888poker
New poker experience at 888poker

Join now to get $88 FREE (no deposit needed)

Join now
PokerStars
Double your first deposit up to $400

New players can use bonus code 'STARS400'

Join now
partypoker
partypoker Cashback

Get up to 40% back every week!

Join now
Unibet
€200 progressive bonus

+ a FREE Unibet Open Qualifier ticket

Join now

Pedro Canali : "Le poker n’est pas en déclin, il est juste en mutation"

  • Julien  TissotJulien Tissot
Pedro Canali : "Le poker n’est pas en déclin, il est juste en mutation" 0001

Cette semaine, le site RankingHero a lancé HeroScore, un classement évolutif sur les personnalités du monde du poker. PokerNews a envie d’en savoir un peu plus sur cette idée originale. Entretien avec l’un des fondateurs du réseau social du poker, Pedro Canali.

Bonjour Pedro, vous venez de lancer un nouveau classement, en quoi consiste Heroscore? Pourquoi lancer ce projet ?
HeroScore est un classement d’influence des personnalités qui n’est pas fait par un jury. Nous avons mis en place un certain nombre de critères que l’on considère comme objectifs et qui permettent d’obtenir un score. Parmi ces critères, on peut citer : les résultats, la popularité et les contributions (une publication sur un blog par exemple). Nous avons établi un algorithme qui permet d’établir un classement.

Phil Ivey figure en première position. Nous avons eu envie de rendre les bases de données vivantes et participatives. Les utilisateurs pourront aussi voter et faire évoluer les scores. Les amateurs de poker pourront aussi déterminer leur propre classement en rentrant leurs données. Il existait déjà des classements d’influence comme le Power 20 du magazine Bluff mais ce classement est très subjectif.

RankingHero a été lancé en octobre 2012, quel premier bilan pouvez-vous faire ?
Nous sommes satisfaits. Nous sommes une petite start up et ces premières années ont été plutôt bonnes en termes de retombées médiatiques (couverture du magazine Bluff Europe). Nous avons multiplié les partenariats avec les WPT, l’EPT et les WSOP. Nous disposons d’une très large base de données, qui prend en compte également les petits tournois. Notre progression sur le marché anglais est très encourageante. Ce projet est vraiment passionnant. Il reste encore beaucoup à faire. Aux Etats-Unis, les joueurs nous connaissent encore peu. Il faut encore du temps pour s’implanter.

Quel est le modèle économique ? Comment espérez-vous gagner de l’argent avec RankingHero ?
Au départ, le projet RankingHero, c’est une idée entre copains sans Business Plan. A mesure que le projet a pris de l’ampleur et que des investisseurs nous ont rejoints avec une levée de fonds, il fallait évidemment réfléchir à un modèle économique. Notre but est de relier une communauté de joueurs à l’industrie. Notre modèle se rapproche de celui de Facebook. Ce que nous voulons, c’est ramener du fun dans l’industrie du poker avec RankingHero. A l’heure où le poker connaît des moments difficiles, nous voulons réinjecter une certaine joie de vivre. Mais, la route est encore longue, nous sommes au pied de l’Everest. Le poker n’est pas en déclin, il est juste en mutation. Le poker social prendra de plus en plus d’importance.

Pédro Canali / Copyright Tommy Mandel
Pédro Canali / DR

Quelles sont aujourd’hui vos relations avec Alexandre Dreyfus et Global Poker Index ? Il y a eu des moments parfois tendus ?
C’est vrai que les relations n’ont pas toujours été bonnes. Alexandre Dreyfus a suivi l’évolution de notre projet dès le début, nous avons discuté ensemble et nous nous entendions bien. Ensuite, une période plus tendue s’est déroulée. Aujourd’hui, je dirais qu’il y a des jours avec et des jours sans. Mais nous avons le même objectif qu’Alexandre Dreyfus : arriver à un nouvel essor du poker. S’il arrive à sauver l’industrie en amenant au poker une nouvelle clientèle grâce à des médias généralistes, c’est très bien. Nous sommes d’accord avec cela et nous le soutenons. Nous avons une approche complémentaire avec Global Poker Index, mais nous allons dans le même sens. Nos deux concepts peuvent coexister sans problème majeur la plupart du temps.

Que pensez-vous de la situation du poker en France aujourd’hui ?
Depuis deux ans, nous sommes au creux de la vague. Ca ne peut pas être pire. L’ouverture des liquidités au niveau européen est une piste de réflexion intéressante. Mais, je ne suis pas inquiet. Le poker migre et devient plus social. Les gens jouent de moins en moins cher. Les tournois à Buy-in modérés (500 à 1000 euros) rencontrent un grand succès. De plus, de nouvelles formes de poker se développent comme Campok, les interactions sociales sont au cœur de ce modèle.

Quels sont aujourd’hui vos projets ?
Nous allons encore améliorer le site. Nous allons encore développer les partenariats avec les clubs amateurs. Ils ont aujourd’hui la possibilité de mettre à jour les résultats sur RankingHero. Notre réseau social, c’est aujourd’hui 400 000 visiteurs et nous espérons encore croître. Nous avons aussi un projet qui sera lancé en 2016 mais que je ne peux pas encore dévoiler. Nous sommes très ambitieux.

Photo de Une : Copyright Fabien Richard

Joueurs

Qu'en pensez-vous ?