World Series of Poker Europe

Poker : Semi-pro ou joueur compulsif ?

What Kind of Poker Player Are You, Anyway?
Partagez moi
  • Quel est votre regard sur votre pratique du poker ? Vous considérez-vous comme un professionnel ? Un semi-pro ? Un joueur récréatif ? Le burnout est-il proche ?

La période a été bonne pour quelques joueurs de poker ces dernières semaines. Tout le monde n'est pas Justin Bonomo et n'a pas empoché deux bracelets mais chacun à regarder les World Series of Poker avec passion.

Nombreux sont ceux parmi vous qui ont enchaîné les heures de jeu et profité des vacances d'été. Durant un séjour à Las Vegas ou pendant les heures loin du boulot.

Il y a donc probablement eu un peu plus de poker que d'habitude dans votre vie ces derniers mois. Il n'y a pas de mal à se faire du bien mais vous comme moi souffrons peut être des effets d'un trop plein de gambling et de poker.

"La gueule de bois du poker" peut prendre plusieurs formes. Il y en a qui ont cramé leur bankroll et vont devoir repartir de zéro, il y a ceux qui ne dorment plus, ceux qui ont pris beaucoup de retard au boulot ou même vis à vis de leur famille.

L'omniprésence du poker doit vous permettre de faire un point sur la place de ce jeu dans votre vie. Le poker vous amuse et vous fait du bien ou est-il devenu un danger pour votre équilibre. C'est le bon moment pour prendre une courte pause et considérer la relation que nous entretenons avec le poker.

Sommes-nous des professionnels ? Peut être devenu une espèce de semi-pro ? Notre pratique loisir est elle saine, basée sur la recherche du fun sans attente d'un gain énorme et salvateur pour nos finances ?

Avons-nous poussé notre pratique vers l'obsession ? A la limite de la frontière entre le plaisir et la création de dégâts potentiels pour les relations que nous avons construites avec les autres ? En y réfléchissant, peut être avons nous déjà passé la barrière de la zone de danger. Suis-je devenu un joueur compulsif, aussi dépendant de mes jetons qu'un alcoolique cherche la boisson et qu'un fumeur traque la nicotine ?

Voici quelques questions à ne pas éviter pour établir où vous vous situez dans le vaste éventail des joueurs de poker.

1. Etes-vous un joueur professionnel de poker?

La question est simple. Vous êtes un pro du poker si la plus grande majorité de vos revenus provient du jeu. C'est votre gagne pain, votre job au quotidien, celui qui vous permet de payer vos factures.

Si vous réglez vos dépenses grâce à votre pension, un autre travail, des revenus immobiliers, c'est bien simple le poker n'est qu'un moyen annexe d'ajouter du beurre dans les épinards. Dans ce cas vous n'êtes pas un pro du poker.

2. Etes-vous un semi-pro?

Là encore la question est simple. Si le poker n'est pas votre revenu principal, est-il devenu une partie non négligeable de vos revenus annuels ?

Vous devez garder une trace de vos sessions et de vos résultats, positifs comme négatifs. Si vous ne savez pas où vous en êtes, que vous ne notez pas la fluctuation de votre capital poker, vous n'êtes pas un semi-pro.

Si vous les notez et vos pertes sont supérieures à vos gains, vous n'êtes pas un semi-pro non plus.

3. Etes-vous un joueur récréatif?

Vous êtes un joueur enthousiaste qui pratique un hobby pour son plaisir, comme un golfeur ou un amoureux de la pêche ? Cette passion devient-elle omniprésente parfois, presque une obsession - ou pire une addiction ?

Nous entrons dans des territoires plutôt subjectifs. Pour dresser un constat juste de votre obsession à propos du poker, jetez un oeil aux signes annonciateurs que j'ai listés plus bas. Si vous vous reconnaissez dans au moins deux des signes de la liste, vous pouvez vous considérer comme un joueur de poker obsédé.

  • Vous gardez un rasoir et une brosse à dent dans votre voiture dans le cas où il faudrait enchaîner une journée de travail après une nuit entière de poker.
  • Vous allez manger avec de vieux amis ne touchant pas aux cartes et au moment de l'addition, vous lâchez un "chop-chop?"
  • Vous rentrez tôt à la maison après une longue session de poker et un gamin vous accueille à la porte en pleurant :"Maman, il y a un étranger qui essaye d'entrer dans notre maison!"
  • Quand vous allez à la banque retirer du liquide, vous demandez un "chip race" au guichetier pour avoir des billets de 50 et 100€
  • Vous catégorisez la totalité de vos amis en "calling stations," "maniaques", "barre de fer", "joueur ABC"...
  • Vous vous retrouvez à un dîner de famille à côté du mauvais cousin et tout ce qui vous passe par la tête c'est de demander au floor si une autre table est ouverte...

Cette liste est évidemment ironique car l'obsession du poker n'est pas forcément une mauvaise chose en soi. Il y a danger quand cette obsession commence à interférer de manière de plus en plus négative avec d'autres domaines de votre vie, des secteurs importants de votre vie.

4. Joueur compulsif ?

Quelques joueurs de poker passent du côté sombre, l'obsession devient alors destructive sur de nombreux plans.

Le sujet n'est pas à prendre à la légère et c'est pour cela que ma prochaine chronique y sera exclusivement réservée. Je vous poserais alors 20 questions pour faire le bilan... et je vous donnerais aussi mes réponses.

Il sera alors temps de voir si nous sommes desjoueurs responsables ou bien s'il est temps de penser à l'interdiction volontaire de jeux de 3 ans...

Ashley Adams joue depuis 50 ans et écrit sur le poker depuis 2000. Il a rédigé les livres Winning 7-Card Stud (Kensington 2003) et Winning No-Limit Hold'em (Lighthouse 2012) et dirige www.houseofcardsradio.coml'émission House of Cards.

Qu'en pensez-vous ?

PLUS D'ARTICLES

En savoir plus