3-bet, 4-bet, 5-bet : Les relances préflop avec un stack de 100 big blinds

3-bet, 4-bet, 5-bet : Les relances préflop avec un stack de 100 big blinds 0001

Lorsque l'on joue avec un tapis de 100 big blinds au no limit Hold'em, les séquences de relances et sur-relances successives pré-flop suivent certains schémas "standard" qu'il est bon de connaitre, que ce soit pour les suivre, s'en écarter ou savoir y faire face. Cet article récapitule les principales options disponibles et la dynamique du jeu pré-flop.

Relances et sur-relances : 3-bet, 4-bet, 5-bet

Lorsque l'on joue avec un stack de 100 big blinds, en cash game ou en début de tournoi, on dispose d'un nombre limité de sur-relances avant de se retrouver all-in. En simplifiant, si l'on joue avec un stack effectif de 100 big blinds, les sur-relances successives vont, schématiquement, se passer ainsi :

- 1ère relance (open raise) = 3 big blinds,
- 1ère sur-relance (3-bet) = 10 big blinds,
- 2ème sur-relance (4-bet) = 30 big blinds
- 3ème sur-relance (5-bet) = 100 big blinds

Le 3-bet pour value ou 3-bet light

Le 3-bet est le fait de sur-relancer. C'est très souvent le meilleur moyen de rentabiliser une main premium comme AA ou KK. Sur-relancer permet aussi de réduire le nombre de joueurs qui voient le flop, ce qui augmente les chances de gagner au showdown et augmente aussi les chances de réussite d'un continuation bet sur le flop.

3-bet light : sur-relancer avec des mains marginales
Si, en général, un 3-bet se fait pour valoriser une bonne main, ce n'est pas toujours le cas. Parfois, il est profitable de relancer avec des mains marginales. Si vous êtes dans les blinds et que le joueur au bouton a tendance à voler les blinds trop souvent, vous avez tout intérêt à sur-relancer régulièrement et prendre le pot tout de suite. Vous n'avez rien à gagner à voir le flop avec une main médiocre et hors de position alors que vous avez de bonnes chances de gagner le pot pré-flop immédiatement.

Cela arrive aussi lors d'un "squeeze" : un joueur loose agressif en début de parole ouvre par une relance, ce qui n'est pas signe d'une grosse main puisqu'il peut faire cela avec 30% ou 40% de ses mains pré-flop. Un joueur agressif en position intermédiaire suit cette relance, ce qui laisse supposer qu'il n'a probablement pas une grosse main, sans quoi il aurait sur-relancé. Si vous êtes en fin de parole avec une main moyenne voire marginale, vous pouvez très bien envisager de sur-relancer pour prendre le pot immédiatement.

4-bet all-in ou 4-bet small

De manière générale, il n'est pas profitable de payer des 3-bets pré-flop si c'est uniquement dans le but d'améliorer sa main sur le flop ou la jeter. Qu'il s'agisse de flopper un brelan, un tirage ou une top paire avec une main ayant de mauvaises reverse implied odds.

Une première option est de faire un "4-bet standard". Si l'on choisit de miser 30 big blinds avec un stack effectif, de 100 big blinds, deux choses sont à noter. La première est que l'on s'expose à une sur-relance (4-bet) qui pourra, éventuellement, nous forcer à jeter la meilleure main ou nous pousser à transformer notre main en bluff. La seconde est qu'avec une mise de 30 blinds payée pré-flop, l'on est pot committed post-flop puisque le pot fera environ 60 big blinds et les stack effectifs 70bb. Toute mise reviendra à se trouver all-in.

4-bet all-in : Une autre possibilité est de 4-bet all-in. Bien que cela représente une mise importante par rapport à la taille du pot, c'est parfois le meilleur moyen de rentabiliser une grosse main contre un joueur passif ou de maximiser ses chances de réussite d'un bluff contre un joueur trop agressif.

4-bet small : le 4-bet small est sans doute la forme de 4-bet que l'on rencontre le plus souvent aux tables. Il consiste généralement en une relance de 2 à 2,5 fois le montant de la relance adverse. Faire un 4-bet small a plusieurs avantages. Si votre adversaire paye un 4-bet small ou all-in avec le même type de mains, 4-bet small augmente la rentabilité des bluffs. 4-bet small permet aussi de valoriser une bonne main en étant payé plus souvent par notre adversaire. 4-bet small avec AA, par exemple, peut aussi inciter l'adversaire à mettre all-in avec certaines mains avec lesquelles il n'aurait pas payé un 4-bet all-in, comme 99 ou TT.

Le 5-bet, la mise ultime

Si l'on joue avec des stacks effectifs de 100 big blinds, un 5-bet sera synonyme d'all-in, quelque soit la taille du 4-bet. Si un joueur 4-bet à 25 big blinds et que l'on 5-bet à 2,5 fois sa relance, cela reviendrait à miser 62,5 big blinds. Dans cette situation, n'ayant plus qu'un stack de 37,5 pour un pot sur le flop de 125 big blinds, on est de toute façon pot committed. Le 5-bet peut être pour value mais peut également être fait en bluff, selon la fold equity requise pour que cela soit rentable et la hand range adverse.

Maîtriser les relances et sur-relances pré-flop est essentiel pour maximiser ses gains pré-flop, mais aussi pour anticiper le jeu post-flop et augmenter l'ensemble de ses gains sur le long terme.

Télécharger Eurosport Poker

Téléchargez Eurosport Poker pour vous qualifier gratuitement à l'émission Poker Dome Saison 2 gratuitement et empocher jusqu'à 6.000€ en affrontant Basile "Basou" Yaiche,Clément "Clem2511" Thumy, Hugo "Hhhhugo" Lemaire.

Name Surname
Jeremie B.

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus