Check - check au poker ? Alerte collusion !

Casino Poker for Beginners: The “Let’s Check It Down” Problem
Partagez moi
  • Robert Woolley explique pourquoi chek back lorsqu'un 3e joueur est à tapis est totalement interdit en cash game

Le problème de la collusion dans le poker existe depuis de longues années, cette pratique immorale et illégale peut prendre différentes formes, notamment celle semblant anodine qui consiste à s'entendre pour checker le board jusqu'au bout.

TDA : Les règles du poker à retenir

Souvent les joueurs qui se mettent d'accord pour checker tout au long du déroulement du coup n'ont pas conscience d'enfreindre les règles ; ils ne font pas ça pour spolier un adversaire, mais simplement pour jouer un petit coup tranquille. Une pratique qui peut néanmoins s'avérer totalement illicite et même fortement préjudiciable, notamment dans une configuration assez répandue où un troisième joueur se retrouve à tapis.

Robert Woolley a vécu ce genre de situations il y a quelques années.

C'était en 2006 au Hilton. Il avait eu une session très difficile, ressentait la fatigue et allait mettre fin à sa soirée de poker lorsqu'il a reçu {9-}{9-}. Les deux joueurs à sa droite étaient très loose, jouant quasiment tous les pots. Lorsque le premier a misé 12$ et l'autre payé, Woolley a logiquement envoyé ses 30 derniers dollars.

La parole est revenue aux deux joueurs à sa droite qui ont payé le tapis, avant que l'un des deux ne demande "tu veux qu'on checke jusqu'au bout ?" L'autre a accepté.

Woolley a protesté, en appelant au dealer qui a demandé "quel est le problème ?"

Justement, l'une des règles de base du poker est que chaque joueur doit prendre ses décisions dans son propre intérêt, pas dans celui d'un autre joueur. Lorsque vous vous entendez pour ne pas miser, c'est une forme de conspiration. Vous réduisez votre gain potentiel car si vous touchez une forte main, votre intérêt serait de faire grossir le side pot pour augmenter vos gains.

Si vous voulez maximiser vos chances de remporter le plus gros possible, vous refusez de "check back". En se mettant d'accord pour ne plus miser, les joueurs abandonnent la possibilité de gagner une grosse somme au profit d'une réduction des risques.

Dans le cas de figure impliquant Woolley - contre deux rivaux - vous auriez sans doute apprécié de voir l'un des deux effectuer une substantielle mise pour éliminer l'autre, de façon à n'avoir qu'un adversaire à battre au showdown. Mieux encore, la situation deviendrait idéale si ce joueur avait contraint l'autre à se coucher alors qu'il ne détenait qu'une mauvaise main... Au lieu de cela, en s'entendant vos deux opposants réduisent considérablement vos chances de l'emporter.

Le floor est effectivement intervenu à la table de Woolley, mais le mal était fait et les joueurs ont tacitement checké la suite du coup. Malgré cette entente déloyale, la paire de neuf a heureusement remporté le pot.

Un des joueurs s'est longuement excusé, n'ayant visiblement pas eu conscience de faire quelque chose contre les règles du jeu. Lorsque Woolley lui a expliqué en quoi cette attitude était illicite, il a compris pourquoi et certainement cessé d'utiliser cette pratique.

Le deuxième joueur, celui ayant relancé, n'était pas d'accord et a réfuté l'accusation de collusion. Il a montré {7-}{2-} en déclarant "si j'essayais de faire de la collusion, pourquoi le ferai-je avec la plus mauvaise main du poker ?"

Ne voulant pas envenimer le débat, Wooley n'a pas répondu. Il n'empêche que c'est précisément dans ce genre de situations - lorsque votre adversaire a une main très faible - qu'il n'a pas envie de voir quelqu'un relancer. Cette forme de collusion lui permet de voir gratuitement les cinq cartes du board et peut-être remporter le coup. Une relance de son adversaire lui aurait ôté toute chance d'y parvenir.

Il existe cependant deux importantes exceptions à l'interdiction de cette forme de collusion consistant à checker jusqu'au bout.

Parfois lorsqu'il ne reste plus que deux joueurs dans un coup, l'un des deux propose à l'autre de payer sa relance s'il accepte que plus aucune mise n'intervienne ensuite. Même si le procédé est contestable dans la forme, il ne peut être interdit. En premier lieu car il n'y a pas de troisième joueur susceptible d'être lésé par une éventuelle entente, ensuite car si le joueur ayant misé accepte la proposition il est censé le faire après avoir évalué son intérêt théorique. S'il a les nuts, il préférera voir son adversaire payer la mise plutôt que se coucher, même s'il sait ne plus pouvoir lui soutirer une somme supplémentaire.

L'autre exception est plus courante. Elle intervient assez fréquemment dans les phases avancées des tournois. Lorsqu'un joueur est à tapis, les joueurs restants dans le coup vont parfois check-back jusqu'à la rivière. Ce n'est pas interdit dès lors qu'aucun accord visible ne soit intervenu entre les protagonistes.

La raison est simple, en tournoi il peut être plus intéressant d'éliminer un adversaire pour franchir un palier de paiement ou même entrer dans l'argent que d'amasser quelques jetons de plus. Dans cette situation, l'intérêt des protagonistes peut donc être de laisser le plus de joueurs possibles dans le coup pour provoquer l'élimination du joueur à tapis. Il est néanmoins évident que cette situation n'est pas acceptable en cash game.

Vous avez probablement souvent été confronté à ce genre de situations lors de vos parties au casino local. Beaucoup de joueurs n'ont pas conscience d'enfreindre les règles et de fausser l'éthique du jeu. Maintenant, vous, vous le savez.

Robert Woolley vit à Asheville. Il a vécu de nombreuses années à Las Vegas et raconte sa vie de joueur dans son blog “Poker Grump”.

Qu'en pensez-vous ?

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus