Cinq erreurs à éviter avec un petit tapis

En tant que joueurs de tournois, nous nous retrouvons fréquemment dans des situations où nous devons jouer avec un petit tapis (shortstack). Dans le cadre de cet article, nous définirons un petit tapis, comme un tapis de 25 big blinds ou moins, alors que la moyenne est encore bien supérieure à cela.

La plupart des tournois de basses limites que je joue sont profitables parce que de nombreux joueurs font des erreurs avec leur petits stacks – y compris des joueurs compétents avec un gros tapis. Voici les cinq erreurs les plus coûteuses que je vois faire en tournoi.

Limper pour voir des flops

Tu n'aimes pas jouer au poker ? Tu ne crois pas que c'est plus amusant en voyant un flop de temps en temps !

C'est la remarque que m'a lancée un joueur après que j'ai envoyé all-in préflop pour 25 big blinds face à plusieurs limpers pour la troisième fois dans un tournoi joué au Planet Hollywood cet été pendant les World Series of Poker. “Tu n'as qu'un seul move !” est une autre phrase que j'entends régulièrement dans la bouche des joueurs qui ne savent pas ajuster leur jeu à leur stack dont la taille se réduit. Ils veulent voir un flop pas cher avec une main spéculative, dans l'espoir de toucher quelque-chose – et j'étais l'empêcheur de toucher un flop qui ruinait les espoirs de tout le monde.

De mon point de vue, ces joueurs auraient plus probablement relancé que limpé s'ils avaient eu une bonne main. C'est un concept auquel on fait souvent référence sous le nom de ''capped range'' – ce qui veut dire que les meilleures mains avec lesquelles ils choisissent de limper ne sont pas aussi bonnes que les moins bonnes mains avec lesquelles ils choisissent de relancer. Bien sûr, il arrive de voir un joueur limper avec {a-}{a-}. C'est une préoccupation concernant le premier limper, mais combien de fois voit-on le troisième limper retourner {a-}{a-} dans une partie avec des stacks relativement petits ? Si le premier joueur a l'habitude de limper et n'est pas particulièrement déceptif, il est sage de supposer que tout le monde à une range cappée.

Sachant cela, avec mon tapis de 25 big blinds, que puis-je faire ? Nous avons atteint le niveau du tournoi où les antes font grossir les pots préflop et je suis à la big blind. Avec des limpers dans le coup et une small blind qui complète, le pot préflop fait 5 big blinds quand c'est à moi de parler. Envoyer all-in ici me permettra de prendre le pot la plupart du temps, faisant grossir mon tapis de 20%.

C'est un move que je fais souvent, y compris avec des mains relativement faibles, comme des connecteurs assortis à un trou (du style {j-Hearts}{9-Hearts}) ou des As moyens non assortis. Alors que les autres essayent de toucher des flops, je suis celui qui gagne des pots sans voir le flop.

Ne pas défendre ses big blinds efficacement

Défendre sa big blind avec un petit tapis est un exercice délicat. L'on ne peut ni être trop serré, ni être trop large. Je vois des tonnes de joueurs faire des erreurs dans cette configuration délicate.

Si j'ai un gros tapis et que je repère un shortstack trop serré à la big blind, je vais le relancer avec une sélection de mains très large et souvent gagner le pot préflop. Si je remarque un joueur trop loose, je vais aussi le relancer avec un éventail de mains plus large et je gagnerai souvent le pot post-flop quand il passera face à un continuation bet.

Pour éviter d'aller trop loin, le joueur shortstack doit commencer à ''resteal'' en envoyant all-in avec une range assez large. Si j'ouvre à 2,5 big blinds et qu'il resteal, il gagnera 5 big blinds avec les blinds et ante. Un gain de 20% de son stack sans avoir à voir le flop. Quelques coups comme cela et l'on double son tapis sans même avoir besoin de gagner un coin flip.

Si je fais face à un joueur plus loose, je vais avoir une range plus forte, ainsi il ne pourra pas resteal avec un éventail de mains trop large. Ce qu'il peut faire, c'est check-raise all-in contre mon continuation bet sur le flop. Contre un joueur de ce type, je vais faire un continuation bet 80 à 85% du temps. S'il touche quelque chose de valable au flop, il peut exploiter ma range de c-bet très agressive.

Envoyer all-in préflop avec trop de jetons

Faites attention toutefois à ne pas envoyer all-in préflop trop facilement. C'est un erreur que j'ai faite par le passé et que je fais encore parfois.

Supposons que tout le monde passe jusqu'à moi en milieu de parole avec un stack de 20-25 big blinds et une main comme {a-}{9-} ou {a-Diamonds}{6-Diamonds}. Il y a une certaine tentation à mettre all-in pour ne pas avoir à raise-fold ce type de main ou avoir un spot difficile post-flop contre un joueur ingénieux à la big blind. C'est une erreur car on risque trop pour trop peu de gain. Si j'envoie all-in et que tout le monde passe, je ne gagne que 2,5 big blinds.

J'opterai plutôt pour une relance standard si je pense que les joueurs restants y répondront d'une manière qui me soit favorable. Ou je passerai simplement, si je pense faire face à une réaction qui va me mettre en difficulté. Plutôt que de prendre des spots marginaux pour shove all-in préflop, je préfère garder mes jetons pour resteal.

Resteal sans avoir de fold equity

Si vous n'avez pas joué votre stack de 20-25 big blinds correctement, il ne faudra pas longtemps avant de retrouver avec un stack de 10-15 big blinds. A ce moment, même les joueurs les plus serrés se rendent compte que la situation devient désespérée.

J'ai vu des joueurs en avoir assez de me voir relancer leur blinds à longueur de tournoi et finalement resteal avec {a-}{10-}. Le problème est que si j'ai une main comme {k-}{9-} ou même {8-Hearts}{6-Hearts}, je peux payer leur shortstack puisque je n'ai besoin que d'une équité de 35% contre leur range.

Comment peux-tu payer avec ça ?” est une question que j'entends souvent. Mais s'il avait tenté le même move avec quelques jetons en plus, j'aurais fold.

Se laisser manger par les blinds

C'est probablement la pire erreur à faire quand on se retrouve avec un petit tapis. Si vous n'avez pas joué votre tapis de 10-15 big blinds adéquatement, vous allez tomber sous la barre des 10 big blinds. A ce moment, vos options sont vraiment limitées. Vous devrez prendre n'importe quelle main décente pour envoyer all-in. Si vous n'avez pas touché de main raisonnable et que vous tombez à cinq big blinds, il sera temps de push all-in avec n'importe quelle main dès qu'il y aura un joueur serré à la big blind.

J'ai récemment parlé avec un ami qui me racontait avoir fold {a-}{8-} en milieu de parole avec huit big blinds restantes. Après l'augmentation des blinds, il trouve {q-}{q-} et met all-in pour ses trois derniers big blinds. Il a été payé par {9-}{3-} et a perdu. Il ne pouvait pas croire avoir eu si peu de chance.

La vérité est que même s'il avait gagné cette main, il aurait été dans une situation désespérée – à moins de trouver une autre premium peu après. Ne faites pas comme lui.

Conclusion
Il y a toujours un moment où l'on se retrouve à jouer un petit tapis dans un tournoi. Si vous voulez progressez, vous devez apprendre à jouer avec un petit tapis. Si vous êtes surtout un joueur de cash games avec peu d'expérience du jeu shortsack, faire quelques sit'n'go vous permettra d'affûter vos compétences. De mon expérience, le jeu shortstack est le plus important pour le succès en tournoi.

Qu'en pensez-vous ?

Enregistrez-vous pour laisser un commentaire

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus