Stratégie : Survivre en Satellite

Horseshoe Hammond

Avoir couvert d'innombrables tournois depuis des années a offert à Mo Nuwwarah l'opportunité de voir des milliers de mains jouées par les meilleurs joueurs. L'occasion d'analyser des mains vues ou jouées par ses soins et d'en tirer des enseignements fort utiles.

Le théâtre des opérations

Lors du dernier article stratégique de Mo, il revenait sur une main jouée dans une phase avancée d'un tournoi et sur la nécessité de savoir folder un gros jeu. Cette fois-ci l'action se déroule dans un tournoi d'un genre différent puisqu'il s'agit d'un satellite à 250$ pour le Main Event des World Series Of Poker Circuit au Horseshoe Hammond (photo).

Les premiers niveaux n'ont pas été favorables à Mo qui ne possède plus que 4 300 jetons sur les 5 000 constituant le tapis initial. Ils sont sept joueurs à table avec dans le lot le redoutable Michael Sanders.

L'Action

Sur des blinds 200/400, ante 50, Sanders, un régulier du circuit, relance à 1 000 en étant under the gun avec un stack d'environ 35 000/40 000 jetons. Mo, qui est placé juste à sa droite, découvre {5-}{5-} et décide d'envoyer son tapis. Le joueur de petite blind annonce all in à son tour pour 13 000 et Sanders paie après quelques instants de réflexion.

Sanders: {q-}{q-}
Small blind: {k-}{k-}
Mo: {5-}{5-}

Le board ne change rien, laissant les rois remporter le pot. Mo Nuwwarah quitte le tournoi, le joueur de petite blind double et Sanders doit se remettre à monter des jetons.

Analyse

La chose la plus importante à garder à l'esprit est qu'un satellite est extrêmement différent d'un tournoi classique. Dans des circonstances normales, Sanders aurait certainement relancé de nombreuses mains contre lesquelles une paire de cinq aurait eu des chances. Mais dans un satellite la situation est différente.

Stratégie : Survivre en Satellite 101
Michael Sanders

Dans ce satellite, près d'un joueur sur huit allait remporter son siège. Il est généralement correct de jouer un peu plus dur dans des satellites parce que le but n'est pas de remporter tous les jetons mais simplement de survivre pour remporter un des tickets. Peu importe que vous ayez une blind ou mille.

Sanders possédant plus de sept fois le tapis de départ, il avait devant lui le stack suffisant pour sécuriser son siège. Il n'y avait donc aucune raison de prendre des risques sans une prémium. Il était donc susceptible de jouer plus dur que quiconque, surtout en étant UTG.

Dans un tournoi classique, une paire de cinq est déjà borderline pour shove dans ce spot, vu que vous n'avez que peu d'équité, mais dans un satellite c'est un fold facile. Mo était en fait sur pilote automatique, attendant simplement une main décente pour envoyer son tapis. Il reconnait qu'il n'a pas pris le temps d'analyser la situation en profondeur.

En réalité, il aurait probablement dû jeter des mains encore plus fortes que ses cinq après la relance de Sanders. Les probabilités combinées que Sanders détienne une main largement supérieure et qu'un autre joueur se réveille avec un jeu là aussi supérieur - ce qui fut effectivement le cas - étaient trop importantes. Dans ce cas de figure, il était donc préférable de jouer très tight.

Dans un satellite, l'important est de survivre et comme Mo l'indique, même {10-}{10-} aurait dû - dans cette configuration - se terminer par un fold aussi prudent qu'avisé.

Partagez moi
  • Mo Nuwwarah revient sur une main jouée en satellite pour illustrer la nécessité de survivre dans ces tournois

Name Surname
Mo Nuwwarah
Name Surname
David Poulenard

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus