Stratégie poker : Face un 3-bet préflop, faut-il call ou 4-bet light ?

Stratégie poker : Face un 3-bet préflop, cold call ou 4-bet light ?

Le précédent article expliquait pourquoi il est important depolariser sa range de 3-bet préflop, c'est-à-dire sur-relancer avec de très bonnes mains et de très mauvaises, tout en évitant de sur-relancer des mains moyennes du type {k-Hearts}{j-Hearts}, {3-Clubs}{3-Diamonds} ou {a-Clubs}{10-Spades}. Face à ce postulat de départ, de nombreux joueurs ont adapté leur jeu préflop. Nous allons voir ici les cas où le 3-bet est payé préflop par une main moyenne et les cas de 4-bet (voire 5-bet) avec une range polarisée.

Les pots 3-bet préflop avec un range non polarisée

Face à des joueurs capables de sur-relancer des mains totalement médiocres, beaucoup de joueurs réguliers se sont adaptés :ils payent les sur-relances. Il ne leur viendrait pas à l'esprit de passer s'ils pensent que leur adversaire est capable de 3-bet avec un éventail de mains assez large pour contenir suffisamment de bluffs. Ainsi, ils se mettent à payer avec des mains qui auraient dû être assez souvent dominées dans des pots 3-bet préflop comme {a-}{j-} ou {k-}{q-}. Mais peut-on encore parler de mains dominées quand le joueur d'en face est capable d'avoir 3-bet avec {j-}{2-} ou {7-}{5-} ?

C'est pourquoi certains ont pris l'habitude de jouer des pots sur-relancés avec des broadways, des petites paires paires ou même des connecteurs assortis, lorsqu'ils ont l'avantage de la position et des tapis assez profonds. Jouer des pots sur-relancés avec des mains moyennes permet alors de tirer profit de l'équité au flop et d'extraire quelques value bets contre des adversaires ayant tendance à 3-bet avec une sélection de mains trop large. L'objectif étant de contrer les adversaires qui 3-bet facilement préflop mais montre de la faiblesse après le flop avec leurs mains médiocres.

Concrètement, supposons un joueur qui décide de se défendre d'un vol de blind ("steal") en sur-relançant {k-Clubs}{9-Clubs} à la big blind contre le relanceur initial au bouton. C'est une bonne main pour sur-relancer dans la mesure où elle est assortie et le Roi fait office de blocker. Mais le joueur au bouton peut tout à fait se rendre compte qu'il est face à un "resteal" et qu'une main comme {k-}{q-} est encore favorite. Si passer serait faible et 4-bet peu profitable, il peut tout à fait choisir de juste payer (s'il a un stack de 30 big blinds ou plus). Jouer un pot sur-relancé implique d'y investir une part plus grande son stack et jouer une top paire devient souvent délicat. Qu'arriverait-il si un {k-} sort sur le flop ? Le piège se refermerait alors sur le courageux sur-relanceur préflop.

Contrer les joueurs qui call préflop

Afin d'éviter le genre de situation décrite ci-dessus, il convient de prendre quelques précautions :

- D'abord, contre un joueur qui a tendance a souvent suivre une sur-relance, il faut éviter de 3-bet des mains médiocres (cette fois, on jette {9-Spades}{2-Diamonds} !).

- Ensuite, il faut sacrifier les 3-bets bluff avec un blocker (comme {k-Spades}{2-Spades}), ce qui réduit le nombre de situations où l'on va se retrouver avec un {k-} ou un {a-} mal kické et où l'on sera trop souvent dominé par la main qui a payé.

- Le point le plus important est de connaître son adversaire. Pour cela, il convient de prendre des notes ou d'utiliser les statistiques à disposition dans la base de donnée d'un tracker.

- Un "fish" ne va pas entrer dans ce type de logique et, de ce fait, nous n'avons pas besoin de rentrer dans ce type de considérations quand nous jouons contre un joueur vraiment faible ou débutant.

Le 3-bet face aux 4-bet et 5-bet light

Ainsi, après avoir vu les situations de 3-bet préflop avec une hand range non polarisée (ou une sélection de mains comprenant à la fois des mains bonnes et moyennes à l'exclusion des plus médiocres), abordons un autre type de situation.

Il s'agit des joueurs qui continuent d'agresser quand d'autres auraient abandonné : les adeptes du "4-bet light", qui n'hésiteront pas à jouer la totalité de stack avec {k-Spades}{2-Hearts}. Si certaines mains peuvent parfois se prêter à payer un 3-bet (comme {8-Hearts}{9-Hearts} par exemple), ce n'est pas le cas quand on a ouvert avec une poubelle du style {k-}{2-}, {a-}{3-} voire {9-}{2-}.

Pourtant, ce n'est pas forcement le moment d'abandonner, d'autant plus qu'il nous reste une option agressive : le 4-bet. Cette technique est particulièrement adaptée contre les joueurs qui 3-bet des mains moyennes - puisque qu'en général une range de 4-bet est plus polarisée qu'une range de 3-bet et que se retrouver dans un pot 4-bet avec des mains facilement dominées est une mauvaise idée.

En jouant contre des adversaires qui 3-bet avec une range comprenant des mains du style {7-}{7-} ou {k-}{j-}, il est important d'avoir une range de 4-bet polarisée afin de leur faire jeter ce qui sera souvent la meilleure main. Toutefois, une range non polarisée peut être jouée face à une range polarisée - parce que si aucun des joueurs n'a une très grosse main, c'est le dernier qui mise qui ramasse le pot. Bien sûr, il n'y aura pas de quoi tilter quand on se sera retrouvé all-in avec une poubelle après avoir 5-bet all-in pour tomber sur les As.

Contrer les joueurs très agressifs

Contrer ce type de joueur, capable d'être extrêmement agressif est difficile mais, à moins de se contenter de 3-bet uniquement les meilleures mains, c'est un passage obligé qu'il faut aborder progressivement.

Se défendre contre les joueurs ayant une tendance à 4-bet régulièrement réclamera de faire des moves parfois "désespérés". Etre capable de glisser un 5-bet permet de gagner de gros pots sans avoir besoin d'aller au showdown. Toutefois, cela comporte une assez grande variance et il ne faudra pas s'étonner de parfois tomber sur un monstre.

Dans des conditions idéales, cela sera :
- Face à un joueur très agressif, avec qui une dynamique s'est installée et qui a tendance à 4-bet fréquemment.
- Quand les stacks sont assez profonds pour qu'un 5-bet ait une certaine fold equity (au moins 100 big blinds).
- Sur des limites relativement élevées pour rencontrer des joueurs expérimentés (qui soient capables de relancer de mauvaises mains mais qui puissent aussi en passer des relativement bonnes)

Parfois vous n'aurez pas envie de 5-bet vos meilleures mains préflop, de peur de voir vos adversaires passer une moins bonne main. Il pourrait alors sembler de tentant de 5-bet uniquement des mains médiocres et tendre des pièges avec les meilleures mains. Mais se contenter de 5-bet avec uniquement des poubelles va vite devenir coûteux ! Cela demande d'équilibrer son jeu.

L'objectif de cette dynamique de 3-bet/4-bet/5-bet est de parvenir à pousser vos adversaires dans une zone d'inconfort et de leur faire prendre de mauvaises et coûteuses décisions. Quelques soient vos cartes de départ, vous êtes ainsi capables de vous montrer agressifs et déceptifs. Enfin, ce ne doit pas devenir une excuse pour envoyer des jetons dans tous les sens !

Qualifications live : France Poker Series Paris (13-19 novembre)

Stratégie poker : Face un 3-bet préflop, faut-il call ou 4-bet light ? 101

La Saison 2 des France Poker Series fera étape au Cercle Cadet de Paris du 13 au 19 novembre 2012. Pour gagner votre place dans ce tournoi au buy-in de 1.100€ retransmis en streaming live sur internet, participez aux tournois et satellites live du Cercle Cadet ou téléchargez Pokerstars pour tenter votre chance dans les nombreux satellites online.

Name Surname
CheSHirr
Name Surname
Jeremie B.

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus