu plus facile de gagner de l’argent en DoN qu’en SnG, vous devez gagner beaucoup plus régulièrement que dans un sit’n go standard : bien que nommé Double or Nothing vous devez prendre en compte les frais d’inscription (entre 8% et 10% selon le site) pour encaisser un profit réel.

Ainsi, si vous jouez une centaine de DoN à 10$+1$ vous investissez 1.100$ et pour équilibrer vos gains et pertes vous devrez terminer dans les places payées 55% du temps. Pour dégager un profit de 100$ (soit 9% de retour sur investissement) vous devrez être payé 60% du temps, alors que statistiquement parlant, vous n’avez pourtant que 50% de chance de terminer dans l’argent. Heureusement ce n’est pas un jeu de pile ou face et vos qualités de joueur peuvent vous permettre de faire la différence.

Préférer la sécurité à l'agression

Bien que simplissimes dans leur principe, les DoNs diffèrent de leur équivalents des SnGs en particulier au niveau de la stratégie dans les moments clés. Tandis que les sit’n gos classiques obligent à changer de vitesse avant et après la bulle des places payées, les DoNs se jouent plus comme un satellite où la même récompense attend la moitié des joueurs.

Vous ne devez donc pas jouer aussi agressivement que les SnG, votre but premier étant d’accumuler des jetons pour survivre et non pour préparer l’après-bulle qui ici n’existe pas. En conséquence vous devrez bien repérer le bouton « Fold » car c’est celui que vous utiliserez encore plus souvent que dans d’autres formules de jeu.

Ainsi les DoNs sont probablement l’une des variantes de poker les plus faciles à jouer et ils sont particulièrement bien adaptés à un jeu ultra standard sur la base d’un principe simple : le moindre de vos jetons a de la valeur, une valeur qui augmente au fur et à mesure que le tournoi progresse et que les blinds et antes montent.

Quelle stratégie adopter dans les DoN?

Alors quelle est la bonne stratégie à adopter pour se donner toutes les chances d’être gagnant en DoN ? Durant les premiers niveaux, vous devriez jouer les mains « premium » (grosses paires : 9-9 à A-A et As-Dame/As-Roi, assortis ou non) et les jouer agressivement quand vous les toucherez.

Cela ne signifie pas que les petites paires (de 2-2 à 8-8) ou les connecteurs assortis (J-Qs, K-Qs) sont à jeter automatiquement. Si vous sentez que vous avez une bonne côte pour aller voir un flop pas cher en fin de parole avec ses mains en début de partie, ne vous gênez pas pour les jouer si vous en avez envie. Partant du principe que vous serez souvent face à des mains plutôt meilleures dans l’absolu, vous pourrez souvent doubler en floppant une main max (suite, couleur ou full) et doubler sans risque. Mais vous devrez éviter de jouer ces mains hors de position car vous risquez de payer beaucoup trop cher pour voir le flop face à des relances de joueurs en fin de parole.

Bien entendu, doubler votre tapis vous permettra souvent de décrocher une des places payées, mais doubler n’est pas absolument nécessaire pour vous garantir de gagner et bien souvent vous sortirez « vainqueur » sans avoir beaucoup augmenté votre tapis de départ. Ainsi des vols de blinds à la bulle sont souvent plus efficaces qu’un doublé très tôt dans la partie.

Gardez malgré tout en tête que la moyenne de jetons des gagnants de DoN est de 3.000 jetons (le double du tapis de départ) et que par conséquent la clé du succès est d’être conscient du tapis des autres joueurs et leur position par rapport aux blinds. Si un joueur a un stack de 8.000 jetons (soit plus de la moitié des jetons en jeu), vous devrez alors considérer que le tapis moyen des autres joueurs gagnants sera de 1.750, uni chiffre qui deviendra votre nouvel objectif de tapis.

Mieux vaut jeter ses cartes que gâcher ses jetons

L’une des clés de la réussite en DoN est simple à comprendre et appliquer : évitez les confrontations à tapis dans les premiers niveaux. A moins d’être short-stack (petit tapis) ou d’avoir une côte du pot extraordinaire vous devrez être largement favori pour vous permettre de payer un tapis et plus la bulle approche, plus cela est primordial.

Prenons un exemple simple. Vous possédez le plus gros tapis de la table (4.500 jetons) et il reste 6 joueurs sur des blinds à 100/200. Vous vous retrouvez premier de parole et vous recevez une paire de Rois en premier de parole. Le deuxième tapis de la table possède 4.000 jetons en fin de parole et tous les autres joueurs ont entre 1200 et 1.750 jetons à part un short-stack qui est en milieu de parole avec 900 jetons soit 4,5 blinds. Afin de pousser le short-stack à faire tapis (ce qu’il fera peut-être avec n’importe quelles cartes si les joueurs avant lui se couchent ou se contente de payer la blind) vous avez ‘limpé’ avec l’intention de sur-relancer derrière lui pour l’isoler et faire sauter la bulle. Problème, le joueur à votre gauche (UTG+1) fait une mini-relance à 400, se gardant 1.100 jetons derrière. Le short-stack fait alors tapis pour 900 au total, et enfin le joueur solide serré-agressif pousse ses 4.000 jetons. Que devez-vous faire ?

Si vous étiez dans un sit’n go standard il y a des chances que vous hésitiez à payer dans ce spot qui pourrait vous faire passer de chipleader à.. une blind de tapis. Dans un DoN la situation devient encore plus simple : votre paire de Rois préflop ne vaut plus rien et vous devez vous coucher sans réfléchir. Bien sûr vous avez probablement une bien meilleure main que le short stack, mais quid du joueur UTG+1 ? Et surtout vous savez que le joueur serré qui n’avait aucun jeton investi dans le pot DOIT avoir un monstre pour faire tapis ici.

Dans ce genre de situation vous verrez souvent le scénario suivant : le joueur UTG+1 paie avec As-Roi, le short-stack révèle une paire de 6 et le gros tapis montre une paire d’As et élimine les deux joueurs. La bulle éclate et vous avez « remporté » ce DoN.

Un bon entraînement pour le jeu de tournoi

Apprendre à être gagnant en DoN est relativement simple et peut même vous aider à peaufiner votre jeu en tournoi, en particulier en ce qui concerne votre gestion de la bulle ; au fur et à mesure que vous progressez, votre pourrez mieux apprécier l’importance de la position et de la taille relative des tapis en présence, leur positon par rapport aux blinds et leurs styles de jeu.

Volez les joueurs serrés, effectuez des mises de valorisation contre les ‘calling stations’ et apprenez quand pousser et quand vous coucher. Bien que les sit’n gos sont recommandables aux joueurs de tout niveaux, les DoN sont particulièrement efficaces pour aider les novices qui veulent progresser. Ce n’est pas grâce aux DoN que vous deviendrez millionnaire et pour dégager un profit intéressant vous devrez abattre beaucoup de volume – mais les dons offrent une petite marge de gains sans grand risque à condition d’avoir du temps, et de la patience.

Les DoNs gros pourvoyeurs de points VIP

Adopter une approche quasiment scolaire des DoN permet d’apprendre à jouer sur plusieurs tables simultanées avec un risque minimal. Les DoN permettent aussi d’accumuler des points à une vitesse bien plus grande qu’en tournois ou sit’n gos (pour débloquer un bonus par exemple) et sont un des moyens les plus rapides pour atteindre le statut SuperNova sur PokerStars.

Les DoN ne sont pas un bon format pour flamber ou compter sur la chance. Vous devez au contraire adopter un style conservateur et respecter les règles de base de la gestion de bankroll. Si vous parvenez à être gagnant et voulez être sûr de ne jamais avoir à redéposer, vous devez garder un matelas de sécurité d’une centaine de buy-ins. Si vous envisagez de jouer des DoN 10$+1$ il vous faudra donc une bankroll de 1.000$. Plus votre taux de gains sera élevé, et plus vous pouvez vous contenter d’une bankroll moins profonde. Après avoir joué environ 2.000 de ces tournois vous aurez un bonne idée de votre taux de gains. Si vous remportez 55% à 60% des DoNs que vous jouez, vous devriez voir votre bankroll augmenter à un rythme soutenu.

Bien qu’il soit toujours possible de jouer avec une réserve moins importante, pensez bien que quelque que soit votre niveau, les ‘downswings’ (chute brutale et continue de résultats) font aussi partie du jeu. En cas de variance très négative les DoN peuvent faire un gros trou dans votre bankroll, mais si vous vous tenez aux quelques principes élémentaires énoncés ci-dessus vous devriez pouvoir dégager un profit régulier.

Le plus gros trafic de DoN est sur PokerStars, mais vous pouvez en trouver aussi d'assez nombreux sur Winamax, ainsi que de très intéressants 'shorthanded' sur Poker770.

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus