WSOP 2012 - October Nine : Michael Esposito a couru un Triathlon juste avant le Main Event

Michael Esposito

Michael Esposito, 58 ans, s'est qualifié pour la table finale du Main Event des World Series of Poker avec le sixième tapis des survivants (16,26 millions de jetons). Trader sur le marché des matières premières à New York, Esposito compte déjà à son actif trois places payées aux WSOP, pour un gain total de 27.311$ ; il s'agit d'une 540ème place au Main Event 2006 et de deux victoires sur le circuit WSOP : l'une dans un side évent à 350$ et l'autre dans un Main Event, qui lui a valu la fameuse bague en or.

PokerNews l'a rencontré pour s'entretenir avec lui de la table finale à venir, de loin la plus importante de sa carrière.

Le plus important : "sortir de la 'zone sombre'"

- Bonjour Michael, merci de nous accorder cet entretien. Tout d'abord, comment s'est passée cette pause de trois mois ?
Très bien. C'est un peu bizarre de faire une pause aussi longue mais la vie courante a repris ses droits : "métro - boulot - dodo", en quelque sorte.

- Tu aurais préféré disputer la table finale en juillet ?
Ca ne m'aurait pas gêné.

- Avant 2012, ton meilleur résultat au Main Event restait une 540ème place acquise en 2006. Quand as-tu commencé à te dire que cette édition pouvait être différente des autres ?
Lors des éditions précédentes, à chaque fois que j'allais à Las Vegas, je n'étais pas serein. Trop de chose à penser, trop d'événements dans ma vie privée. Cette fois-ci, je ne me suis autorisé aucune distraction. Et je me rappelle avoir bien senti ce tournoi dès le Jour 1.

Les jours 2 et 3 ont été très longs mais dès que je me suis éloigné de la "zone sombre" — tu sais, celle pendant laquelle tu perds toutes tes coups à la rivière, quand les types paient des grosses mises au turn et touchent leur main sur la dernière carte du tableau — quand j'en suis sorti et que j'ai vu que j'étais toujours là, j'ai commencé à me relaxer un peu et j'ai continué à me battre de plus belle.

J'avais le sentiment que si je continuais à jouer de cette manière, rien ne pouvait m'arriver.

Le Triathlon de New-York, prélude aux WSOP

- Dans une interview récente, tu confiais avoir participé à un marathon la veille de ton départ pour Las Vegas, où tu te rendais pour jouer le Main Event. As-tu aussi casé un ou deux marathons à ton programme d'ici à la table finale ?
[Rires]. En fait, c'est au Triathlon de New York City que j'ai participé ; et ce qui est drôle, c'est qu'il y avait un semi-marathon programmé à Vegas le jour de mon arrivée. Si j'avais su ça, je serais sûrement parti la veille et je m'y serais inscrit.

- Est-ce que l'exercice physique t'aide à “run good” ?
Absolument. Les effets sont bien connus. Ca t'aide à être complètement détendu quand tu arrives à la table. Quand je suis dans cet état d'esprit, je joue bien en général.

- As-tu suivi une préparation spécifique en vue de la table finale ? As-tu pris un coach ?
Non, pas de coach et je n'ai rien fait de spécial. Tu sais, j'ai l'habitude, je connais ce genre de situations et je sais que ça va se jouer à rien.

- As-tu assisté à la rediffusion sur ESPN?
Oui. Un peu. J'ai bien aimé le montage, c'était agréable à regarder.

"Quel que soit le vainqueur, il va en baver"

- Qu'est-ce que tes amis et ta famille t'ont dit quand ils ont vu ton parcours ?
Tout le monde est super content et il y a pas mal de monde qui va descendre à Vegas pour venir me soutenir. Pour l'instant, 55 personnes m'ont déjà confirmé leur participation, ça va être rigolo comme tout.

- D'après toi, lequels des 'October Nine' est l'adversaire le plus coriace ?
Je pense qu'ils ont tous beaucoup de talent. Quel que soit le vainqueur au final, il va en baver, c'est une certitude.

- Y a-t-il un joueur en particulier que tu as beaucoup affronté durant le Main Event ?
Oui, j'ai beaucoup joué avec Jesse [Sylvia] durant ce tournoi. On a été assis l 'un à côté de l'autre à plusieurs reprises. J'ai aussi un peu joué avec Russell Thomas et puis j'ai rencontré Greg [Merson] à une ou deux reprises. Par contre, je ne me suis jamais retrouvé à la même table que Rob [Salaburu], enfin pas avant les 12 derniers joueurs. Si vous m'aviez dit qu'il était dans le tournoi, j'aurais été obligé de vous croire sur parole. Pareil pour Steven Gee, la première fois que je l'ai vu c'est à la table finale.

Michael Esposito n'a besoin de rien

- Si, en échange de ton renoncement à disputer la table finale, on t'offrait l'argent de la seconde place, tu dirais oui ?
Qui pourrait dire non à ce genre de proposition ? Gagner les championnats du monde c'est le rêve de tout joueur. Mais cet argent, c'est une assurance-vie qui te permet de ne plus avoir à t'en faire pour tes vieux jours. Etant donnée la variance bien connue associée au poker, c'est un élément à ne pas prendre à la légère.

- Et justement, que compte-tu faire avec ton argent ?
Pour être honnête avec toi, je n'ai besoin de rien. Je vais sans doute me prendre des chouettes vacances et placer le reste en vue de ma retraite. Ca ne changera pas ma vie dans le sens où je continuerai à disputer un ou deux tournois par an. Allez, peut-être que j'en jouerai trois ou quatre...

Mais sinon, j'ai déjà tout ce qu'il me faut. Iil y a des soirs où je vais au resto pour me faire un bon steak et d'autres où je reste à la maison avec un sandwich. Et il n'y a pas de raison que ça change.

Qualifications live : France Poker Series Paris (12-19 novembre)

WSOP 2012 - October Nine : Michael Esposito a couru un Triathlon juste avant le Main Event 101

La Saison 2 des France Poker Series fera étape au Cercle Cadet à Paris du 12 au 19 novembre 2012. Pour gagner votre place dans ce tournoi au buy-in de 1.100€ retransmis en streaming live sur internet, participez aux tournois et satellites live du Cercle Cadet ou téléchargez Pokerstars pour tenter votre chance dans les nombreux satellites online.

Name Surname
Rich Ryan et Gwenn Rigal

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus