Tournois Live 2

Caesars Entertainment, propriétaire des WSOP, sur le point de faire faillite ?

Le groupe Caesars Entertainment, propriétaire des World Series Of Poker serait-il sur le point de faire faillite ? Avec 20$ milliards de dette et une seule année rentable depuis 2008, la bataille fait rage depuis plusieurs mois entre l'opérateur de casinos américain et ses principaux créanciers. Ceux-ci ont envoyé un ''avis de défaut'' en juin dernier estimant que le groupe n'était plus en mesure de rembourser sa dette. Samedi 02 août 2014, Bloomberg annonce que les négociations en vue de restructurer la dette ont commencé entre le groupe et les créanciers.

Caesars Group, une seule année rentable depuis 2008

En 2012 déjà, le groupe Caesars Entertainment, qui opère plus de 50 casinos aux Etats-Unis et détient notamment la marque World Series Of Poker, inquiétait déjà avec sa dette énorme et ses résultats financiers décevants, ce qui amenait les agences de notations à estimer que les possibilités de voir le groupe faire faillite étaient réelles.

Le goupe, acquis par Apollo Global Management LLC et TPG Capital pour 30,7$ milliards en 2008, compte, selon Bloomberg, près de 21$ milliards de dette et n'a connu qu'une année rentable depuis 2008.

L'une des possibilités envisagées pour maintenir le groupe à flot était de se séparer de certains de ses actifs. Ainsi en 2013, ''Caesars Entertainment a approché PokerStars pour proposerla vente de certains actifs, comme le casino Rio de Las Vegas. Le groupe Caesars suggérait que cette acquisition aiderait PokerStars a obtenir une licence. PokerStars a décliné l'offre : "Nous ne prévoyons pas d'acquérir un autre casino à court terme” déclarait Eric Hollreiser, porte-parole de PokerStars Forbes.

Restructurer une dette insoutenable

La situation du groupe ne semble pas s'être améliorée depuis. En juin dernier, un groupe de 13 créanciers a envoyé un ''avis de défaut''. Depuis la bataille fait rage entre les créanciers et Caesars Group.

En mai dernier, l'opérateur a vendu 5% des parts de la plus importante et plus endettée de ses filiales et transféré certains de ses actifs. Une décision qui vise à l'annulation des garanties de la dette par la maison mère et qui coûterait 450$ millions aux créanciers du groupe, ''la dernière manœuvre d'une saga qui pourrait mener à une restructuration de son insoutenable dette'' écrivait Bloomberg en mai.

Une prédiction qui se vérifie, avec un article du 02 août, dans lequel on apprend que le Caesars Entertainment a entamé les négociations avec les créanciers en vue de restructurer sa dette.

Les détenteurs d'obligations de premier rang, qui ont la priorité pour être payés au cas où le groupe serait dans l'incapacité à faire face à l'ensemble de sa dette, a tout intérêt à trouver un compromis. ''Sans un accord pour réduire considérablement la dette, les détenteurs d'obligations de premier rang risquent de voir la valeur de leurs investissements s'affaiblir alors que l'entreprise réduits ses 3$ milliards de liquidités pour payer les intérêts aux créanciers de rang inférieur'' ajoute Bloomberg.

Après un pic à 25$ environ en février dernier, le cours de l'action Caesars Entertainment Corp est tombé à 15$ environ.

Caesars Entertainment Corp. (Reuters)
Caesars Entertainment Corp. (Reuters)
Name Surname
Jeremie B.

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus