8 Questions à se poser avant de tout envoyer en bluff

More Bluffing 101: 8 Questions to Ask Before Firing the Third Barrel
Partagez moi
  • Posez-vous les bonnes questions pour identifier le bon spot de bluff.

C'est la river. Vous n'avez toujours rien, aucune combinaison valable et vous avez misé le flop et le tournant. Vous êtes en position et vous pensez à mettre le feu avec une nouvelle mise, le 3e barrel. Comment décider si vous devez le faire ?

Certains joueurs solides perdent fréquemment de l'argent car ils n'osent pas miser à moins que la probabilité que leur bet soit gagnant soit quasi-certaine. Mais vous n'avez pas besoin de gagner la main pour que le bluff soit justifié. En fait, si vous êtes sur le point d'envoyer c'est que cela fait probablement sens de miser une nouvelle fois.

Voici un exemple où l'opportunité de 3-barrels bluff se construit d'elle même. Nous sommes en cash-game aux blindes 1-2$.

Après deux limps, vous misez 15$ avec {k-Clubs}{j-Clubs} et un joueur vous paye hors de position. Vous avez tous les deux 300$ devant vous quand la croupière déballe un flop {Q-Spades}{8-Clubs}{2-Diamonds}. Votre adversaire check-call 30$ et un {a-Clubs} arrive au tournant.

L'opportunité d'envoyer une deuxième fois est excellente avec l'apparition du tirage couleur max et d'une ventrale. Cet As est aussis une overcard par rapport à toutes les paires que votre opposant peut avoir. Ce dernier check-call 75$ et la rivière est un {9-Hearts}.

Votre adversaire check sur {Q-Spades}{8-Clubs}{2-Diamonds}{A-Clubs}{9-Hearts} et vous jouez un peu moins de 200$. Vous avez raté vos tiages... faites vous feu ou abandonnez-vous ?

1. Avez-vous de la showdown value?

Que vaut votre main à l'abattage ? Avez-vous une chance de gagner sans miser ? Dans 'exemple ci-dessus les probabilités sont très faibles, vous avez donc pas ou presque de showdown value. Avec une paire de {k-}{k-} ici vous auriez une bonne chance de posséder la main la plus forte. Vous auriez donc de la showdown value... et si c'est le cas miser en bluff n'est pas forcément une action valable (la question de savoir si vos Rois méritent une mise en value est une discussion que nous gardons pour une autre fois, ndlr).

Dans notre exemple, la probabilité très forte d'être battu à l'abattage pourrait être une raison de mettre le 3e barrel à la rivière.

2. Votre adversaire a-t-il un tapis assez gros pour folder ?

Si votre opposant n'a plus rien, il va probablement payer toutes les mises à la rivière, même avec une main faible. Il s'est trop engagé et une dernière tentative de bluff est futile.

Il faut quantifier le tapis adverse dans le sens où chaque joueur à une limite où il ne foldera plus. Généralement si votre dernier rival a moins de 50% du pot à la rivière, il va souvent moins trouver un fold quand vous le pousserez à tapis. Dans notre exemple, votre adversaire a encore plus de la moitié du pot, cela augmente vos probabilités de voir un bluff marcher.

3. Quelle est la range adverse?

Vous avez eu trois streets pour évaluer l'éventail de mains de votre opposant. Vous avez normalement une range préflop pour les actions de Vilain, vous avez aussi pu la réduire en prenant en compte ce qu'il a fait sur le flop et le turn... en se basant sur ces informations incomplètes vous devriez avoir une bonne idée de sa range à la rivière...

4. Quel est le style de jeu de votre rival ?

Vos impressions et vos connaissances de l'adversaire ont une grande importance. Les observations faites lors de la partie doivent vous permettre d'établir si c'est un joueur extrêmement loose préflop ou pas. Est-il capable de payer avec rien au flop ? avec un tirage au turn ? S'il est serré il n'a probablement pas payé avec la pire paire du board. Si c'est une calling station, pourquoi folderait-il à la rivière ?

5. Que pense votre adversaire de vous ?

Quelle est votre image ? Comment votre opposant vous perçoit ? Que va-t-il conclure de vos actions ? Etes-vous un joueur considéré comme serré, agressif, passif ? Surtout n'oubliez pas que cela n'a aucune importance de savoir le joueur que vous êtes, ce qui compte c'est la perception que votre rival a de vous.

6. Quelles sont les mains probables sur lesquelles votre adversaire va vous mettre ?

Que va penser votre opposant ? Sur quelle range vous met-il ? Si c'est un mauvais joueur ou un débutant il ne va peut être que penser à la force de sa main. Quel est l'intérêt de bluffer si votre adversaire pense "j'ai une paire d'As et je ne jette jamais un As"?

Dans la plupart des parties, la grande majorité des joueurs va au moins considérer ce que vous avez avant de prendre sa décision? Si vous estimez qu'une nouvelle mise va indiquer à votre adversaire que votre range de mains est supérieure à l'éventail que vous lui donnez alors il faut probablement tendre vers ce 3e barrel.

Pensez à l'histoire qui se dégage de vos mises jusqu'à la rivière. Une grosse mise finale apporte-t-elle de la consistance à votre récit ? Dans ce cas l'option de bluffer doit être considérée avec une bonne fréquence.

7. Avez-vous des “blockers”?

Les Blockers sont des cartes privatives qui bloquent la possibilité des combinaisons fortes. Si vous les avez votre adversaire ne peut les posséder et cela limite donc la force de sa main. Etre en possession de telles cartes peut vous aider à prendre la décision d'effectuer un 3-barrels bluff.

Dans notre exemple vous possédez un des 4 {j-} du paquet qui permettent de faire quinte en étant accompagnés d'un {10-}. Ici vous diminuez de 25% les chances de votre opposant d'avoir cette combinaison en main, ce qui vous donne une meilleure chance de placer un bluff profitable avec succès.

8. Quelles sont les chances que mon bluff fonctionne ?

En répondant aux questions précédentes vous ne pouvez pas être certain à 100% de vos chances de succès. L'absence d'une certitude intégrale n'est pas une bonne raison pour abandonner. Il faut estimer votre degré de réussite et le comparer à la cote que vous donneriez à votre adversaire en misant.

Dans notre exemple, si vous misez la moitié du pot à la rivière, il faudra que votre adversaire ne paye pas une fois sur trois pour que cela soit profitable. Si vous pensez qu'il y a une chance sur deux que votre mise ne soit pas payée, vous perdez de l'argent en ne misant pas !

Ashley Adams joue au poker depuis 50 years et écrit depuis 2000. Il est l'auteur de centaines d'articles et deux livres, Winning 7-Card Stud (Kensington 2003) et Winning No-Limit Hold’em (Lighthouse 2012). Il est aussi animateur d'émissions à la radio comme sur www.houseofcardsradio.com.

Qu'en pensez-vous ?

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus

LE CHOIX DE POKERNEWS

Home Game : Se faire (encore) inviter Home Game : Se faire (encore) inviter