Retro Poker 2013 : Joueurs, organisateurs et régulateurs se plient à l'interview

Retro Poker 2013 : Joueurs, organisateurs et régulateurs se plient à l'interview

Les interviews sont souvent l'occasion d'avoir le point de vue de personnes vivant le poker de l'intérieur, qu'ils soient joueurs, organisateurs ou régulateur. Ce fut le cas en 2013 où PokerNews a eu l'occasion de s'entretenir avec Bertrand Grospellier, Sylvain Loosli, le président de l'European Poker Tour Edgar Stuchly ou encore le président de l'ARJELJean-François Vilotte.

Les WSOP et les November Nine

Bien sûr, l'interview est un exercice auquel ne peuvent échapperles finalistes du Main Event des World Series Of Poker. Au lendemain de leur qualification pour la table finale du plus gros tournoi de l'année, les 'November Nine' sont passés devant le micro de PokerNews. On y retrouve notamment, Ryan Reiss, vainqueur du Main Event 2013, qui prive ainsi le chipleader etfavori au début la table finale JC Tran de son 3ème bracelet.

LeFrançais Sylvain Loosli n'a pas dérogé à la règle. S'il chute à la 4ème place pour un gain de 2.791.982$ (près de 2€ millions),Loosli a sans conteste décroché le titre de joueur français de l'année. Inconnu du grand public, quasi inexistant sur le circuit des tournois live il y un an, ce professionnel du cash game en ligne est devenu une figure incontournable du poker hexagonal.

On n'est donc qu'à moitié étonné d'apprendre que l'un de ses colocataires à Londres est une autre star du poker français : Bertrand 'Elky' Grospellier. Dans une interview en trois parties donnée à PokerNews lors des France Poker Series Paris au Cercle Cadet, il déclare à son propos : "il fait quatrième du Main Event pour un de ses premiers tournois live. C’est assez incroyable. […] Malheureusement, je n’étais pas trop avec lui mais il a eu beaucoup d’aide. Il était bien entouré notamment par Ludovic Lacay ou Davidi Kitai qui sont des grands joueurs .

'Isildur1' sponsorisé, Dusty Schmidt usé par le multitabling

Ils ne sont guère présents sur le circuit live, mais leurs prouesses online les a rendus célèbres. Le phénomène Viktor 'Isildur1' Blom a passé l'année 2013 comme les précédentes : en gagnant et perdant des millions, parfois en une journée. Devenu membre de la Team Pro de Full Tilt Poker 'The Professionnals', il confie : "J’ai gagné très rapidement énormément d’argent au poker et, comme tous les joueurs de poker, j’apprécie la liberté que cela procure. De plus, je n’ai jamais cherché à être sous le feu des projecteurs. J’aime simplement jouer. Maintenant, je suis sponsorisé et je ne vais pas me plaindre. Ce n’est pas désagréable de se faire payer plusieurs événements live et de voyager à travers le monde tout en jouant. Si j’avais eu le choix entre plusieurs sites, j’aurais toujours choisi Full Tilt".

Autre joueur de poker en ligne,Dusty Schmidt est connu pour être l'auteur de l'ouvrage "Treat your poker like a business" et adepte du multitabling intensif, jouant plus de 15 tables plus de huit heures par jour. Constantant les dégâts sur sa santé d'un tel excès, il écrit dans son blog : "L'on m'a dit que si je choisis de suivre une carrière de joueur de poker en ligne à plein temps, je mourrais probablement d'une apoplexie avant l'âge de 50 ans. On m'a dit que le cerveau humain n'avait tout simplement pas la capacité d'être soumis à plus de huit heures de multitabling massif de poker en ligne. On m'a dit que jouer au poker en ligne avec une telle intensité est l'une des pires choses que l'on peut faire subir à son esprit comme à son corps".

Edgar Stuchly et Thomas Lamatsch, TD en live

Bien sûr, il n'y aurait pas de tournois de poker live s'il n'y avait personne pour les organiser.Edgar Stuchly est le président de l'European Poker Tour. A l'occasion du lancement de la Saison 10 de l'EPT, il fait un point sur les saisons passées et explique à quel point organiser un tournoi de poker est une tâche ardue : "Nous avons 60 personnes du staff EPT et PokerStars qui mettent en place les étapes, 130 personnes qui travaillent sur les tournois et six semi-remorques qui parcourent l'Europe entre chaque destination, transportant 20 tonnes de matériel. Nous avons deux installations TV, une équipe TV de 90 personnes, 85 tables de poker, 200.000 jetons de poker, 10.000 jeux de cartes et 500 mètres de câbles électriques".

