Tournois Live 1

Trois tips pour contrer un joueur ultra agressif

Three Ways to Combat Overly Aggressive Players in Small Stakes Games

Depuis l'invention du poker, les meilleurs joueurs ont toujours su que l'agressivité était une des clefs pour gagner.

Ce tips s'est propagé vers les joueurs récréatifs et même aux plus basses limites, de nombreux joueurs se montrent très offensifs. Il a donc fallu trouver un moyen de s'adapter.

Par chance, beaucoup de joueurs agressifs manquent aussi d'expérience et ne réagissent pas face à la contre-attaque. Voici quelques recettes pour punir les joueurs qui basculent du mauvais côté de l'agressivité...

1. Check-raise en début de parole

C'est un coup que j'utilise lorsque je relance hors de position et que je suis payé par toute la tribu. Quand je suis dans cette situation je n'effectue pas de mise de continuation si je ne suis pas prêt à assumer une relance. Si je ne suis pas dans le mood d'envoyer plusieurs barrels, je checke pour voir ce qu'il se passe... et si l'action est trop intense je m'écarte.

Checker au flop dans un pot multiway après avoir ouvert les hostilités amène des opportunités. Dans les parties aux limites basses, les joueurs vont payer une mise de continuation avec une paire et parfois un tirage runner-runner au flop. Ils veulent voir s'ils vont améliorer leur main au turn. Du coup si je fais un c-bet et que le tournant m'empêche de double-barrel, je me retrouve dans leur filière.

Parfois je checke pour pousser l'éventuel joueur trop agressif en fin de parole à miser. Je peux m'en servir comme d'un levier et je relance quand la parole me revient. Les joueurs pris au milieu n'ont généralement pas une assez bonne main pour continuer s'ils n'ont eux même pas miser après mon check... et celui qui est en position qui a bet est généralement en train d'arracher.

Du coup j'obtiens souvent un fold général. Parfois certains sont collants donc je ne fais jamais cela sans possibilité d'améliorer ma main. Je mixe semi-bluffs et mains en value (celles qui battent une Top paire mal accompagnée).

L'autre avantage du check-raise c'est qu'il ne permet pas aux gens à tirage de continuer. Ces derniers s'écartent et ce sont les joueurs trop amoureux de leur paire mal accompagnée qui vont vous voir à tirage et payer très cher en étant souvent battus.

2. Je relance plus fort en fin de parole

Pour gêner les maniaques qui 3-bet trop, j'augmente la taille de mes mises en fin de parole. J'ouvre à 3 ou 4 fois la grosse blinde en fin de parole voir en MP... Je ne le fais pas en début de parole car ma sélection de main est tellement solide que cela ne me dérange pas de me faire 3-bet.

Quand j'ouvre fort en fin de parole, j'oblige les gens avec un stack moyen à faire tapis s'ils veulent 3-bet... C'est en effet compliqué de "sizer" un 3-bet qui ne les obligerait pas à payer mon 4-bet shove.

3. Faire Tapis en fin de parole

La plupart des gens font tapis directement quand leur stack descend à 10-15 blindes. Si j'ai des joueurs très agressifs derrière moi qui vont exploiter mes ouvertures light quand j'ai 16 à 21 blindes, je ne m'embarrasse plus et j'open-shove quand je suis dans cette zone.

Ce n'est jamais l'idéal de faire tapis avec 20 blindes mais je trouve que cela a plus de sens que raise-fold 10% de mon tapis quand je suis short et que j'ai une main profitable à open-shove avec le tableau de Nash.

En gros avoir le dernier mot avec un joueur agressif l'empêche de vous mettre dans une situation compliquée. Attention tout de même à ne pas open shove que les mains les plus faibles du tableau quand vous jouez 16-20 blindes, vous allez être trop exploitable si vous n'ouvrez que des premiums. De plus, les mains les plus fortes de votre range protègent les mains un peu plus faibles, si vous ne faites tapis qu'avec le bas de votre éventail, certains shoves vont devenir EV-.

Au final, je raise-call mes mains les plus fortes et pour balancer je vais effectivement raise-fold les mains les plus faibles de mon éventail. Je ne vais faire tapis qu'avec les mains moyennes de ma range, des mains qui sont tout de même relativement forte pour bien se comporter face à la range adverse.

Conclusion

Le poker moderne est un jeu qui récompense l'agressivité et même au plus petites limites les joueurs sont de plus en plus offensifs. Profitez du manque de maîtrise de l'adversaire, à jouer avec le feu on se brûle!

Réfléchissez à une stratégie de contre-agression et exploitez les failles de cette tactique trop agressive employée par vos adversaires. J'ai remarqué que celui qui mise le dernier remporte souvent le coup, j'essaye de ne plus leur laisser d'option autre que celle de folder et de choisir une autre victime...

Photo: "Big Chip Stacks,” World Poker Tour, CC BY-ND 2.0.

Partagez moi
  • Celui qui bet remporte souvent la mise... comment réagir face à un joueur ultra-agressif ?

Name Surname
Carlos Welch

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus