WSOP 2018
2018 World Series of Poker

Poker : Savoir folder en tournoi

Big Pots Late: Don’t Be Afraid to Make a Big Fold
Partagez moi
  • Mo Nuwwarah revient sur l'importance de savoir folder une grosse main en tournoi

Avoir couvert des tournois de poker durant des années a permis à Mo Nuwwarah d'observer des milliers de mains, souvent jouées par les professionnels, ce qui lui a permis d'acquérir une immense expérience.

Le théâtre des opérations

Mo Nuwwarah dispute un tournoi dans lequel ils ne sont plus que 60 sur les 1 376 joueurs initiaux. Ils ont atteint le niveau 22 avec des blinds de 6 000/12 000, ante 2 000. Au fil des niveaux sa table s'est durcie avec l'arrivée de redoutables grinders dont Krzysztof Stybaniewicz qui a joué de manière très solide toute la journée.

Les joueurs reviennent juste du dinner-break lorsque survient cette main. Mo possède près de 40 blinds à cet instant.

L'Action

Il ouvre à 27 000 en milieu de position avec {2-Hearts}{2-Diamonds} et Stybaniewicz défend sa blind. Le flop tombe {8-Hearts}{q-Hearts}{k-Clubs} et Stybaniewicz check. Mo avance 33 000 qui sont payés. Le dealer dépose un beau {2-Spades}. Stybaniewicz check et call après une mise de 71 000.

Sur le {10-Spades} survenu à la river, l'adversaire check une nouvelle fois, laissant Mo envoyer 128 000 jetons. Stybaniewicz réfléchit quelques instants et annonce all in, mettant Mo, à qui il ne reste à peine 200 000, sous pression.

Après quelques minutes de réflexion il paie et découvre le {a-Hearts}{j-Hearts} de son rival pour la suite max.

Analyse

Pour défendre sa blind, Stybaniewicz n'a pas une grosse somme à rajouter, malgré cela il est solide et doit avoir une main décente pour suivre. Mo a fait un continuation bet dans l'espoir de remporter immédiatement le pot, espérant faire folder des mains comme {a-} {x-} ou de petites paires. Une fois sa mise payée, Mo est prêt à abandonner mais le {2-Spades} change tout en lui donnant un brelan.

Le {10-Spades} complète certes un éventuelle quinte, mais semble malgré tout relativement anodin. Lorsque Stybaniewicz à check-raise à tapis à la rivière, Mo s'est retrouvé dans une situation difficile. Après analyse, il a estimé que son rival aurait vraisemblablement 3-bet préflop avec {a-Hearts}{j-Hearts} vu que Mo s'était montré très actif jusqu'à là, du coup la main ayant le plus de sens devenait {j-Hearts}{9-Hearts}. Mais avec un brelan, pouvait-il vraiment folder, ne mettant son adversaire que sur une ou peut-être deux mains susceptibles de le battre ?

Un élément aurait pourtant dû amener Mo à se coucher : Stybaniewicz n'avait pas une fois dans la journée joué autrement qu'en suivant la ligne idéale. De plus c'était le premier gros pot opposant les deux joueurs depuis six heures qu'ils étaient assis à la même table.

A l'instant T, il est souvent difficile de jeter une très forte main, mais parfois vous devez faire un gros fold pour rester en vie dans un tournoi, particulièrement si tout indique que votre adversaire vous domine. C'est cette philosophie qui a permis à Phil Hellmuth de remporter autant de trophées. Mo reconnaît qu'il en a été incapable à cette occasion, même si c'était la décision à prendre.

Il a longuement repensé à cette main après son élimination à la 59e place, qui devrait occuper encore ses pensées quelques temps. Lorsque vous ne jouez pas beaucoup de tournois, mal négocier une main alors qu'on est loin dans l'épreuve est une expérience générant de nombreux regrets. Avoir le courage de faire un gros lay down à la rivière si la situation l'exige peut pourtant l'éviter.

Stybaniewicz a parfaitement mis à profit cette main pour atteindre la table finale et remporter le tournoi, ainsi que 356 043$ et une bague en or. Réussir un fold difficile mais raisonnable aurait pu permettre à Mo de changer le cours des choses...

Qu'en pensez-vous ?

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus