Stratégie - Etudier ses adversaires

Stratégie - Etudier ses adversaires 0001

Dans « Super System 2 », le fameux essai sur le poker dirigé par Doyle Brunson, Jennifer Harmon explique l'intérêt de s'approcher d'une table de Poker pour étudier ses adversaires potentiels. Et l'ensemble des joueurs professionnels évoquent tous d'une façon ou d'une autre cet aspect du jeu : l'observation et la compréhension de l'adversaire.

L'idée générale est que l'on peut apprendre beaucoup sur un adversaire et son jeu. En particulier, lorsqu'il s'agit de le regarder jouer alors que l'on ne joue pas soi même : ces informations sont absolument gratuites.

L'étude de vos adversaires depuis l'extérieur d'une partie vous permettra de savoir si un joueur possède un jeu de qualité ou si au contraire il est "on tilt". De la même façon, vous arriverez à percevoir plus ou moins qui joue large ou qui à l'inverse joue serré.

Il existe cependant un élément que vous ne pouvez pas prendre en compte lorsque vous observez un coup seulement depuis "la touche". Vous ne connaîtrez pas a manière dont vos adversaires jouent contre VOUS !

Et vous pourrez bien être confronter à certains soucis si vous n'analysez pas comment tous ces joueurs réagissent face à vous en particulier.

Voici un exemple: je me suis retrouvé face à un joueur assez âgé qui joue très large et qui est plutôt agressif. Il possédait un bon capital de jetons. Voici ce que j'ai noté en le regardant jouer :

- Il mise si tout le monde opte pour "parole"

- Si quelqu'un ouvre avant lui, il suit jusqu'à la Rivière avec n'importe quelle sorte de main même un Tirage par le Ventre (attendre par exemple un J avec 9-10-Q-K).

- S'il ne touche absolument rien au flop, il ne suivra aucune mise adverse.

- Le Semi-Bluff ne marche pas contre lui. Si quelqu'un tente la chose contre lui au flop, il va suivre et ouvrir au Turn quoiqu'il se passe.

- S'il est relancé au Turn, il suivra plus souvent qu'il ne jettera ses cartes.

- S'il touche n'importe quelle main sur la Rivière, il suit. Par exemple s'il a J-8 et que le Board est A-10-7-4-J, il paye sans hésitation.

En prenant en compte ces observations ci-dessus, adopter un jeu serré me semblait être la meilleure approche pour jouer contre lui. J'ai été servi d'une paire de Rois. Il relance Préflop en milieu de Parole. Je l'isole avec une Sur-Relance. Le Flop tombe : c'est un Q-6-3. Il ouvre au pot comme à son habitude et je le paye juste en me disant que le "Slowplay' est la bonne méthode. Au Turn il opte pour "Parole". J'ouvre et à ma grande surprise, il jette ses cartes assez rapidement.

J'ai trouvé cela très étonnant de sa part. J'en ai pris note. Quelques mains plus tard, j'ai eu encore de la chance en recevant une autre paire de Rois. Je relance Préflop. Il me suit. Le flop est cette fois 10-9-5. Il ouvre, je le relance et il me suit. Le Turn est un 3. Il dit "parole", quant à moi je mise. Il se couche.

J'ai joué plusieurs fois contre ce joueur et d'une manière générale assez conservative. Il devait donc penser :

- Je vais positionner en attente avec "Parole". Je me coucher si je n'ai rien.

- Je relance au Flop et mise au Turn que lorsque j'ai une Main solide.

En d'autres termes, ce joueur semble avoir compris mon plan de jeu dressé contre lui. De ce fait, il mise sur tous les Flops puisqu'il sait que je ne vais pas le suivre si je ne touche rien. A l'inverse, si je le suis ou si je relance au Flop, il sait que cette relance lui est destiné : il abandonne le pot sans hésiter.

J'ai donc tout inversé contre lui en faisant ce qui me paraissait illogique d'après mes observations : j'ai commencé à le bluffer avec réussite. Sur un pot, je lui ai opposé un "check-raise" en semi-bluff au Turn avec succès. Sur une autre Main, je l'ai relancé au flop et j'ai gagné une carte gratuite, alors qu'aucun joueur à la table n'avait encore réussi à en obtenir une face à lui.

Au final les observations que j'ai noté sur ce joueur face aux autres joueurs m'ont suggéré d'adopter une stratégie de jeu serré. Mais sa façon de jouer contre moi indiqué qu'un jeu large et agressif était approprié.

Cette histoire illustre parfaitement le fait suivant : les observations en dehors d'un coup ne vous donnent pas assez d'informations pour savoir comment vos adversaires jouent contre vous.

Vous devez considérer votre image à la table et la seule façon d'obtenir ces informations sur vous même et d'entrer dans plus de coups que d'habitude pour observer vos adversaires face à vous. Si vous ne vous arrêtez qu'aux premières observations, vous présupposez que votre adversaire va jouer de la même manière contre vous. Avec le temps vous verrez que c'est rarement le cas.

Quand je dis "entrer dans plus de coup", je ne parle pas des coups avec AA, KK ou AK. Essayez également des mains plus marginales et observez si vos adversaires font des erreurs face à vous. Je me souviens d'un tournoi que j'ai remporté au cours du quel un joueur s'était montré très intéressé par mon jeu. Il n'avait aucune crainte de jouer contre moi avec des mains marginales, et qui plus est en mauvaise position. Mais après un flop K-9-5, alors qu'il avait une paire QQ face à ma main 8-7 , il commit l'erreur de me laisser voir quelques cartes gratuitement. Sur la Rivière, lorsque mon 6 miraculeux est tombé, il a décidé alors de miser !

Vous aurez également avoir à faire face à un joueur rancunier. Vous lui avez mis dans la vue quelques "bad beats" précédemment. Si notez que ce joueur joue un poker conservateur face aux autres adversaires, ce joueur viendra avec des cartes médiocres dans plus de pots face à vous lorsque vous relancez, par simple esprit de revanche. Lorsque cela arrive, vous devez modifier votre jeu en jouant serré et attendre que ce joueur rancunier vous donne son argent sur un tirage très marginal raté alors que vous avez AA dans vos mains.

NDR : les meilleurs freerolls sont sur PokerStars et les meilleurs joueurs sur Full Tilt Poker

PLUS D'ARTICLES

Qu'en pensez-vous ?