Et les tournois de poker live ne sont pas ce qui manque de nos jours. Thomas Lamatsch, Directeur de tournois sur le circuit des France Poker Series explique : "J'ai débuté à Vienne au Concord Card Casino. Il ya 15 ans, il n’existait que neuf grands tournois dans l'année à Londres, Paris, Vienne, Helsinki et Baden à côté de Vienne. Les cinq managers de casino se réunissaient une fois par an. Imagine maintenant, il y a peut être 500 tournois, un tournoi tous les jours en Europe. Les tournois sont plus professionnels. Avec la télévision, le poker online et les event managers, le poker a complètement changé. Ce n'est plus juste un tournoi de poker, c'est un event".

https://fr.pokernews.com/news/2013/12/philippe-ktorza-team-pro-pmu-poker-interview-podcast-15747.htm
Avec tant de tournois, cela ne va pas sans créer quelques frictions. Philippe Ktorza, de la Team Pro PMU, évoquela guerre entre l'European Poker Tour et le World Poker Tour. Trop de tournois au calendrier, des buy-ins trop élevés pour le commun des mortels, ce sont d'après lui des problèmes à régler dans le poker d'aujourd'hui : "Oui, je pense que le poker doit être un jeu universel, ouvert à tout le monde. On a tendance à faire une distinction de plus en plus forte entre amateurs et professionnels, mais je crois que ce n'est pas l'avenir du poker. Il faut de la masse, il faut du monde, il faut des gens. Pour que le business marche, il faut des clients, comme dans tous les business".

France : la jeune génération et un nouveau régulateur

Malgré la lutte entre circuits live, les France Poker Series ont su en trois d'existence s'imposer comme un circuit incontournable dans le paysage du poker live français. C'est au cours des FPS que des joueurs de la jeune génération, actifs aussi bien en live qu'en ligne, se sont livrés à PokerNews. Ainsi, on retrouve Julien "Junkyboy7600" Ferey expliquer que, si les bons joueurs de plus en plus bons, les mauvais joueurs sont toujours présents. Vivant sa passion pour le poker à fond : "Beaucoup de gens ne sont pas contents d'aller travailler le matin, moi je me lève pour aller jouer au poker ! Il ne faut pas tout le temps se plaindre. On joue juste au poker, on n'est pas dans la rue, à travailler en plein soleil ou en plein hiver par -10°C !".

Fabrice Gouget a lui tiré quelques enseignements de son expérience qui, souhaitons lui, lui profiterons en 2014 : "J'ai fais plusieurs fois des boulettes sur de gros tournois, je pensais trop à gagner, à l'argent, du coup, lorsque je vais maintenant sur un tournoi, je me mets un objectif, ou la gagne, ou j'ai un besoin d'argent et j'assure, lorsque j'ai assuré, je vise la gagne, je me fixe des objectifs et je les suis".

Enfin, et non des moindres, uneinterview de Jean-François Vilotte datant de décembre 2013, donnée à PokerNews France lors de sa dernière conférence de presse en tant que Président de l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL). Revenant sur des questions telles que la fiscalité ou l'internationalisation des liquidités (i.e., des tables communes entre pays régulés), il apporte des idées qui, hélas pour les joueurs, n'ont pas été suivies par les gouvernement en place sous son mandat.

Exclusif Pokernews - Freeroll Pokerstars Ticket FPS Deauville

Retro Poker 2013 : Joueurs, organisateurs et régulateurs se plient à l'interview 101

La salle en ligne Pokerstars propose aux joueurs PokerNews un tournoi gratuit dimanche 05 janvier à 20h00. Avec 1.500€ de prizepool à partager, le vainqueur remportera sont ticket de 1.100€ pour le Main Event des FPS Deauville. téléchargez PokerStars via PokerNews et utilisez le code marketing "FRENCHPOKERNEWS" pour pouvoir participer.

Name Surname
Jeremie B.

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus