Tournois Live 1

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker

Postulat satirique édicté il y a quarante ans, le Principe de Peter s'applique en management des ressources humaines mais aussi, comme nous allons le démontrer, aux diverses disciplines du poker.

Quel est ce principe ? Quels sont ses symptômes et conséquences sur la psychologie du joueur de poker, et surtout comment le combattre ? Comment, en résumé, un joueur de poker peut-il éviter de payer un lourd tribut à cause de sa propre incompétence ?

Bien que réfuté maintes fois, le "Principe de Peter" reste un moyen mnémotechnique simple et efficace à garder à l'esprit en toutes circonstances pour tout joueur de poker désireux de rester gagnant à long terme quelque soit son niveau. Démonstration.

L'incompétence, syndrome de l'élévation

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker 101

Le principe de Peter s'énonce ainsi : « tout employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence ». Son co-inventeur éponyme le Docteur Laurence Johnston Peter en fait le titre de son livre écrit en 1970 dont les principes fondamentaux sont encore explorés notamment en termes de ressources humaines.

Le postulat de Peter et de son co-auteur Raymond Hull, est que tout employé compétent se retrouve promu tôt ou tard à un niveau hiérarchique supérieur. Par conséquent, lorsque sa progression hiérarchique s'arrête à un niveau donné, c'est qu'il s'y est révélé incompétent.

La conclusion évidente de ce postulat maintes fois vérifié dans la réalité est "le corollaire" du Principe de Peter : « Avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent incapable d'en assumer la responsabilité. »

La notion de niveaux hiérarchiques logiques est essentielle dans l'accomplissement du Principe de Peter. Il ne s'appliquerait pas forcément par exemple à une organisation non linéaire ou comportant trop peu de niveaux hiérarchiques.

Classification des compétences : généralisation au poker

Le poker, en particulier le poker en ligne qui offre des "niveaux" parfaitement identifiables, pyramidaux et progressifs (les limites en cash game et buy-ins en tournoi), est un observatoire privilégié du Principe de Peter.

Peter avait classé les individus d'une organisation hiérarchique par niveau d'incompétence comme suit :

  • 10 % sont super-incompétents ;
  • 20 % sont incompétents ;
  • 40 % sont modérément compétents ;
  • 20 % sont compétents ;
  • 10 % super-compétents.

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker 102
Schéma original de Peter et Hull

Cette liste vous semble-t-elle familière ? Il faut dire que le parallèle est saisissant avec la population des joueurs de poker qu'on pourrait classer ainsi :

  • 10 % sont des donkeys ;
  • 20 % sont des fishs ;
  • 40 % sont grindeurs sans résultats ;
  • 20 % sont des regulars ;
  • 10 % sont pros et semi-pros.

Sans statistiques globales et objectives, on ne peut affirmer qu'une telle classification est valide et sans un brin d'humour on pourrait presque s'en offusquer. Il faut pourtant garder à l'esprit deux points importants :

1. Le Principe de Peter est un essai satirique dont se sont naturellement inspirés de nombreux humoristes, donnant lieu par exemple au Principe de Dilbert, adapté en comic dans un monde du travail absurde et pourtant tellement réaliste.

2. Il est généralement convenu qu'au moins 80% des joueurs de poker online sont perdants à des degrés divers et qu'une minorité d'environ 10% est gagnante sur internet.

Maintenant que nous avons défini le champ d'application du Principe de Peter pour le poker, examinons ses implications en cash game et en tournois.

Principe de Peter et le poker en cash game

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker 103
Isildur1 alias Viktor Blom

Tout joueur de cash game a pour objectif de grimper les limites afin de devenir gagnant avec les enjeux les plus importants possibles. Comme l'énonce le Principe de Peter, on constate que nombre de joueurs très compétents (c'est-à-dire gagnants à long terme) à une certaine limite se retrouvent souvent perdants aux limites supérieures.

Ceci est même le danger N°1 qui guette le grindeur hâtif. Monter de limite trop tôt, à savoir sans la bankroll ou l'expérience nécessaire, provoque généralement des pertes conséquentes. Combien de joueurs ont ainsi transformé une courbe parfaitement ascendante en chute vertigineuse ? Combien ont ainsi sacrifié des mois de réussite en seulement quelques jours ? D'autant que comme le note Marcus Bateman, "le problème clé du Principe de Peter est la facilité avec laquelle on peut tomber dans ce piège".

Les exceptions à ce fait récurrent sont rares, que ce soit au poker ou dans d'autres domaines. Autant Winston Churchill est-il souvent cité en politique comme contre-exemple du Principe de Peter (piètre Ministre, excellent Premier Ministre), autant au poker même le joueur emblématique d'une ascension non-linéaire qu'est Viktor Blom 'Isildur1' va devoir patienter avant de prouver sa compétence sur le long terme.

Les moteurs du Principe de Peter en cash game sont simples est clairement identifiés, en particulier l'ego, la gestion de bankroll et le tilt. Combinés, ces trois facteurs mal gérés peuvent envoyer tout joueur de poker au fond du trou, au point de "se broker" (tout perdre) comme on dit dans le milieu.

Principe de Peter et les tournois de poker

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker 104
Erik Seidel

Parfaitement applicable en cash game, le Principe de Peter est tout aussi symptomatique des joueurs de tournois, live ou online. "Je vois le Principe de Peter en tournoi assez souvent" témoigne Chris Wallace, chroniqueur pour PocketFives. "Des joueurs qui sont gagnants en SnG ou satellites se mettent aux tournois à gros buy-in (...) prenant l'argent d'une source où ils sont des gagnants éprouvés et le jetant là où ils sont régulièrement perdants" écrit-il.

On peut aussi voir à quel point le Principe de Peter, aussi caricatural soit-il, s'applique avec une constance remarquable aux jeunes joueurs qui décrochent un contrat de sponsoring suite à quelques bons résultats. Nul besoin de citer de noms, là encore les exemples abondent de joueurs ayant parfaitement réussi dans des tournois live ou online de moindre importance avant de se casser les dents une fois lâché sur l'impitoyable circuit des grands tournois internationaux.

La même logique s'applique d'ailleurs encore plus subtilement au sein-même des tournois, où nombre de joueurs accumulent les places payées mais ne parviennent jamais à décrocher un titre par manque d'expérience (et/ou de compétence) dans les moments clés de fin de tournoi.

En d'autres termes, les niveaux de blinds sont autant d'échelons hiérarchiques auxquels s'appliquent le Principe de Peter. Plus le tournoi avance et plus le niveau de compétence nécessaire pour progresser (monter son tapis)
requiert de connaissances et de maîtrise de tous les paramètres.

Bien entendu, les contre-exemples abondent et la variance introduit une bonne dose d'aléatoire dans ces axiomes, mais le fait est qu'à long terme, les joueurs les plus compétents ont le plus de chances de s'imposer aux moments-clés des tournois. Le jeu à la bulle par exemple, montre clairement les limites de certains joueurs ne possédant pas les qualités indispensables pour tirer le meilleur de leur position.

Deux exemples extrêmes du Principe de Peter

Quoique puissent en dire les théories entendant réfuter le principe de Peter, les exemples allant dans le sens de ce dernier abondent à foison au poker. Deux d'entre eux semblent illustrer particulièrement bien les dégâts causés quand des individus non préparés à une brusque ascension déploient leur incompétence à un niveau qui les dépasse.

Fin 2009, PokerStars a organisé à l'occasion des fêtes de fin d'année un tournoi Record du Monde réunissant 149.196 joueurs. Les deux premiers, 'Oskar69' et 'Bommel222', ont eu la même (mauvaise) idée, à savoir utiliser leurs gains, respectivement 50.000$ et 30.000$, pour les jouer en cash game High Stakes.

Une bonne photo valant mieux qu'un long commentaire, voici le résultat net des aventures de ces deux joueurs quelques jours après leur gain, Bommel222 réussissant l'exploit d'en reperdre l'intégralité en 67 mains. Oskar69 a apparemment eu l'intelligence de s'arrêter à temps.

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker 105

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker 106

Dans notre prochain article (à paraître demain 4 avril), nous listerons les solutions simples qui vous permettront de résister à ce fameux Principe de Peter qui a mis fin à plus d'une carrière, que ce soit au poker ou dans de nombreux autres domaines.

Sajoo Poker bonus 600€

Poker & Psychologie : le principe de Peter appliqué au poker 107

Pour participer aux satellites et à freerolls exclusif pour les joueurs Pokernews sur Sajoo Poker, télécharger gratuitement Sajoo et créer un compte en argent réel, faites un dépôt minimum, puis valider votre compte en envoyant un scan de votre document d'identité et d'un relevé de votre compte bancaire. Vous retrouverez tous les tournois mentionnés dans la partie « Tournois programmés » du logiciel.

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus