EN DIRECTEvents
PokerStars Championship Prague
888poker
New poker experience at 888poker

Join now to get $88 FREE (no deposit needed)

Join now
PokerStars
Double your first deposit up to $400

New players can use bonus code 'STARS400'

Join now
partypoker
partypoker Cashback

Get up to 40% back every week!

Join now
Unibet
€200 progressive bonus

+ a FREE Unibet Open Qualifier ticket

Join now

Stratégie Poker - Le "Continuation Bet"

Stratégie Poker - Le "Continuation Bet" 0001

Vous avez {a-Spades}{k-Spades}, et votre relance pré-flop est suivie par la petite blind. Le flop n'est pas bon pour vous avec {q-Hearts}{10-Clubs}{7-Hearts}, et la petite blind fait parole. Vous faites de même et le tournant apporte un {7-Clubs}. La grosse blind attaque avec une grosse mise…

Que faites-vous ? La réponse est celle-ci : il est très difficile de savoir quoi faire. Votre A-K pourrait très bien être la plus forte main, mais votre adversaire pourrait aussi avoir trois Sept et vous tireriez en vain. Vous avez perdu le contrôle du pot.

La manière d'éviter de se retrouver devant cette décision difficile au tournant est de prendre le contrôle du pot avec un « continuation bet » au flop, une mise de continuation.

Un « continuation bet » est une mise sur le flop après avoir relancé avant pré-flop. La mise est faite que vous ayez touché une bonne carte sur le flop ou non.

La raison d'être d'un « continuation bet » est que la majorité des flops ne coïncident avec pour la plupart des mains. Si vous avez deux cartes fortes, par exemple A-K, vous n'avez qu'une chance sur trois pour que vous touchiez une paire ou mieux sur le flop.

Pourquoi est-ce une arme si forte ?

Si votre adversaire joue deux cartes différentes, il ratera le flop deux fois sur trois. Cela signifie souvent qu'une main comme AK est en fait devant, et que le joueur qui possède cette main gagnera le pot avec une mise. De plus, parfois, votre adversaire possède une main faible, comme par exemple une petite paire, ou la plus petite paire du tableau, et il se couchera avec la meilleure main. Dans l'exemple ci-dessus, un adversaire avec {8-Diamonds}{7-Diamonds} se couchera souvent sur le flop car il n'a que la plus petite paire sur un tableau assez effrayant pour lui; vous l'aurez bluffé avec succès.

Le "continuation bet" est une attaque du pot lorsque vous êtes devant et le bluff de vos adversaires lorsqu'ils ont des mains faibles.

Combien devriez-vous miser ?

Le meilleur montant de la mise se situe généralement autour des deux-tiers du pot. Il est important que vos "continutaion bet" soient environ de la même taille que les mises que vous auriez faites avec une forte main, pour que vos adversaires ne puissent pas facilement lire votre coup.

Bien sûr, il faut avoir une main aussi forte qu'A-K. Si nous avions relancé avant le flop avec J-10 dépareillés, et que le flop donne Q-7-2, il est très efficace de faire la même mise. Le « continuation bet » ne dépend pas tant de la force de notre main que de la faiblesse de celle de votre adversaire.

Problèmes rencontrés face au « continuation bet »

Encore une fois, vous avez {a-Spades}{k-Spades}, face à un flop {q-Hearts}{10-Clubs}{7-Hearts}. Vous faites un "continuation bet" de 2/3 du pot et votre adversaire opte pour un « check-raise ». Vous devriez alors vous coucher car AK est ici une faible main. Notre adversaire a probablement trouvé un tirage, et nous nous sommes enlevés une chance de le battre au tirage. Il pourrait aussi nous avoir bluffé avec une main plus faible qu'AK et nous avoir poussés à commettre une erreur.

Quand ne pas utiliser un « continuation bet »

Le « continuation bet » est une arme très efficace. Il reste que l'on ne doit pas l'utiliser tout le temps. Voici quelques cas où vous devriez éviter de l'utiliser.

1) Plusieurs adversaires engagés dans le pot

Avec plusieurs adversaires dans le pot, la chance qu'un joueur ait touché un bon flop augmente énormément. Avec trois joueurs ou plus dans le pot, vos chances de prendre le pot sont trop minces; il est préférable de faire parole.

2) Votre adversaire est une « calling station », ou très agressif.

Contre un joueur qui passe rarement, l'arme perd de son efficacité. Il faut éviter le "continuation bet" contre un joueur très agressif, capable de faire un « check-raise » avec rien.

3) Pas de tirage intéressant sur le tableau

Quand vous touchez un très bon tirage sur le flop, il est presque toujours correct d'être agressif avec une mise. Un bon exemple serait d'avoir {a-Spades}{k-Spades} sur un flop {q-Spades}{10-Spades}{7-Hearts}; vous avez le tirage couleur max et le tirage suite par le ventre. Même si votre adversaire fait un « check-raise », vos outs vous indiquent que vous pouvez vous permettre de suivre.

La situation est différente lorsque le tableau ne montre qu'une carte pour un bon tirage. Par exemple, vous avez {a-Hearts}{q-Hearts} et le tableau donne {j-Hearts}{5-Spades}{2-Clubs}. Un As ou une Dame sur le tournant vous donnerait la paire max et probablement la meilleure main, un cœur pour un tirage couleur max. Un 10, un Roi, un 3 ou un 4 vous donneraient un tirage suite.

Si vous misez et que vous devez faire face à un « check-raise », vous ne pourriez pas justifier un call. Vous perdriez votre chance de voir une grande variété de cartes sur le tournant qui pourraient améliorer votre main. Je choisirai en faite de jouer cette main d'une façon plus astucieuse. Disons que vous faites parole derrière, et qu'ensuite vous tirez une de vos cartes intéressante pour un tirage (par ex. un {k-Hearts}) sur le Turn. Si votre adversaire pose une mise, relancez-le. Faites parole sur le flop et relancez derrière sur le tournant, cela peut effrayer votre adversaire et le forcer à penser que vous avez fait un « slow-play » avec une forte main sur le flop.

4) Le flop arrive avec une paire

A nouveau, vous avez {a-Spades}{k-Spades}, et le flop donne {j-Hearts}{j-Spades}{2-Clubs}. Votre adversaire fait parole, et vous misez. Un bon adversaire aura tendance à ne pas croire que vous avez un Valet et pourrait donc croire que vous bluffez. Il peut voir ici une bonne opportunité de faire lui-même un « check-raise », et vous bluffer sur le coup. Bien que votre AK puisse très bien être la meilleure main, il vous serait très difficile de suivre. En effet, si votre adversaire continue à miser, vous pourriez vous retrouver face à une autre décision difficile sur le tournant avec uniquement un As.

Une fois encore, une façon astucieuse de jouer cette main serait de faire parole derrière le flop et d'être agressif sur le tournant. Cette façon de jouer semble plus forte, votre adversaire pourrait craindre que vous ayez trois Valets.

5) Le tableau montre un « action flop »

Certaines actions sur le flop sont tout simplement trop dangereuses pour s'y impliquer, car il est fort probable que votre adversaire ait touché un bon flop.

Vous avez {a-Spades}{k-Spades}, et le tableau donne {j-Hearts}{10-Hearts}{9-Hearts}. Il existe tout simplement trop de mains avec lesquelles votre adversaire pourrait jouer, il pourrait très bien faire un « check raise » pour vous faire abandonner. Vous feriez mieux de faire parole.

50$ offerts sur Titan Poker

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?